« Modernité des Passions » : un amour communicatif

08 juillet 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
« Modernité des Passions » : un amour communicatif

L’ENSP accueille Modernité des Passions, une exposition collective créée par six étudiants-commissaires faisant dialoguer les œuvres de la collection Agnès b. et les créations des élèves de l’école. Un évènement enthousiasmant.

Le nouvel espace de l’École nationale supérieure de la Photographie d’Arles a ouvert ses portes durant la première semaine des Rencontres. Situé boulevard Victor Hugo, ce nouvel espace contraste avec l’ancien bâtiment de l’école. Plus moderne et spacieux, il s’inscrit dans une vocation d’ouverture au public. Les quelque 450 m2 de la galerie d’exposition, conçue par l’architecte Marc Barani, s’entourent de verre. Une transparence appelant à un dialogue entre la ville et l’école, la photographie et le monde. Une construction en écho avec l’exposition d’inauguration, présentée au premier étage.

« Modernité des Passions est un projet démarré il y deux ans, en partenariat avec la Fondation des artistes et le Fonds de dotation Agnès b. précise Florent Basiletti, l’un des six élèves commissaires de l’exposition. Nous avons chacun sélectionné nos coups de cœur parmi les collections d’Agnès b. puis nous avons cherché à comprendre ce qui nous avait émus. » La notion de passion s’impose alors, naturellement. Un thème aussi large que passionnant, ayant inspiré les artistes depuis des décennies. L’extase, l’ivresse, l’amour ou l’excitation peuplent les photographies de l’exposition. Un mélange délicieux de poésie et d’irrévérence.

Dialogue entre passé et présent

La construction de l’exposition s’est ensuite réalisée en étape : les étudiants ont rencontré Agnès b, les artistes, puis découvert les œuvres. Une approche progressive, leur permettant de s’approprier ce vaste sujet. « Il était très important pour nous de développer une relation entre ces images et les étudiants de l’école. Ainsi, les pièces de la collection se trouvent au centre de l’installation, et celles des élèves autour » explique Florent Basiletti. Véritable dialogue entre passé et présent, grands artistes et jeune génération, les œuvres semblent se répondre, se jauger. Si les deux parcours (intérieur et extérieur) offrent deux pistes de lecture, l’espace permet au visiteur de mettre les images en relation. Côté étudiant, il n’est pas rare de deviner un détail de l’image d’un artiste exposé sur le mur d’en face, en second plan. Un jeu d’aller-retour amusant.

Osée et fraîche, Modernité des Passions se détache de l’essai scolaire pour tisser des liens entre les photographes. « Les commissaires n’ont pas eu peur d’utiliser des stars du 8e art comme des artistes moins connus. Ils ont profité pleinement de la grande liberté laissée par Agnès », confie Lucile Guyomarc’h, chargée de communication de l’école. Déclinée dans un fanzine et sur le nouveau compte Instagram de l’école, l’exposition donne un nouveau souffle à la photographie émergente. Une passion communicative, entre tendresse et sincérité, partagée avec une grande maturité.

© Louise Mutrel© Colin Bertin

© à g. Louise Mutrel, à d. Colin Bertin

© Anaïs Castaings

© Anaïs Castaings

© Carone

© Carone

© Leslie Kims© Paul Seawright

© à g.Leslie Kims, à d. Paul Seawright

© Henri Cartier-Bresson

© Henri Cartier-Bresson

© Larry Clark© Chloé Wasp

© à g. Larry Clark, à d. Chloé Wasp

© Florent Basiletti

© Florent Basiletti

© Chad Moore

© Chad Moore

© Céline Yasemin© Emmanuel Bovet

© à g. Céline Yasemin, à d. Emmanuel Bovet

© Clémence Elman

© Clémence Elman

© Robin Plusquellec© Nan Goldin

© à g. Robin Plusquellec, à d. Nan Goldin

Image d’ouverture : © Céline Yasemin

Avec l’aimable autorisation de la collection agnès b.

Explorez
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •