#Photographe confiné(e) : Nathalie Tirot

#Photographe confiné(e) : Nathalie Tirot

Fisheye vous donne la parole durant le confinement. Chaque semaine, découvrez des photos et son auteur(e). À travers ses portraits en noir et blanc, Nathalie Tirot rend hommage aux héros du quotidien. 

Peux-tu te présenter en une phrase ?  

Photographe indépendante depuis plus de 20 ans j’aime mettre en valeur les personnes qui sont dans l’ombre ou qui sont différentes.

Comment vis-tu ton confinement ? 

Très bien ! J’en profite pour avancer mes projets photo. Je prépare notamment une exposition qui se déroulera en septembre sur Le jardin d’Agronomie Tropicale de Paris et la sortie d’un livre sur cet évènement. J’aime travailler seule avec mes images, mais mes amis et la vie culturelle parisienne me manquent.

Qu’as-tu appris sur ta pratique photo en cette étrange période ?

J’ai renoué avec le noir et blanc en photographiant celles et ceux qui sont en première ligne durant cette pandémie. Les magasiniers, les caissières, les bouchers,  les boulangères, les commerçants, les pharmaciennes, les éboueurs, le personnel soignant, les ouvrier, les factrices, les chauffeurs de bus, les policières, les livreurs… C’est un hommage à ceux qui doivent gérer les peurs irrationnelles, les individus exigeants, inconscients et affronter les personnes agressives, indisciplinés, mais aussi rassurer, soigner. Tout en surmontant la fatigue, les transports et l’angoisse. Ils sont là pour travailler jusqu’à l’épuisement… 

Si tu devais être confinée avec un ou une photographe, qui serait l’heureux/se élu(e) ?

Avec Sebastião Salgado parce que j’admire autant l’homme que son œuvre. J’aime son humanité, son dévouement pour la cause écologique, et la qualité de ses images. 

Quel est ton mantra favori, histoire de rester optimiste ? 

« Espérer et persévérer sans relâche.»  C’est indispensable dans mon métier.

Un dernier mot  ?

Regarder autour de soi, être attentif aux micro-évènements. Tous ces gens autour de nous qui travaillent telles des fourmis pour nous servir, pour se battre pour notre survie, pour veiller sur nous. Aidons-les et disons-leur : merci.

© Nathalie Tirot© Nathalie Tirot

© Nathalie Tirot

Explorez
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •