« Love Songs » à la MEP : offrez-vous une ballade dans l’intimité des photographes

31 mars 2022   •  
Écrit par Anaïs Viand
« Love Songs » à la MEP : offrez-vous une ballade dans l’intimité des photographes

À la MEP, jusqu’au 21 août, les plus grands photographes des 20e et 21e siècles nous chantent l’amour à l’occasion de l’exposition Love Songs. Une immersion, en sons et en images, dans les paysages émotionnels de ceux qui font œuvre de leur intimité.

« Quand nous sommes amoureux, il nous faut parfois admettre qu’au fond, nous ne savons ni ce qu’est l’amour, ni à quoi il est censé ressembler ; que nous ne savons ni à quoi il correspond ni comment il influe sur le regard que nous avons sur les choses », lance, en guise d’introduction, Simon Baker, directeur de la Maison européenne de la photographie (MEP). En cette saison que l’on nomme « printemps », l’institution parisienne a choisi de célébrer l’amour. Nul besoin de croire en son caractère éternel ou d’être un adepte du voyeurisme pour apprécier l’exposition Love Songs, il suffit de se laisser porter par les quatorze séries, toutes aussi sublimes les unes que les autres. Conçue en référence aux compilations que s’offraient autrefois les amoureux, Love Songs questionne notre rapport à l’intimité et soulève une problématique existentielle : l’objectivité du médium photo. « La photographie entretient une relation compliquée avec son apparente capacité à documenter, à enregistrer ou à saisir le monde réel. À différents moments de son histoire, les photographes et leur public ont fait confiance, à des degrés divers, à la nature “objective” de l’image photographique, à son exactitude ou sa fiabilité », précise le commissaire.

Comment s’assurer de la véracité d’une image si le sujet est un phénomène que l’on peine à définir, subjectif par essence ? Est-ce qu’on peut identifier et définir l’amour avec une image ? Voilà un sujet aussi vaste que complexe. Et c’est certainement pour cela qu’il fascine spectateurs, artistes, et curateurs depuis la nuit des temps. « Lorsqu’on partage des morceaux de musique, on assume une appropriation des paroles. C’est ainsi qu’on essaye d’exprimer nos sentiments, nos émotions. » Et s’il en était de même avec l’image ? La réflexion s’est amorcée il y a quelques années, aux côtés de deux artistes, aujourd’hui exposés à la MEP. « Ce n’est pas possible que je sois voyeuse de ma propre vie », lui rapporte un jour Nan Goldin à l’occasion d’une exposition sur le voyeurisme, Exposed, à la Tate Modern. À cela s’ajoute un commentaire de Nobuyoshi Araki, au sujet de son Sentimental Journey et sa femme Yoko. « Quand je regarde ces photographies, je me dis que l’amour en est absent, que d’une certaine façon, je n’ai pas réussi à le capturer », confie le photographe japonais. 

© Nobuyoshi Araki / courtoisie Taka Ishii Gallery

© Nobuyoshi Araki / courtoisie Taka Ishii Gallery

Témoins privilégiés

Dans l’esprit d’une cassette audio, les regards s’enchaînent, compilés en une face A – 1950-2000 – et une face B – 2000 à aujourd’hui. « Tous ont en commun d’être généreux. Les artistes présentés ici ont pris le risque de nous accueillir dans leur intimité », précise le commissaire. Une intimité différente selon le sujet photographié ou encore l’époque. « Je ne vois aucune différence dans la façon de photographier selon le genre de l’artiste. Il m’est par exemple impossible de déceler quelque chose relevant du féminin dans une image d’Hideka Tonomura. En revanche, les écritures se distinguent selon les générations », ajoute-t-il. Pourtant, face aux tirages de René Groebli, Nan Goldin, Lary Clark ou encore Lin Zhipeng, intimité rime avec radicalité. Le premier photographie sa bien-aimée Rita, dans une douce proximité. Dans L’Œil de l’amour, le photographe français documente le romantisme d’une chambre d’hôtel, et des fragments de vie de son amoureuse. Lin Zhipeng contourne les pièges de la censure chinoise et capture sa vie amoureuse et ses expériences sexuelles. Sally Mann et Hervé Guibert proposent quant à eux une vision plus contemplative de l’intimité. Avec Proud Flesh, la photographe révèle son mari malade et vulnérable, et le lien puissant qui les unit. Hervé Guibert sublime son amant Thierry – le repère, l’ami, le personnage principal – dans une série dédiée. Les duos JH Engström et Margot Wallard et RongRong&Inri ont quant à eux choisi de photographier leur histoire d’amour, à deux, en offrant des moments tantôt charnels, tantôt spirituels. Sans complexe, ils nous confortent dans notre position de témoins privilégiés. Maladie, dépendance, passion brulante, libéralisation des mœurs… Love songs, c’est aussi une invitation à nous immerger dans nos propres romances. Un voyage intérieur qu’il est possible de mener en musique – de New Order à Nick Cave, en passant par Gainsbourg – puisque Simon Baker, DJ dans une autre vie, a constitué une playlist pour l’occasion.

