Maxime Antony repousse les portes du réel 

22 mai 2023   •  
Écrit par Anaïs Viand
Maxime Antony repousse les portes du réel 

C’est à l’occasion de l’annonce de finalistes du prix Picto de la Photographie de Mode 2023 que nous avons découvert une nouvelle facette du travail de Maxime Antony, un photographe français autodidacte. Avec L’encéphale, il nous emporte aux confins du réel, là où la matière et l’âme se confondent et se métamorphosent…

L’encéphale ? Il est, pour Maxime Antony, la chose la plus précieuse qui puisse exister chez un être humain. Il est aussi le titre de la série qui a retenu l’attention du prix Picto de la Photographie de Mode 2023. Lauréat de la précieuse distinction (troisième prix – dotation Filippo Roversi), l’artiste partage une expérience, ou plutôt une tentative de mise en images de ce qu’il voit et vit quand la nuit tombe, quand ses paupières se mettent au repos. « Tout un monde sort de là. L’encéphale est un orchestre créant un mouvement harmonieux entre le corps et l’esprit. Il est l’équilibriste des mondes intérieurs et extérieurs, il est le cœur de l’existence », confie celui qui aime brouiller les pistes. « Cela m’amuse beaucoup. Depuis tout petit, je me réveille en sueur, attentif et essoufflé, mais pourtant souriant et heureux. Douteux, je me demande un instant où se situe la frontière entre la réalité et le monde des rêves… ». Créateur du sur-mesure, il dessine autant de rêves que de réalités et transforme des corps en androïdes. « Souvent subliminaux et atrocement élégants, ces corps dégagent  une aura intense ». Salvador Dalí, Edvard Munch ou encore Francis Bacon… Face à ses compositions dansantes, la matière se fond dans le paysage, les mouvements paraissent infinis, et nos esprits plongent dans des siècles de peinture… « Irving Penn et Sarah Moon m’ont aussi accompagné dans mes réflexions mode », ajoute Maxime Antony. 

Buste aux deux regards

Cinq modèles, environ 4000 photographies, trois shootings, deux studios et presque un an de travail. « C’est-à-dire du tri, des choix, de la recherche, des doutes, des convictions, et de la mise en pratique – diurne et nocturne », précise le photographe. Tout cela est apparu après la réalisation du buste aux deux regards, la première création de la série. « Techniquement, cette image mélange déformation réelle – objet transparent entre la modèle et l’appareil – et irréelle – traitement en postproduction. Psychiquement, elle représente la dualité entre le corps et l’esprit. Artistiquement, elle a déclenché toutes les autres images. C’est à ce moment-là que tout s’est aligné dans ma boîte crânienne ». Comment matérialiser la réalité ultime ? À quoi pourrait bien ressembler l’essence des choses ? À travers L’encéphale, Maxime Antony étudie les profondeurs de l’âme en même temps que la place des êtres humains dans l’univers et considère ce travail comme une « odyssée métaphysique absolue ».

© Maxime Antony© Maxime Antony
© Maxime Antony
© Maxime Antony© Maxime Antony
© Maxime Antony© Maxime Antony
© Maxime Antony© Maxime Antony
© Maxime Antony
© Maxime Antony© Maxime Antony
© Maxime Antony© Maxime Antony

© Maxime Antony

Explorez
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
© Margaux Roy
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
Avec Calques, Margaux Roy explore le quotidien intimiste des maîtres de la retouche. En dispersant ou en superposant les couches, elle...
18 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
© Laura Lafon Cadilhac
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
Cette semaine, plongée dans l'œil de Laura Lafon Cadilhac. La cofondatrice du collectif Lusted Men nous parle d’une orgie végane et de sa...
17 juin 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
De la série Illustrated People, 2013 © Thomas Mailaender
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
Jusqu’au 29 septembre, la Maison européenne de la Photographie laisse carte blanche à Thomas Mailaender. Un pari réussi pour l’artiste...
17 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
The Unmovable Mover : l'usine imaginaire d'Alessandra Leta
© Alessandra Leta
The Unmovable Mover : l’usine imaginaire d’Alessandra Leta
L’artiste italienne Alessandra Leta construit une fiction en fragments, qui prend pour contexte une usine imaginaire de pièces détachées...
12 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
21 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
© Mark McKnight, Him, Shadow (2020)
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
Maîtresse de conférences à l’université de Brighton, en Angleterre, l’artiste suédoise multidisciplinaire Åsa Johannesson vient de...
20 juin 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti