Man Ray et les surréalistes : une vente record s’élevant à 6 millions d’euros

15 mars 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Man Ray et les surréalistes : une vente record s’élevant  à 6 millions d’euros

Le 2 mars 2021, la vente aux enchères Man Ray et les surréalistes. Collection Lucien et Edmonde Treillard, organisée par Christie’s a battu un nouveau record : 6 millions d’euros de recettes. Un événement marquant l’intérêt continu des collectionneurs pour le 8e art.

Comprenant 96 photographies surréalistes, la vente aux enchères du 2 mars 2021 a remporté un franc succès : près de 6 millions d’euros de recettes, et la totalité des lots vendus, à des acheteurs venus du monde entier. Un résultat remarquable, trois fois supérieur aux estimations des spécialistes. « Les collections apportent une fraîcheur sur le marché, mais surtout elles offrent un regard plus global sur une œuvre, une période ou un artiste. Il s’agissait du plus grand ensemble d’œuvres de Man Ray apparu depuis longtemps sur le marché des ventes aux enchères, qui avait de surcroît appartenu au dernier assistant de l’artiste. Man Ray est une figure majeure du surréalisme, un artiste protéiforme qui innova dans la peinture, la photographie, mais aussi la sculpture, le collage ou le cinéma. Ses œuvres fascinent », précise Élodie Morel-Bazin, directrice du département Photographie (Europe) de Christie’s. Des œuvres iconiques qui ont attiré 24% de nouveaux clients.

© Man Ray 2015 Trust / Adagp, Paris 2021

En pleine période de crise sanitaire, les ventes aux enchères profitent d’un fort intérêt des acheteurs. Alors que la culture demeure difficilement accessible, les passionnés se tournent vers ces événements pour acquérir de nouvelles œuvres et embellir leurs intérieurs – une manière de faire entrer, malgré tout, l’art dans leur quotidien. « Nous avons pu maintenir une offre forte en développant nos ventes en ligne », précise la directrice du département.
Et parmi les lots de Man Ray et les surréalistes. Collection Lucien et Edmonde Treillard, un ensemble de 9 tirages par contact a particulièrement séduit – une vente générant 312 500 euros, pour une estimation de 50 000 à 70 000. « Il s’agit de plusieurs images de la même séance de pose, dans laquelle l’écrivaine Meret Oppenheim pose dans l’atelier du peintre Louis Marcoussis. La série se lit comme un roman-photo où l’on peut voir Marcoussis affublé d’une barbe pour ressembler à Landru (un tueur en série et criminel français, NDLR), il semble vouloir attacher Meret Oppenheim derrière la roue de la presse d’imprimerie. L’encre noire ressemble alors au sang dégoulinant du bras de la victime. Dans cette série, Man Ray vient s’opposer à la vision moderniste de l’époque, qui célébrait l’ère de la machine », raconte Élodie Morel-Bazin.

© Man Ray 2015 Trust / Adagp, Paris 2021

© Man Ray 2015 Trust / Adagp, Paris 2021© Man Ray 2015 Trust / Adagp, Paris 2021

© Man Ray 2015 Trust / Adagp, Paris 2021

© Man Ray 2015 Trust / Adagp, Paris 2021

Explorez
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Un événement photographique que tu n’oublieras jamais ? © Caroline Heinecke
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
16 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
WhiteWall met en lumière l'œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
WhiteWall met en lumière l’œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
Le laboratoire WhiteWall met en avant, imprime et édite l'œuvre toute en noir et blanc de Alexandre Souêtre, grâce à un livre haut de...
14 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Yannig Hedel : l'équilibre subtil de l'ombre à la lumière
© Yannig Hedel
Yannig Hedel : l’équilibre subtil de l’ombre à la lumière
L'exposition De prime abord, accueillie par la Galerie Bigaignon, met en avant les premiers travaux de Yannig Hedel, des expérimentations...
13 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet