Mémoire de crimes en série

08 mars 2017   •  
Écrit par Marie Moglia
Mémoire de crimes en série

Qui est Marie Martin ? La première exposition collective du label poly —, le 12 janvier dernier, proposait une réflexion autour de la notion d’identité, d’être et de mémoire. Lorsqu’il a commencé à travailler sur le sujet, Matthias Pasquet, 27 ans, a simplement lancé une recherche sur Google. Il découvre alors qu’une dénommée Marie, épouse de Pierre Martin, a été la protagoniste avec son mari d’un fait-divers macabre qui s’est déroulé au début du 19e siècle. Tous deux étaient aubergistes et tenaient un établissement à Peyrebeille, en Ardèche. Il s’agit de l’Auberge rouge. Théâtre d’une cinquantaine de meurtres — c’est du moins ce que le mythe relate — commis par les deux époux, le lieu du crime est aujourd’hui un musée.

Marie_Martin_Matthias_Pasquet_01Marie_Martin_Matthias_Pasquet_03Marie_Martin_Matthias_Pasquet_04Marie_Martin_Matthias_Pasquet_05Marie_Martin_Matthias_Pasquet_06

Ce que le temps laisse à la mémoire

Matthias a passé deux jours sur place. Il a dormi dans l’hôtel-restaurant qui se dresse à côté de l’auberge. L’ambiance ? Étrange. « C’est un endroit assez particulier, assez rude l’hiver, entouré de montagnes. C’est un lieu qui appelle le mythe. » Qu’est-ce qui, dans cet environnement austère, a fait naître les pires fantasmes — le cannibalisme en tête — entourant cette histoire ? C’est la question que soulève Matthias à travers les quelques images qu’il a conservé pour l’exposition. Il y a d’abord l’atmosphère du lieu, qu’on imagine encore plus âpre en 1833. Puis le tourisme, qui a fait naître le musée et sa boutique. Ainsi le photographe a-t-il alterné entre les vues de paysages et les prises de vues plus systémiques de petits “souvenirs” glanés durant ce bref séjour.

Matthias, qui est diplômé des Gobelins et d’une école de cinéma, a un don pour la lumière; pour faire surgir le potentiel d’une ambiance. Ses clichés des environs de l’auberge traduisent l’isolement, l’étouffement. Ont-elles été prises à l’orée du jour, ou à la tombée de la nuit ? Le recul des siècles écoulés, et le regard distancié du photographe n’atténuent pas l’intensité des drames qui se sont déroulés là-bas. Et qui se sont soldés par la mise à mort des époux Martin. Cette courte série évoque une terrible solitude;  celle qui enferment facilement dans la noirceur ou la folie. C’est un témoignage profond sur la mémoire. L’histoire et le temps ont beau précipiter les changements, les empreintes du passé demeurent immuables. Tel est le message délicat qu’infuse Matthias Pasquet en revenant sur les lieux d’anciens crimes qui ne seront peut-être jamais oubliés.

Extrait du projet "Martie Martin / © Matthias Pasquet
Au bord de l’Allier : c’est là que le corps de la première victime présumée des époux Martin a été retrouvée. Extrait du projet “Marie Martin / © Matthias Pasquet

En (sa)voir plus

→ Découvrez l’ensemble du travail de Matthias Pasquet sur son site : cargocollective.com/matthias_pasquet

→ Matthias a été publié une première fois sur le site de Fisheye, le 10 février dernier. Nous présentions sa série Vues quotidiennes.

→ Matthias est représenté par le label poly — : www.poly-paris.com/fr/

Explorez
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l'histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Yevonde Middleton Vivex, *John Gielgud as Richard II in 'Richard of Bordeaux'*, 1933 by colour print NPG x11658. © National Portrait Gallery, London
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l’histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Jusqu’au 18 novembre, les 1 200 mètres carrés du deuxième étage du Centre Pompidou-Metz se transforment en une promenade temporelle pour...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Les Cowboys Créoles dans l'objectif de Chloé Kerleroux
© Chloé Kerleroux
Les Cowboys Créoles dans l’objectif de Chloé Kerleroux
Avec la série Cowboys Créoles, Chloé Kerleroux rend hommage à la figure du vacher noir, personnage emblématique de l’histoire...
18 juillet 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Odette England : armes de proies
© Odette England
Odette England : armes de proies
Dans Woman Wearing Ring Shields Face From Flash, Odette England met en lumière le parallèle existant entre photographie et armes à feu....
18 juillet 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti
Focus : la voie des femmes
© Paola Paredes
Focus : la voie des femmes
Depuis plus de deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans...
17 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l'histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Yevonde Middleton Vivex, *John Gielgud as Richard II in 'Richard of Bordeaux'*, 1933 by colour print NPG x11658. © National Portrait Gallery, London
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l’histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Jusqu’au 18 novembre, les 1 200 mètres carrés du deuxième étage du Centre Pompidou-Metz se transforment en une promenade temporelle pour...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
© Ludivoca De Santis
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
Collections d’images venues de rêves lucides, Onironautica de Ludovica De Santis interroge, au travers de mises en scène intrigantes...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
© Pascal Sgro
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
Entre nostalgie et humour, le photographe belge Pascal Sgro saisit, dans sa série en cours Le Jardin du Lunch, la bienveillante laideur...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les Cowboys Créoles dans l'objectif de Chloé Kerleroux
© Chloé Kerleroux
Les Cowboys Créoles dans l’objectif de Chloé Kerleroux
Avec la série Cowboys Créoles, Chloé Kerleroux rend hommage à la figure du vacher noir, personnage emblématique de l’histoire...
18 juillet 2024   •  
Écrit par Costanza Spina