Love Songs, photographies de l’intime, co-édité par l’Atelier EXB et la MEP, 45 €, 224 p.

 

Love Songs, photographies de l’intime

Maison Européenne de la Photographie 

5/7 Rue de Fourcy, 75004 Paris

Jusqu’au 21 août

© Lin Zhipeng / Courtoisie in Between gallery

© Lin Zhipeng / Courtoisie in Between gallery

© Larry Clark / Courtoisie de l'artiste et Luhring Augustine

© Larry Clark / Courtoisie de l’artiste et Luhring Augustine

© RongRong&inri

© RongRong&inri

© René Groebli / courtoisie de l'artiste et de la galerie Esther Woerdehoff© René Groebli / courtoisie de l'artiste et de la galerie Esther Woerdehoff

© René Groebli / courtoisie de l’artiste et de la galerie Esther Woerdehoff

© Alix Cléo Roubaud / Fonds Alix Cléo Roubaud

© Alix Cléo Roubaud / Fonds Alix Cléo Roubaud

© Nan Goldin / courtoisie Marian Goodman

© Nan Goldin / courtoisie Marian Goodman

© Hideka Tonomura / courtoisie Zen Foto Gallery

© Hideka Tonomura / courtoisie Zen Foto Gallery

© JH Engtröm & Margot Wallard / Courtoisie galerie Jean-Kenta Gauthier

© JH Engtröm & Margot Wallard / Courtoisie galerie Jean-Kenta Gauthier

Image d’ouverture © Nan Goldin / courtoisie Marian Goodman

Explorez
L'introspection familiale de Brandon Tauszik
© Brandon Tauszik, Fifteen Vaults
L’introspection familiale de Brandon Tauszik
Le photographe et cinéaste, Brandon Tauszik raconte une pérégrination familiale à la suite d’un deuil dans son livre Fifteens Vaults.
22 septembre 2023   •  
Écrit par Lucie Guillet
Anatomy of an Oyster : de la violence naît le trésor
© Rita Puig-Serra Costa
Anatomy of an Oyster : de la violence naît le trésor
Après Where Mimosa Bloom, un livre extrêmement touchant sur le deuil de sa mère, et Good Luck with the Future publié en collaboration...
19 septembre 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
La sélection Instagram #420 : fais-moi un câlin
© @__scerbo__ / instagram
La sélection Instagram #420 : fais-moi un câlin
Notre sélection Instagram de la semaine s'octroie une touche de tendresse à travers une série de câlins.
19 septembre 2023   •  
Écrit par Milena Ill et Lucie Guillet
Sofia Coppola nous plonge dans les archives personnelles de sa carrière
Sofia Coppola, from Archive (MACK, 2023). Courtesy of the artist and MACK.
Sofia Coppola nous plonge dans les archives personnelles de sa carrière
En cette rentrée, Sofia Coppola publie Sofia Coppola Archive: 1999-2023 qui, comme son nom le suggère, revient sur l’ensemble de sa...
15 septembre 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
L'introspection familiale de Brandon Tauszik
© Brandon Tauszik, Fifteen Vaults
L’introspection familiale de Brandon Tauszik
Le photographe et cinéaste, Brandon Tauszik raconte une pérégrination familiale à la suite d’un deuil dans son livre Fifteens Vaults.
22 septembre 2023   •  
Écrit par Lucie Guillet
Evan Hume : Trafiquer l'invisible pour mieux le voir
© Evan Hume
Evan Hume : Trafiquer l’invisible pour mieux le voir
Dans Viewing Distance, Evan Hume compile et transforme des documents déclassifiés provenant des archives du gouvernement des États-Unis...
22 septembre 2023   •  
Écrit par Anaïs Viand
Rafiq Farhan : les rayons du bonheur
© Rafiq Farhan
Rafiq Farhan : les rayons du bonheur
L’univers de Rafiq Farhan est pareil à une balade en contrées poétiques, où les émotions nous élèvent autant qu’elles nous renversent....
22 septembre 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Mort d’Erwin Olaf : l’héritage du célèbre photographe néerlandais
© Erwin Olaf
Mort d’Erwin Olaf : l’héritage du célèbre photographe néerlandais
Mercredi 20 septembre 2023. Âgé de seulement 64 ans, Erwin Olaf nous quitte, suite à des complications d’une transplantation pulmonaire....
21 septembre 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas