Photo 2.0, mon amour !

13 octobre 2016   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Photo 2.0, mon amour !

La formule sonne comme un serment. Live Wild (« vivre sauvagement ») sont les deux premiers mots affichés devant les yeux de l’internaute qui atterrit sur ce site de photographes. Des mots qui flottent sur un GIF mélancolique et hypnotique, tiré du film American Beauty de Sam Mendes. Live Wild, c’est aussi le nom avec lequel ces sept jeunes femmes, âgées de 23 à 35 ans, ont baptisé leur collectif.

« L’idée vient d’un tatouage que j’ai fait lorsque je me suis installée aux États-Unis, parce que j’ai senti en y arrivant que l’on se réalisait beaucoup plus outre-Atlantique. “Live wild”, c’est vivre à fond et pleinement

 », raconte Camille Lévêque, 30 ans. C’est elle qui est à l’origine du projet. Il y a deux ans, elle a rassemblé un groupe d’amies très proches et baroudeuses.

« Toutes sont assez jeunes. La plupart commencent leur carrière. Je me suis dit qu’il nous fallait une plate-forme qui réunit nos travaux et publications. Pour avoir plus de visibilité, et pour qu’on se pousse les unes les autres. »

Fisheye Magazine | Photo 2.0, mon amour !
© Ina Lounguine / The Live Wild Collective
Fisheye Magazine | Photo 2.0, mon amour !
© Ina Lounguine / The Live Wild Collective

Revanche contre l’élitisme

Un clic sur la page d’accueil et l’on se retrouve au bord d’une plage sur laquelle une vague s’échoue à l’infini. Par-dessus cet autre GIF – le site en recèle de nombreux –, les travaux de chaque membre du collectif apparaissent comme des tableaux. Vingt-trois vignettes, qui sont autant d’entrées visuelles vers les univers insolites des artistes. L’ensemble est vivant, bariolé, finement agencé. Chaque élément du site est intelligemment élaboré et mis en page. C’est encore Camille qui est aux manettes.

« Je gère l’identité visuelle en accord avec tous les membres, explique la photographe. Globalement, je trouve les sites de photos assez chiants. Ils sont tous dessinés de la même façon : un fond blanc, une typo très basique… » La jeune femme voulait autre chose. Ce que précise sa comparse Marguerite Horay, collagiste : « Le Web est une plate-forme assez libre, et peu d’artistes réalisent pleinement son importance sur la présentation de leurs travaux. Par ailleurs, le collage comme les GIF sont peu présents dans le monde de l’art et des galeries. Internet est une sorte de revanche sur cet élitisme. » Les sept artistes se revendiquent de la « génération Internet » qui a émergé dans le courant des années 2000. Leur plate-forme est aussi une ode aux repères visuels qui ont construit leurs regards depuis l’adolescence…

Fisheye Magazine | Photo 2.0, mon amour !
© Charlotte Fos / The Live Wild Collective
Fisheye Magazine | Photo 2.0, mon amour !
© Anna Hahoutoff
Fisheye Magazine | Photo 2.0, mon amour !
© Camille Lévêque / The Live Wild Collective
Fisheye Magazine | Photo 2.0, mon amour !
© Lila Khosrovian / The Live Wild Collective
Fisheye Magazine | Photo 2.0, mon amour !
© Marguerite Horay / The Live Wild Collective
Fisheye Magazine | Photo 2.0, mon amour !
© Lucie Khahoutian / The Live Wild Collective

 

L’intégralité de cet article est à retrouver dans Fisheye #20, en kiosque depuis le 9 septembre et disponible en ligne sur Relay.com !

Explorez
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Glauco Canalis : une allumette pour tout embraser
© Glauco Canalis
Glauco Canalis : une allumette pour tout embraser
Photographe italien résidant à Londres, Glauco Canalis présente The Darker the Night, the Brighter the Stars [Plus la nuit est sombre...
10 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les coups de cœur #487 : Jaewon Choi et Léna Charlon
© Léna Charlon
Les coups de cœur #487 : Jaewon Choi et Léna Charlon
Jaewon Choi et Léna Charlon, nos coups de cœur de la semaine, utilisent leur boîtier à des fins de documentation. Le premier immortalise...
08 avril 2024   •  
Le sport à l'honneur de la nouvelle édition du festival l'Œil urbain !
Le siège de la Compagnie nationale d'assurance à Mossoul par l'architecte Irakien Rifat Chadirji. 2018 © Charles Thiefaine / Courtesy of Festival l'Œil urbain
Le sport à l’honneur de la nouvelle édition du festival l’Œil urbain !
Du 6 avril au 11 mai prochain à Corbeil-Essonnes, l’Œil urbain revient pour une 12e édition. Fidèle à sa ligne éditoriale accordant une...
05 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bodyland : déluge de chairs
© Kristina Rozhkova
Bodyland : déluge de chairs
C’est l’Amérique contemporaine que Kristina Rozhkova photographie dans sa série Bodyland. Une Amérique de la peau orange comme le...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Hugo Mangin
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
© Robin Lopvet
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
Du 17 février au 5 mai 2024, Robin Lopvet présente sept séries qui ont toutes en commun l’utilisation de la retouche numérique et/ou de...
11 avril 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
© Nancy Jesse
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
En ce mois d’avril, la ville de Bordeaux célèbre le 8e art. Parmi les nombreuses expositions à découvrir figure Fotohaus Bordeaux, qui...
11 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet