Olivier Metzger, maître de la lumière, s’est éteint à l’âge de 49 ans

03 novembre 2022   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Olivier Metzger, maître de la lumière, s’est éteint à l’âge de 49 ans

Olivier Metzger est décédé des suites d’un accident de voiture aux abords d’Arles ce mercredi 2 novembre 2022. Photographe de la lumière et des stars devenu incontournable, il laisse derrière lui une œuvre sensible, à son image. Fisheye s’associe à Rosanna Tardif, sa compagne, curatrice photo, ainsi qu’à toute sa famille et lui rend hommage.

Né en 1973 en Alsace, Olivier Metzger ne se prédestinait pas nécessairement à la photographie qu’il pratique pourtant dès l’adolescence, en autodidacte. Tourné vers l’autre, il suit des études d’infirmier et se dévoue à cette vocation pendant cinq années. Entre les murs des hôpitaux publics, il exerce son regard sensible avant de décider de se livrer au 8e art. Diplômé de l’École nationale supérieure de la photographie d’Arles en 2004, son œuvre a tôt fait de séduire le milieu. À l’image, les lumières diffuses jaillissent de décors hors du temps, empreints de mystère et d’une mélancolie certaine, résolument cinématographiques. Télérama, Le Monde, Libération, L’Obs, le New York Times, Elle… C’est entre les pages de la presse – à laquelle il était très attaché – qu’il s’illustre notamment. Les rédactions raffolent de ses portraits desquels les flashs révèlent toujours la complexité des sujets. De sa parfaite maîtrise de l’éclairage, il parvient à les magnifier autant qu’il met à jour leurs parts d’ombre, souvent dissimulées.

Une carrière fulgurante

S’il avait fait des stars l’un de ses sujets de prédilection, Olivier Metzger n’avait que faire du faste que l’on associe volontiers à cette industrie. Représenté par l’agence Modds – qui, dans un communiqué, a regretté la perte d’ « un membre de sa famille » –, il vivait en retrait et préférait travailler à Arles. Humble et surtout humain, devant son objectif, personnalités médiatiques et parfaits inconnus apparaissaient sur un pied d’égalité. Tout au long de sa fulgurante carrière, les plus grandes institutions du domaine ont salué son talent à de nombreuses reprises. Parmi elles figurent les Rencontres d’Arles, mais aussi la FIAC, Paris Photo, la fondation Hermès de Berne, l’Institut français de Prague ou encore la Maison de la photographie de Moscou pour ne citer qu’elles.

Lauréat 2022 de la plus grande commande publique de la BnF, il portait en ce moment même un projet entamé au printemps dernier, consacré à l’espace urbain. Attentif aux moindres détails, Olivier Metzger avait remarqué qu’une fois la nuit tombée, l’usage de lampes à sodium au sein des villes se faisait de plus en plus rare, laissant place à la froideur chirurgicale des LED. Celles-ci nimbaient les rues de cette lueur chaleureuse, orangée qu’il appréciait tant. Dans le cadre d’une résidence à Soorts-Hossegor, il avait capturé avec poésie les Landes entre minuit et 4h du matin pour une série sobrement intitulée Sodium. Actuellement exposée au centre d’art Troisième Session, l’évènement qui devait s’achever le 5 novembre sera prolongé en sa mémoire.

© Olivier Metzger / Modds

© Olivier Metzger / Modds© Olivier Metzger / Modds

© Olivier Metzger / Modds

© Olivier Metzger / Modds© Olivier Metzger / Modds

© Olivier Metzger / Modds

© Olivier Metzger / Modds© Olivier Metzger / Modds

© Olivier Metzger / Modds

© Olivier Metzger / Modds

Explorez
Daniel Blaufuks : journal d’un enfant de l’exil
© Daniel Blaufuks
Daniel Blaufuks : journal d’un enfant de l’exil
Issue d’une résidence au Centre d’art GwinZegal, l’exposition Journal de résistance de Daniel Blaufuks est une archive vivante de...
05 décembre 2023   •  
Écrit par Costanza Spina
« L'image peut être fabriquée pour servir une mission coloniale », Aaryan Sinha à la recherche de l'identité indienne
© Aaryan Sinha
« L’image peut être fabriquée pour servir une mission coloniale », Aaryan Sinha à la recherche de l’identité indienne
This isn’t divide and conquer se lit comme un retour sur les ravages de la colonisation britannique, et ses conséquences, sur la...
04 décembre 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Dans l'œil de Dennis Morris : immersion dans la Black House 
Young Gun © Dennis Morris
Dans l’œil de Dennis Morris : immersion dans la Black House 
Jusqu’au 14 janvier 2024, Dennis Morris investit les cimaises de la Galerie du Jour agnès b. À travers une expérience immersive...
04 décembre 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Quand la photographie donne à voir un futur dystopique
© Marilyn Mugot
Quand la photographie donne à voir un futur dystopique
Parmi les sujets abordés sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la dystopie. Lumière sur Luca...
01 décembre 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les paysages émancipés de Léonard Pongo
© Léonard Pongo
Les paysages émancipés de Léonard Pongo
Exposé aux Rencontres photographiques de Guyane dont la 8e édition vient juste d’ouvrir, la série Primordial Earth de Léonard Pongo se...
05 décembre 2023   •  
Écrit par Eric Karsenty
Prix Swiss Life à 4 mains : découvrez les lauréat·es de la 6e édition ! 
© Kourtney Roy
Prix Swiss Life à 4 mains : découvrez les lauréat·es de la 6e édition ! 
Lundi 4 décembre, la fondation Swiss Life a dévoilé les noms du duo gagnant de son prix consacré à la photographie et à la musique. Et ce...
05 décembre 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Daniel Blaufuks : journal d’un enfant de l’exil
© Daniel Blaufuks
Daniel Blaufuks : journal d’un enfant de l’exil
Issue d’une résidence au Centre d’art GwinZegal, l’exposition Journal de résistance de Daniel Blaufuks est une archive vivante de...
05 décembre 2023   •  
Écrit par Costanza Spina
Sélection Instagram #431 : s'évader à l'étranger
© @robertenbalade / Instagram
Sélection Instagram #431 : s’évader à l’étranger
Les photographes de la sélection Instagram #431 nous font rêver à nos prochaines vacances. Au bord de l’eau ou en haut d’une montagne...
05 décembre 2023   •