Photo Saint Germain : nos cinq coups de cœur

20 novembre 2019   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Photo Saint Germain : nos cinq coups de cœur

Le mois de novembre à Paris est synonyme de photographie. Parmi les festivals fleurissant en cette période, Photo Saint Germain présente une sélection d’auteurs remarquable jusqu’au 23 novembre. Vous ne savez pas par où commencer ? Voici nos cinq coups de cœur 2019 !

Le Royaume, Marie Quéau

« Le Royaume est le portrait d’une communauté imaginaire réalisé entre 2017 et 2019, teinté de magie et de rituels. Ma démarche dans ce travail s’apparente à celle d’un archéologue: ressusciter des mondes morts, renouer le dialogue avec des êtres d’un autre temps, pour raconter au mieux notre présent. »

Une exposition présentée à la galerie Madé.

Galerie Madé, jusqu’au 23 novembre

© Marie Quéau

© Marie Quéau

Présence humaine

Intitulée Présence humaine, l’exposition qui rassemble Simon Brodebeck et Lucie de Barbuat, et Cerise Doucède imagine le temps où il nous faudra abandonner notre planète. « Et si le jour J était demain, qu’est-ce que notre civilisation laisserait derrière elle et à quoi ressembleraient nos nouvelles terres ? », s’interroge Julien Hory, commissaire de l’exposition présentée à la galerie Ségolène Brossette.

Galerie Ségolène Brossette, jusqu’au 30 novembre

© Cerise Doucède, courtesy Galerie Ségolène Brossette

© Cerise Doucède, courtesy Galerie Ségolène Brossette

Éblouissements, Ange Leccia

Présentée dans la maison d’Auguste Comte, Éblouissements propose un ensemble de vidéos qui seront autant « d’évocations des présences féminines qui ont entouré le philosophe. Sa méthode est celle de l’intropathie, à la manière baudelairienne. Par ce procédé d’entrée en dialogue avec l’âme des êtres ayant vécu dans ces lieux, Ange Leccia recrée le contact entre leur temporalité et la nôtre », précise Pascal Beausse, commissaire de l’exposition.

Maison Auguste Comte, jusqu’au 23 novembre

© Ange Leccia

© Ange Leccia

Forma, Thérèse Verrat et Vincent Toussaint

« Il y a dans les images de Thérèse Verrat et Vincent Toussaint la nature toute entière. Jolie dure. Pour comprendre ce qui les lie, il faut dresser l’inventaire des formes curieusement familières peuplant leur répertoire sans âge »

, déclare l’écrivaine Virginie Huet. Dans Forma, les deux artistes entament une conversation, interrogeant les notions de réel et expérimentant avec l’image-document.

Galerie du Crous, jusqu’au 23 novembre

© Thérèse Verrat et Vincent Toussaint

© Thérèse Verrat et Vincent Toussaint

Quelque chose noir

Œuvres contemporaines et anciennes issues d’une vingtaine d’artistes explorant « le noir et ses profondeurs », l’exposition Quelque chose noir propose d’éclairer « les lueurs de l’obscur par l’image fixe ou mouvante, mais aussi via le texte, qu’il soit lu ou écrit, le son, la peinture ou encore le dessin », explique Fanny Lambert, commissaire de l’exposition.

Galerie Gradiva, jusqu’au 17 janvier

© Pierre Liebaert

© Pierre Liebaert

Image d’ouverture : © Ange Leccia

Explorez
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
© Veronique Van Hoorick / Instagram
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram partagent un attrait pour les images au grain saillant. Dans des approches...
16 avril 2024   •  
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
© Marine Combes
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
Les Rencontres de la jeune photographie internationale célèbrent leurs 30 ans à Niort. Pour l’occasion, le festival propose aux neuf...
09 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d'un Tibet onirique
© Kin Coedel
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d’un Tibet onirique
Pour réaliser Dyal Thak, Kin Coedel s’est rendu à de multiples reprises sur le plateau tibétain. Là-bas, le photographe chinois a...
09 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
© Maewenn Bourcelot
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
C’est un monde sublime et violent, enchanté et tragique, énigmatique et d’une évidence terrible. Avec Les Éternels Éphémères, la...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet