Philémon Barbier jette la lumière sur la vie des livreur·ses à vélo

04 mars 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Philémon Barbier jette la lumière sur la vie des livreur·ses à vélo
© Philémon Barbier
© Philémon Barbier
© Philémon Barbier
© Philémon Barbier
À lire aussi
Rien à perdre : Philémon Barbier et les nuances du rap
© Philémon Barbier
Rien à perdre : Philémon Barbier et les nuances du rap
Aux côtés d’Arno Brignon et de son road trip américain, exposé dans la Galerie du Château d’Eau de Toulouse, Philémon Barbier…
09 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
« Happy Pills » : l’industrie pharmaceutique, « le nouveau visage du capitalisme »
« Happy Pills » : l’industrie pharmaceutique, « le nouveau visage du capitalisme »
Travail d’envergure réalisé en cinq ans, Happy Pills est une collaboration entre le photographe Paolo Woods et le journaliste Arnaud…
10 mai 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Isa Rus, être mère et migrante
Isa Rus, être mère et migrante
Artiste espagnole installée à Berlin, Isa Rus est récemment devenue mère. Son travail, fortement lié aux questions d’identité et…
25 mai 2023   •  
Écrit par Milena Ill

Le Forum Vies Mobiles et le photographe Philémon Barbier se penchent sur la condition des livreur·ses travaillant pour les applications de consignes à domicile. Souvent sans-papiers et invisibilisé·es par la rapidité de leur métier, ces personnes revivent la violence de leur migration au sein d’un métier d’exploitation ultracapitaliste.

Figures invisibilisées au sein de nos sociétés ultracapitalistes, les livreur·ses à vélo sont pourtant devenu·es part de nos quotidiens. Ces professionnel·les, souvent des sans-papiers, sont anonymisé·es par la rapidité des échanges avec les restaurateur·ices et les client·es. Le photographe Philémon Barbier a décidé d’opposer à la vitesse de ces vies le temps long de la photographie, en suivant le quotidien d’Azedine, un livreur parisien, d’origine tunisienne. Une série documentaire qui fait suite à l’initiative du Forum Vies Mobiles, qui a commencé une enquête sur les conditions de travail au sein des plateformes de livraison. Fidèle à ses méthodes mélangeant art et sciences sociales, le Forum a souhaité donner un visage aux livreur·ses. L’exposition Itinéraire d’une entrée dans la course tisse un lien entre la vie de ces personnes, traquées en permanence par les algorithmes, et leur difficile parcours migratoire. C’est une contribution précieuse et une étude éclairante, à l’heure des débats sur la loi immigration.

© Philémon Barbier

Un documentaire d’une grande sensibilité

En s’opposant à la vitesse de leur quotidien (injonction à rouler vite, à réaliser un maximum de livraisons), Philémon Barbier se plonge dans la vie des livreur·ses à vélo. Il suit Azedine et réalise lui-même le parcours qu’il avait accompli. Contrôlé·es par les plateformes et les applications, les travailleur·ses revivent les étapes violentes des contrôles subis pendant leur parcours migratoire. Freiné·es, voire immobilisé·es dans leurs déplacements, interdit·es d’entrer sur le territoire, ils et elles sont pourtant les seul·es à accepter des emplois qui se sont avérés être essentiels lors de la crise du Covid-19. Le photographe retrace les étapes qui ont conduit Azedine de la Tunisie à la France en passant par la Bosnie, la Serbie, la Hongrie, l’Autriche et l’Allemagne. Pour commencer, il retrouve sa mère, son frère jumeau et son ami d’enfance restés en Tunisie, puis il revit les épreuves traversées : les camps où l’on se fait racketter, les traversées cachéil retrace les étapes qui ont conduit Azedine de la Tunisie à la France en passant par la Bosnie, la Serbie, la Hongrie, l’Autriche et l’Allemagne. Une fois à Paris, le photojournaliste suit le travail de livreur d’Azedine, en capturant la fugacité de ses échanges, la solitude et le danger des courses à vélo. Les photos ont une allure « caravagesque », les personnages baignent dans une lumière bleuâtre et orange, où dominent les teintes nocturnes et les clairs-obscurs. Par les détails des corps, à la fois ceux des migrant·es et ceux des livreur·ses en plein travail, le photographe parvient à dépeindre un documentaire d’une grande sensibilité et empathie.

© Philémon Barbier
Explorez
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
© J.A. Young
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
Cette semaine, plongée dans l’œil de J.A. Young. Aussi fasciné·e que terrifié·e par les horreurs que le gouvernement américain dissimule...
15 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
14 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine