Mémoire, coïncidence et réalité

03 avril 2020   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Mémoire, coïncidence et réalité

Dans Tragédie, Coïncidence et La Double Vie de L.L.D.M, Zhen Shi poursuit son projet de fiction-documentaire. L’artiste chinoise immisce son lectorat dans une enquête rocambolesque faite d’archives, de créations personnelles, et d’un travail d’édition minutieux.

Qui n’a jamais rêvé d’inspecter un journal intime dans ses moindres recoins ? Celui de votre frère, de votre âme sœur ou… D’un parfait inconnu. L’histoire de Zhen Shi débute en 2015, au marché aux puces de la Place du Jeu de Balle à Bruxelles. Au détour de vieux livres et d’anciennes cartes postales, un ouvrage attire son attention. Un journal intime belge datant du 19e siècle. « L’objet était signé “LLDM” et l’auteur semblait être une femme. Les lettres, les photos et les archives étaient très bien conservées. J’ai ressenti quelque chose d’étrange à l’intérieur de moi. J’ai alors décidé d’enquêter », se souvient Zhen Shi. Originaire de Chine et installée à Paris, l’artiste collectionne les instantanées depuis plusieurs années. Pour elle, la photographie vernaculaire est un format magique : « Ce que je trouve fascinant, c’est l’anonymat des auteurs des images. Cela me permet d’imaginer de nouvelles histoires. »

Tragédie, Coïncidence et La Double Vie de L.L.D.M constitue le deuxième ouvrage de ce projet dédié au journal intime. La narratologie de son récit ? La photographie, la fiction-documentaire, et l’édition. Dans un premier chapitre, Memories of Things Past, l’artiste construit des preuves de sa future histoire à travers une recherche généalogique sur la famille de LLDM. Le deuxième chapitre réunit ses découvertes et les transforme en clés de lecture. Le récit peut alors débuter. « Par une manipulation artificielle des évènements de LLDM, je tente d’explorer la relation complexe entre réalité et mémoire. En parallèle de cette enquête, j’ai commencé un journal personnel où j’écris toutes mes pensées et émotions. Je renseigne aussi le déroulé et la mise en place de cette histoire. Cela fait cinq ans que je travaille sur ce projet, je vis avec », confie l’artiste.

© Zhen Shi

Sur les traces de L.L.D.M.

Écrits, images, textures et papiers différents… Tragédie, Coïncidence et La Double Vie de L.L.D.M  se distingue par sa forme. Et le fond n’est pas en reste. Car son histoire est faite de péripéties et d’heureux hasards. À la fin du premier chapitre, Zhen Shi rapporte le récit de Christine B, une pilote de course portant le même nom que l’arrière-petite-fille de LLDM. « Un certain 1er avril, Christine m’appelle et me confirme qu’elle appartient à la famille de LLDM. J’ai cru à un poisson d’avril. Nous nous sommes rencontrées, raconte-t-elle. J’ai été invitée à dormir dans la chambre qui appartenait à LLDM, puis à sa fille et sa petite-fille. C’était le même décor que celui décrit dans le journal. La vie des personnages qui semblaient n’exister que sur le papier est soudain apparue dans la mienne ».

Le 22 octobre 2017, Zhen Shi se rend à Bruxelles. Et un drame survient. Sa voiture a été fracturée, à quelques mètres seulement du marché aux puces où elle a trouvé le journal deux ans auparavant. Les cambrioleurs emportent tout. Ses papiers d’identité, son matériel photo et tous les originaux et copies liés au projet. « Une fois de plus, l’histoire de LLDM s’est perdue dans la mémoire du passé », précise la photographe attristée. Cette tragédie révèle la façon dont le temps passe, se renouvelle, et disparaît sans un bruit.

 

Tragédie, Coïncidence et La Double Vie de L.L.D.M, La Maison De Z, 45 euros, 192p.

© Zhen Shi© Zhen Shi

© Zhen Shi

© Zhen Shi© Zhen Shi

© Zhen Shi© Zhen Shi

© Zhen Shi© Zhen Shi

© Zhen Shi

Explorez
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
Il y a 8 heures   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
Il y a 8 heures   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet