« Pendant que la mer monte », les errances de Guillaume Noury à Deauville

20 novembre 2018   •  
Écrit par Anaïs Viand
« Pendant que la mer monte », les errances de Guillaume Noury à Deauville

Le photographe nantais Guillaume Noury expose jusqu’au 25 novembre à Deauville, dans le cadre du festival Planche(s) contact, Pendant que la mer monte. Une série prétexte à la déambulation et à l’errance qui lui a valu le prix du jury.

« Je n’étais passé qu’une fois en vacances et je n’avais pas vraiment fait de photos », confie Guillaume Noury, photographe du Tremplin Jeunes talents présenté à Deauville, dans l’espace le Point de Vue. Découvert il y a bientôt un an sur le site Fisheye, c’est avec plaisir que nous retrouvons Guillaume et ses images au sein du Festival Planche(s) contact. « Lorsque nous avons démarré la résidence, nous a avons visité la ville : le golf, les hôtels Barrière, les planches, la marina et en allant sur les hauteurs j’ai découvert le quartier du Coteau. Un quartier social encerclé par le golf, une résidence de vacances d’un grand groupe, la villa des D’Ornano et le Deauville du centre. Animateur d’ateliers d’initiation à la photo à Nantes, je souhaitais proposer une animation dans la maison de quartier avec l’idée de rencontrer les habitants. Et puis j’ai appris qu’elle venait de fermer », explique-t-il. « Je venais de relire Errances de Raymond Depardon. Ce quartier aurait pu être l’aboutissement de ma quête d’un lieu acceptable », ajoute-t-il. Logé près de la plage, Guillaume a multiplié ses allers-retours dans cette ville inspirante.

L’errance, une place à l’intuition

Durant la résidence, le photographe nantais s’est interrogé sur sa pratique du 8ᵉ art. « J’ai appris qu’il était difficile de réinventer son travail. À l’origine, je voulais réaliser des portraits, mais au moment de l’editing, je me suis rendu compte qu’ils n’étaient pas satisfaisants, j’ai dû décaler mon propos et montrer autre chose », confie-t-il. Si l’espace d’observation lui a été imposé, l’errance et son rapport particulier à l’humain demeurent des éléments essentiels de son travail. « C’est ma façon de fonctionner, l’errance permet une disponibilité, une liberté et une  place à l’intuition », confie-t-il. Durant la  deuxième partie de la résidence, il se rend compte que son boitier argentique ne fonctionnait pas correctement. « Les photos des cinq derniers jours n’étaient pas exploitables. De colère j’ai photographié toute la nuit et la première image réalisée est aujourd’hui l’une de mes préférées », précise-t-il.

Sur les pas du photographe Anders Petersen, Guillaume préfère aux photographies du visible, les images du sensible. Si bien que sa vision du quotidien est toujours le reflet de ses sentiments. Et si Guillaume photographie ce qu’il ressent, c’est grâce à la lumière que tout peut commencer. Ses noirs et blanc profonds renvoient à notre humanité, sombre et sublime. Car Pendant que la mer monte dépeint une société laissée à la dérive, préoccupée par le confort et les apparences. L’écrivain Patrice Lumeau résume parfaitement son approche photographique. « La lumière semble pénétrer ses images par effraction, parfois avec fracas alors le blanc s’impose ; parfois avec une mouvance erratique, alors les gris, glissent comme autant de messages abandonnés au flot. L’humain y semble fugitif, un hôte de passage, invité pour cet instant seulement. Et pourtant nous n’avons pas peur de la route ».

© Guillaume Noury© Guillaume Noury

© Guillaume Noury

© Guillaume Noury© Guillaume Noury

© Guillaume Noury

© Guillaume Noury© Guillaume Noury

© Guillaume Noury

© Guillaume Noury

Explorez
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Hippolyte MACAIRE, Louis Cyrus MACAIRE, Navire quittant le port du Havre, 1851, daguerréotype, 15 x 11 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Dans le cadre de la 5e édition du festival pluridisciplinaire Normandie Impressionniste, le MuMa – Musée d’art moderne André Malraux au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
28 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Malaga, 1966 © Joël Meyerowitz
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Il y a soixante ans, le photographe américain Joël Meyerowitz foulait le sol de la ville de Málaga, en Espagne. Cette année, du 15 juin...
24 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus #73 : les mutations sacrées de Zoé Chauvet
05:07
© Fisheye Magazine
Focus #73 : les mutations sacrées de Zoé Chauvet
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Zoé Chauvet croise le documentaire et l'abstraction et tisse les liens du corporel au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
© Roman Jehanno / Instagram
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
Vous êtes photographe ou vous souhaitez le devenir ? Vous avez des questions sur cette profession qui fait rêver, mais ne savez pas où...
29 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Hippolyte MACAIRE, Louis Cyrus MACAIRE, Navire quittant le port du Havre, 1851, daguerréotype, 15 x 11 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Dans le cadre de la 5e édition du festival pluridisciplinaire Normandie Impressionniste, le MuMa – Musée d’art moderne André Malraux au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
28 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina