Mauro Fiorito et ses lettres ouvertes aux femmes de sa vie

26 avril 2023   •  
Écrit par Anaïs Viand
Mauro Fiorito et ses lettres ouvertes aux femmes de sa vie

Photographier pour échapper au deuil. C’est ainsi que le photographe italien Mauro Fiorito a procédé à la suite du décès de sa mère. Dans son ouvrage, The night face up, paru aux éditions 89 Books, il s’évade dans la nature ou auprès de figures féminines, et nous montre le chemin de la liberté.

« Je travaillais sur un sujet qui me reliaient aux lieux de mon enfance et à la figure féminine présente dans ma vie, et puis un évènement tragique est arrivé. Un soir d’été, ma mère est décédée lors d’une opération chirurgicale et d’une erreur des médecins », confie Mauro Fiorito, un photographe italien désormais installé à Paris. S’en est suivie une profonde réflexion et cet ouvrage, intitulé The night face up (« La nuit à visage découvert », NDLR). Un voyage de sept ans entre un quotidien joyeux et des souvenirs plus mélancoliques. Un chemin parsemé de preuves d’amour et de liens. « J’étais très proche d’elle. Nous partagions tant de choses ensemble. L’un des moments les plus agréables ? Notre voyage d’un mois en Argentine, juste elle et moi », explique celui qui pratique la photographie depuis ses douze ans.

© Mauro Fiorito

Source d’inspiration inépuisable, la figure maternelle est aussi un symbole de liberté ici. Et ce, au même titre que les femmes et la nature. « J’ai grandi entre la mer et les montagnes et tout cela a joué un rôle important dans mon enfance ». Méditation, recueillement… Le silence et le mystère de la nature permettent à Mauro Fiorito de se relier à ces instants passés, comme au présent : à lui-même et à sa pratique photographique. « C’est au cœur de la nature que je me sens le plus en sécurité et donc le plus libre », confie le photographe. Aucun doute. Pour lui, la photographie joue un rôle thérapeutique. C’est « une découverte continue d’un mode d’expression unique. Elle me libère. Après le décès de ma mère, il me fallait absolument retourner auprès de ces instants chaleureux ». En réponse au sombre traumatisme, Mauro Fiorito propose un hommage doux et coloré. Une alternance de corps et de textures, de paysages et de détails sauvages. Et c’est par cette forme narrative qu’il parvient à se détacher du deuil. Son livre est un hommage à sa mère, au même titre que ce poème adapté et inspiré par Philip Larkin et William Wordsworth, qu’il a choisi de partager avec nous :

« My heart leaps up when I behold
A tree, a snake, a rock,
So was it when my life began;
So is it now I am a man;
I remember, I remember,
The fir trees dark and high;
I remember, I remember,
The house was cold and shiny.
Time let me play and daydream,
The happy yard, singing as the farm was home.
I remember, I remember, when I was lying down and all became a burning mist.
I remember, I remember,
The kiss in the grass.
Nothing, like something, happens anywhere.
Remember you are this universe and this universe is you. »

« Mon cœur bondit quand je vois
S’élancer un arbre, un serpent, un rocher,
Ainsi était-ce au début de ma vie ;
Ainsi est-ce maintenant que je suis un homme ;
Je me souviens, je me souviens,
Les sapins sombres et hauts ;
Je me souviens, je me souviens
La maison était froide et brillante.
Le temps m’a permis de jouer et de rêver,
La cour heureuse, chantant comme la ferme, la maison.
Je me souviens, je me souviens, quand j’étais allongé et que tout est devenu une brume brûlante.
Je me souviens, je me souviens,
Le baiser dans l’herbe.
Rien, comme quelque chose, ne se produit n’importe où.
Rappelez-vous que vous êtes cet univers et que cet univers, c’est vous. »

The night face up, 89 Books, 42 €, 116 p.

© Mauro Fiorito

© Mauro Fiorito

© Mauro Fiorito © Mauro Fiorito © Mauro Fiorito © Mauro Fiorito

© Mauro Fiorito © Mauro Fiorito

© Mauro Fiorito© Mauro Fiorito

© Mauro Fiorito

© Mauro Fiorito

Explorez
Rastchoutchas, la pop en béquille
© Rastchoutchas
Rastchoutchas, la pop en béquille
Entre les potes, les ombres et les mâchoires animales qu’une main de matrone serre, Rastchoutchas pope toujours la même et unique soirée...
16 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
100% L'EXPO : immersion magnétique dans l'art émergent
© Daria Svertilova, Maisons éphémères, 2023, ENSAD / Courtesy of 100% L'EXPO
100% L’EXPO : immersion magnétique dans l’art émergent
En accès libre et gratuit, le festival 100% L’EXPO revient pour une 6e édition au sein de la Grande Halle ainsi qu’en plein air dans le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tarek Mawad et les mouvements des corps
© Tarek Mawad
Tarek Mawad et les mouvements des corps
À l’instar de ses muses, Tarek Mawad, photographe de mode germano-égyptien, est porté par un mouvement permanent.
05 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine