#Photographe confiné(e) : Valentino Belloni

18 avril 2020   •  
Écrit par Cassandre Thomas
#Photographe confiné(e) : Valentino Belloni

Fisheye vous donne la parole durant le confinement. Chaque semaine, découvrez des photos et son auteur(e). Faute de pouvoir documenter les plages du Sud-Ouest de la France, Valentino Belloni joue avec son ombre.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

J’ai 24 ans et je vis vers Bordeaux. Je photographie beaucoup les mouvements sociaux et l’océan – qui me manque.

Comment vis-tu ton confinement ?

Cela dépend des jours, mais je le vis plutôt bien. J’avais des projets de voyages et de reportages qui sont tombés à l’eau, mais je relativise. D’autant que je suis loin d’être le seul dans cette situation ! Le confinement ne doit pas être considéré comme une perte de temps, mais un moment pour repenser notre rapport au temps et à soi-même. C’est compliqué d’être positif tous les jours, mais j’y travaille ! Je reviens à la lecture aussi. J’ai fini 1984 récemment. Ce roman dystopique écrit en 1949 par George Orwell est incroyable à lire quand on est confiné. On y trouve des similitudes avec notre société actuelle !

Qu’as-tu appris sur ta pratique photo en cette étrange période ?

Je m’en doutais déjà, mais je me suis rendu compte que tout est digne d’être photographié – même ce qu’on a l’habitude de voir au quotidien. J’ai tendance à vouloir voir ce qu’il se passe dehors alors que j’ai déjà tout pour raconter une histoire. C’est un vrai exercice que de photographier la banalité. Il faut rester attentif et regarder ses habitudes d’un autre œil.

Si tu devais être confiné avec un ou une photographe, qui serait l’heureux/se élu(e) ?

Pour faire écho à mes précédents propos, j’aime beaucoup William Eggleston et sa capacité à capturer l’ordinaire et ce qui est considéré comme banal. Je ne serais pas contre quelques-uns de ses conseils pratiques.

Quel est ton mantra favori, histoire de rester optimiste ?

« Tout vient à point à qui sait attendre », pourtant la patience n’est pas ma plus grande qualité, mais en ce moment, cela me parle ! Un conseil particulièrement valable en photographie puisque ce médium nécessite beaucoup de temps et cela peut être parfois frustrant.

Un dernier mot ?

Chaque membre du collectif Pas Tant, dont je fais partie, a réalisé un autoportrait « confiné ». C’est un bon exercice pour les photographes ! Vous pouvez aller jeter un œil sur notre page Instagram pour vous inspirer !

© Valentino Belloni

© Valentino Belloni

Explorez
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
© Lara Lussheimer
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
Lara Lussheimer et Sara Tontorova, nos coups de cœur de la semaine, sont toutes deux en quête de métaphores. La première les fait émerger...
19 février 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill