« Mille et un passages » : la rétrospective Sally Mann

18 juillet 2019   •  
Écrit par Julien Hory
« Mille et un passages » : la rétrospective Sally Mann

Jusqu’au 22 septembre, le Jeu de Paume présente l’exposition Mille et un passages. Une rétrospective de l’œuvre de Sally Mann qui couvre près de 40 ans de photographie. Une réflexion sur la condition humaine et l’existence.

Sally Mann née en 1951 à Lexington, en Virginie (États-Unis). Sa terre natale est au cœur du travail de la photographe. À travers une centaine d’images, dont une large partie n’a jamais été montrée, Sally Mann raconte le sud profond par différents chemins. De l’intime à la grande Histoire, l’exposition Mille et un passages présentée au Jeu de Paume propose une œuvre à la fois puissante et provocante.

Partant de ses expériences personnelles et de son environnement proche Sally Mann convoque des thématiques universelles qui transcendent les frontières. Dans une scénographie en cinq temps, l’exposition engage le visiteur dans une réflexion : la mort, l’identité, la filiation et la mémoire. Cette rétrospective, unique étape européenne, sonde ainsi des grandes questions de l’existence.

© Sally Mann

Les cicatrices du passé

La première salle consacrée à l’exposition réunit les photographies que l’artiste a réalisées de ses enfants. Capturés à la chambre, ces clichés évoquent l’insouciance de la jeunesse et le naturel d’une vie à la campagne. Ces images qui semblent prises sur le vif ont été en réalité minutieusement préparées. La photographe s’est parfois assurée de la complicité de ses deux filles et de son fils pour réaliser des mises en scène qui traduisent le regard des adultes sur l’enfance. Cette série conçue entre 1985 et 1994 a suscité de vifs débats. L’apparition d’enfants nus choqua une frange du public. Certaines expositions personnelles de l’artiste ont été alors annulées, voire vandalisées.

Cette proximité, la photographe américaine l’a déployée en photographiant les paysages environnant sa propriété puis des espaces plus lointains. Par ce biais, elle a voulu montrer que la terre conserve les cicatrices du passé. Elle explique sa démarche : « Le lieu et l’histoire étant donnés, il m’appartenait de trouver les métaphores : ces signes cryptés dans le paysage du Sud, dont la signification s’est plus ou moins perdue ». Les surfaces meurtries et l’intime, la photographe les a retrouvés dans ses dernières images où elle tournera son objectif sur le corps de Larry, son mari, atteint de dystrophie musculaire.

© Sally Mann© Sally Mann

Évasion pour certains, tombeau pour d’autres

Les sujets sensibles n’effraient pas Sally Mann. Consciente de l’héritage historique chargé de sa région, elle en a exploré le passé torturé. Cette histoire, c’est celle de la Viriginie.  Cet État fut le plus grand théâtre de la guerre de Sécession. Près d’un tiers des batailles se sont livrées dans les plaines de cette région du sud. Ces terrains-cimetières, ensevelis par le temps, rappellent l’indifférence d’une nature recouvrant ses droits face à la souffrance humaine. Sally Mann figure la mort qui a régné là grâce à un procédé au collodion dont elle conserve les imperfections et craquelures.

C’est aussi l’histoire du sud esclavagiste dont la photographe a voulu témoigner à travers quatre séries : une sur les rivières, chemins d’évasions pour certains, tombeaux pour d’autres ; les églises, voies spirituelles ; les Afro-Américains eux-mêmes ; Virginia « Gee-Gee » Carter, la domestique de sa famille. Comme elle le dit, le passé violent est partout dans son œuvre : « J’ai pris mon parti de l’histoire dans laquelle je suis née, des gens qui vivent cette histoire et de la terre sur laquelle je vis, et ce avant même d’avoir su lacer mes chaussures. Même ainsi, je ressentais une certaine honte et un vague sentiment de responsabilité ; le passé me hantait, qui surgissait comme du fond des temps.»

© Sally Mann

© Sally Mann

© Sally Mann© Sally Mann
© Sally Mann

© Sally Mann

© Sally Mann

 

Explorez
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
L’écocide en ligne de mire
© Oleksandra Zborovska, When The River Left The Shores, 2023
L’écocide en ligne de mire
Ce terme est brutalement réapparu dans l’actualité avec la guerre en Ukraine et la destruction du barrage de Kakhovka, dans le sud du...
À l'instant   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina