Nouveaux regards sur Paris

26 décembre 2018   •  
Écrit par Maria Teresa Neira
Nouveaux regards sur Paris

L’Hôtel de Ville de Paris accueille jusqu’au 5 janvier 2019 les clichés de jeunes photographes contemporains. Une exposition collective qui renouvelle l’imaginaire de la ville lumière.

Conçue par Anna Planas, Pierre Hourquet et Fannie Escoulen, et lancée en novembre l’exposition Photographier Paris – Nouveaux regards sur la ville affiche le travail de seize artistes. Les photographes, issus de tous horizons, portent un regard renouvelé sur la capitale. La ville-musée devient un espace décalé et insolite.  Les images de Photographier Paris – Nouveaux regards sur la ville compose une balade visuelle aux quatre coins de Paris.

Yusuf Sevincli, photographe turc, capture le rythme et la tension de la ville à travers des images obscures et trépidantes. Dans une approche plus expérimentale, Stephan Keppel reproduit sur ses images les textures et les replis qui tissent la surface de la ville. Laurent Chardon, cofondateur du festival Polycopies, nous rapporte des fragments urbains pris à la volée lors de randonnées nocturnes et hivernales. Thomas Boivin – un photographe repéré lors du festival Paris Saint-Germain 2018 – arpente les rues de Belleville, en photographiant depuis 2010 les habitants de ce quartier éclectique.

© Yusuf Sevincli

© Yusuf Sevincli

La touche comique est apportée par Louis Matton. Il est l’auteur d’Aéroparis, un projet d’aéroport «Grand-Paris-Centre» situé dans l’hyper-centre parisien. Un projet urbanistique fictif, qui nous fait réfléchir sur la métropole et l’exploitation de ses espaces. Un questionnement qui retrouve écho dans les images de Geoffroy Matthieu, soutenu par le Centre National des Arts Plastiques (CNAP). Le photographe français s’intéresse aux nouvelles formes de ruralité et à la production agricole dans la métropole parisienne. Lucile Boiron photographie les migrants depuis 2016 dans les campements de réfugiés à Paris. Sa série Young Adventurers Chasing the Horizon, aux couleurs contrastées, renouvelle la photographie documentaire classique. Les images de Lucille Boiron sont déchirantes par l’opposition entre l’esthétique pop qu’elles dégagent et le fond tragique qu’elles contiennent. Ola Rindal, photographe norvégienne installée à Paris, porte le regard sur les détails éphémères que le quotidien nous fait oublier. Elle capture l’essence de la ville à travers les espaces intermédiaires. Paulien Oltheten, lauréate du Prix Découverte des Rencontres d’Arles, nous emmène dans le quartier des Olympiades avec une série réalisée durant sa résidence à la Cité des Arts de Paris. Elle signe également NON, une œuvre réalisée autour d’un graffiti retrouvé dans un quartier. Pour cette œuvre, elle a confronté ses images avec les voix enregistrées des passants devant le graffiti. Le travail de Peter Tillessen met en lumière l’incongruité du quotidien. Dans sa série Superficial Images, ce photographe allemand intègre l’humour à ses images. Laurent Kronental photographie quant à lui les grands ensembles de Paris. Ensemble ils composent une mosaïque de la ville, une nouvelle cartographie éclectique à découvrir en plein cœur de Paris, avant le 5 janvier.

© Laurent Chardon© Stephan Keppel

© à.g. Stephan Keppel, à.d. Laurent Chardon

© Thomas Boivin

© Thomas Boivin

© Louis Matton

© Louis Matton

© Lucille Boiron© Ola Rindal

© à.g. Lucille Boiron, à.d. Ola Rindal

© Sandra Rocha

© Sandra Rocha

© Peter Tillessen© Paulien Oltheten

© à.g. Paulien Oltheten, à.d. Peter Tillessen

Photo de couverture © Thomas Boivin

Explorez
Rastchoutchas, la pop en béquille
© Rastchoutchas
Rastchoutchas, la pop en béquille
Entre les potes, les ombres et les mâchoires animales qu’une main de matrone serre, Rastchoutchas pope toujours la même et unique soirée...
16 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
100% L'EXPO : immersion magnétique dans l'art émergent
© Daria Svertilova, Maisons éphémères, 2023, ENSAD / Courtesy of 100% L'EXPO
100% L’EXPO : immersion magnétique dans l’art émergent
En accès libre et gratuit, le festival 100% L’EXPO revient pour une 6e édition au sein de la Grande Halle ainsi qu’en plein air dans le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tarek Mawad et les mouvements des corps
© Tarek Mawad
Tarek Mawad et les mouvements des corps
À l’instar de ses muses, Tarek Mawad, photographe de mode germano-égyptien, est porté par un mouvement permanent.
05 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine