Matt Wilson : l’expérience du paysage

24 janvier 2023   •  
Écrit par Costanza Spina
Matt Wilson : l'expérience du paysage
Le Leica Store Paris Saint-Honoré présente This Place Called Home, une exposition du photographe globe-trotter Matt Wilson. Avec son langage photographique charbonneux et envoûtant, il nous transporte dans des voyages à l’argentique aux atmosphères singulières.
Le travail de Matt Wilson a quelque chose d’iconoclaste et intemporel. Voyageur invétéré, il parcourt le monde en immortalisant à l’argentique ces paysages qui sont, pour certain·es, une maison. De ses propres origines aux chez soi universel, le globe-trotter donne à voir une définition à la fois littérale et métaphorique du foyer. Son travail se lit comme une étude visuelle qui nous invite avec poésie à méditer sur ce qui nous fait évoluer. Une manière d’observer le monde connu d’un point de vue extérieur, en le mettant à distance, pour mieux plonger dans notre propre intériorité. De l’Angleterre – son pays d’origine – à la France, qui ne cesse de le charmer, en passant par l’Est européen et Cuba, le photographe révèle ces lieux sous un jour nouveau. Après dix ans passés aux États-Unis, il se lance dans une série d’instantanés américains. Nullement intimidé par l’héritage colossal des photographes étasunien·nes ayant dépeint leurs paysages en long et en large, Wilson en propose une lecture totalement nouvelle, par ses argentiques aux allures d’aquarelle. Situé dans un entre-deux poétique entre peinture et photographie, son travail s’impose comme un écorché de notre époque. Loin d’être passéiste et romantisant, son regard traduit la réalité à travers un subtil jeu de lumières, à la fois sombres et tamisées, comme si le tragique n’était jamais loin, comme si nous assistions à un éternel crépuscule ou à une nouvelle aube.
© Matt Wilson

Matt Wilson et l’argentique : la chambre noire comme terrain de jeu

« Depuis que j’ai découvert les possibilités de la photographie analogue comme forme d’expression artistique, l’étude des techniques de la chambre noire, afin d’explorer pleinement le potentiel du médium dans sa capacité à évoquer et à représenter l’émotion, a exercé une profonde fascination sur moi»,

explique Matt Wilson au sujet de sa pratique de l’argentique. Dans son travail, le photographe essaie de traduire l’ambiance qui l’enveloppe quand il shoote : une atmosphère impalpable que seule la chambre noire à couleurs et une certaine sélection de papier – parfois même périmé – permettent d’obtenir. De ses voyages, l’artiste essaie de transmettre l’expérience intime plus qu’un paysage réaliste, figé et tout compte fait assez froid. « C’est dans cet espace, tout comme les palettes des peintures de maîtres anciens, que la sensation de la couleur est si importante, écrit-il, pour moi, la photographie est une question de sentiments et la chambre noire, mon terrain de jeu pour une exploration sans limites. »  

Pour Matt Wilson, cette dernière convoque donc un laboratoire d’exploration qui, selon lui, détient la clé de la capacité du médium à parler au-delà des mots. « Son regard est attentif et bienveillant, sous-tendu par une discrète mélancolie humaniste mais coloré d’une légèreté tragicomique à l’anglaise. Il peut s’inscrire dans la tradition “humaniste” car il capture souvent un “instant photographique” si cher à Cartier-Bresson, écrit Christine Ollier, qui signe la monographie consacrée au photographe et publiée chez Filigrane. Mais Matt Wilson n’est pas reporter, il détourne le sens du réel au profit d’une charge émotionnelle et esthétique telle qu’elle parvient à émouvoir au plus profond. »

 

Jusqu’au 23 avril, le Leica Store Paris Saint-Honoré expose This place called home, l’œuvre au long cours de Matt Wilson.

© Matt Wilson

© Matt Wilson © Matt Wilson © Matt Wilson

© Matt Wilson

Explorez
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
© Veronique Van Hoorick / Instagram
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram partagent un attrait pour les images au grain saillant. Dans des approches...
16 avril 2024   •  
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
© Marine Combes
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
Les Rencontres de la jeune photographie internationale célèbrent leurs 30 ans à Niort. Pour l’occasion, le festival propose aux neuf...
09 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d'un Tibet onirique
© Kin Coedel
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d’un Tibet onirique
Pour réaliser Dyal Thak, Kin Coedel s’est rendu à de multiples reprises sur le plateau tibétain. Là-bas, le photographe chinois a...
09 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas