Mosaïque et symphonie, la valse des hirondelles

06 février 2021   •  
Écrit par Finley Cutts
Mosaïque et symphonie, la valse des hirondelles

Jusqu’au 16 février, la Galerie Thierry Bigaignon présente Le Bleu du Ciel, le projet des lauréats du Prix Swiss Life à 4 mains : Edouard Taufenbach et Régis Campo. Une invitation à la valse, sensuelle et héroïque, d’une volée d’hirondelles.

Tout commence avec un souvenir d’enfance. Dans sa campagne natale, non loin des Vosges, le photographe Edouard Taufenbach assistait chaque année au grand départ des hirondelles vers l’Afrique. Symboles de liberté et d’évasion, ces oiseaux migrateurs deviennent les muses d’un récit de voyage, qui n’est jusque-là rien d’autre qu’un rêve de jeunesse. C’est avec la rencontre du compositeur, et membre de l’Académie des Beaux-Arts, Régis Campo, que ce songe enfantin se développe en une passion commune. Comme l’illustre Nathalie Martin, déléguée générale de la Fondation Swiss Life, « le vol de l’hirondelle se fait à la fois partition de musique, avec ses ruptures et ses silences, et symphonie d’images ». À 4 mains, photographe et compositeur, conçoivent Le Bleu du Ciel : une ode à ce petit oiseau, qui chaque année parcourt des milliers de kilomètres à travers montagnes, mers et déserts, dans un périple digne d’un roman – ou d’un conte photo-musical.

© Edouard Taufenbach

Une mosaïque chantante

Dans un élan tout à fait original, le Prix Swiss Life à 4 mains récompense depuis sa création l’alliance entre le 8e art et la musique. C’est donc en échangeant éléments photographiques et musicaux que les lauréats ont fait évoluer le projet jusqu’à l’œuvre qu’on découvre aujourd’hui. D’abord conçu dans l’esprit d’Edouard Taufenbach, c’est lors d’un confinement pendant sa résidence à la Villa Médicis de Rome, que l’aspect photographique se développe avec l’aide d’un autre auteur : Bastien Pourtout. De quatre, on passe alors à six mains. Une véritable collaboration artistique, où les deux œuvres se complètent sans jamais dépendre l’une de l’autre. L’essentiel ? Que les deux perspectives ne fassent pas doublons, explique Régis Campo. « Comme les plus belles musiques de films, elles fusionnent avec les images, elles ne sont pas redondantes mais les nourrissent. Elles disent ce que l’image ne dit pas », rappelle-t-il. Sans jamais empiéter, les compositions musicales embellissent le parcours visuel, et, l’assemblage d’hirondelles ne saurait distraire du concert enivrant.

À une symphonie colorée répond une mosaïque chantante. Les nuances de bleus évoquent la richesse d’un ciel changeant. La mélodie enjouée rappelle le vol d’oiseaux au-dessus de nos têtes. « J’ai construit mes images avec une préoccupation musicale afin que ce soit une lecture en mouvement, des images qui ne soient pas figées, qu’on puisse les faire danser dans nos têtes », raconte Edouard Taufenbach. Expérience immersive, poésie sensible, l’exposition se vit comme une balade lyrique dans les airs. Peut-être qu’« une hirondelle ne fait pas le printemps », mais toute une volée, s’agitant autour de nous, ne peut que présager des jours meilleurs. La Galerie Thierry Bigaignon flotte dans les cieux et devient, jusqu’au 16 février, une étape de repos sur le long pèlerinage des hirondelles.

© Edouard Taufenbach

© Edouard Taufenbach

© Edouard Taufenbach

© Edouard Taufenbach & Bastien Pourtout. Courtesy Prix Swiss Life à 4 mains & Galerie Thierry Bigaignon



Le bleu du ciel, The Light © Régis Campo

Explorez
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
© Margaux Roy
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
Avec Calques, Margaux Roy explore le quotidien intimiste des maîtres de la retouche. En dispersant ou en superposant les couches, elle...
18 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
© Laura Lafon Cadilhac
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
Cette semaine, plongée dans l'œil de Laura Lafon Cadilhac. La cofondatrice du collectif Lusted Men nous parle d’une orgie végane et de sa...
17 juin 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
De la série Illustrated People, 2013 © Thomas Mailaender
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
Jusqu’au 29 septembre, la Maison européenne de la Photographie laisse carte blanche à Thomas Mailaender. Un pari réussi pour l’artiste...
17 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
The Unmovable Mover : l'usine imaginaire d'Alessandra Leta
© Alessandra Leta
The Unmovable Mover : l’usine imaginaire d’Alessandra Leta
L’artiste italienne Alessandra Leta construit une fiction en fragments, qui prend pour contexte une usine imaginaire de pièces détachées...
12 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
21 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
© Mark McKnight, Him, Shadow (2020)
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
Maîtresse de conférences à l’université de Brighton, en Angleterre, l’artiste suédoise multidisciplinaire Åsa Johannesson vient de...
20 juin 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti