Mythe, illusion ou désillusion?

06 avril 2018   •  
Écrit par Anaïs Viand
Mythe, illusion ou désillusion?

Gregor Sailer est un photographe et designer autrichien qui aime remettre en question notre compréhension du monde. Dans son dernier ouvrage, The Potemkin Village, paru en octobre 2017, il revisite le mythe du même nom datant du 18e siècle. Un bel objet qui brouille les frontières et questionne notre réalité. Authenticité ou illusion ? Les deux évidemment.

Selon la légende, en 1787, en Crimée, Grigori Potemkine fit ériger des façades en carton-pâte pour masquer la misère locale. L’objectif ? Impressionner l’impératrice Catherine II, de passage. Au-delà du mythe, l’expression « village Potemkine » renvoie aujourd’hui aux termes de trompe-l’œil, de supercherie. Il renvoie également au dernier ouvrage signé Gregor Sailer, The Potemkin Village, paru chez Kehrer Verlag. Si Gregor s’est spécialisé dans la photographie documentaire et d’architecture dans le milieu urbain, le médium a toujours été pour lui  l’outil idéal permettant de « raconter des choses, effectuer des recherches sur le monde, révéler des informations et défendre une opinion ». Le monde est son terrain de jeu favori, c’est là qu’il puise son inspiration. « J’essaye de trouver de nouvelles perspectives et de pénétrer des espaces difficiles d’accès, explique le photographe. J’essaye de faire des images réalistes permettant au spectateur de se forger sa propre opinion », précise-t-il.

Courir après l’invisible

Intéressé par le faux et toutes les formes d’illusion, Gregor recherche des « versions modernes du mythe », à savoir des « constructions architecturales motivées par des enjeux politiques, militaires ou encore économiques ». Centres de formation au combat aux États-Unis, répliques fidèles de villes européennes en Chine, zone d’essais de véhicules en Suède. Une course après l’invisible, qui s’avère difficile tant les publications et les contacts sont rares. « Les phases de recherches et d’organisation jouent un rôle important dans ce projet », confie le photographe. Depuis 2015, il a voyagé à travers quatre continents et a parcouru plusieurs pays parmi lesquels, les États-Unis, la Chine, la Russie, la Suède, l’Allemagne, la France ou encore l’Angleterre. Gregor revisite un mythe du XVIIIᵉ siècle à la lumière des préoccupations et besoins du XXIᵉ siècle. Et surtout, ses images pointent l’invisible, le faux ou encore ce que l’on refuse de voir. Fiction ou réalité ? Une chose est certaine, The Potemkin Village questionne nos propres frontières.

© Gregor Sailer

© Gregor Sailer

© Gregor Sailer

© Gregor Sailer

© Gregor Sailer

© Gregor Sailer

The Potemkin Village, Éditions Kehrer Verlag, 58,00 €, 304 p.

Explorez
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Malaga, 1966 © Joël Meyerowitz
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Il y a soixante ans, le photographe américain Joël Meyerowitz foulait le sol de la ville de Málaga, en Espagne. Cette année, du 15 juin...
24 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
© Irina Shkoda
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
Retour à ses racines, famille d’adoption, fantômes tenaces ou simples témoignages d’une connexion profonde, les photographes nous...
22 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #455 : Élément H2O
© Ezequiel Rivero / Instagram
La sélection Instagram #455 : Élément H2O
Par la puissance de son courant, l’eau s’impose comme élément d’inspiration pour les photographes de notre sélection Instagram de la...
21 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
Il y a 11 heures   •  
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill