« Photographier mon pays, c’était me mettre en position de difficulté »

13 avril 2016   •  
Écrit par Fisheye Magazine
"Photographier mon pays, c’était me mettre en position de difficulté"
Thomas Vandendriessche, Sébastien Van Malleghem, Colin Delfosse et Cédric Gerbehaye. Ces photographes belges sont à l’honneur cette année pour la 4e édition du festival l’Œil urbain qui se tiendra jusqu’au 22 mais. Nous les avons rencontrés et vous livrons ici le premier des quatre entretiens qu’ils nous ont accordé. Rencontre avec Cédric Gerbehaye.

Cédric Gerbehaye, 39 ans, est né en Belgique. Journaliste de formation, il a choisi la photographie pour témoigner de la réalité complexe à laquelle il s’est confrontée, que ce soit à Gaza, en Turquie, en Irak, en République démocratique du Congo ou au Soudan. L’année 2012 marque une étape importante dans son travail photographique : il laisse derrière lui les zones de conflits pour se consacrer à son pays natal, la Belgique. C’est ainsi qu’est née la série “D’Entre eux”, exposée en ce moment au festival l’Œil urbain. Ses images en noir et blanc dévoilent une sensibilité profonde, presque une vulnérabilité. Dans ce travail, il a capturé la solitude des individus croisés sur son chemin et dépeint un pays en pleine mutation sociale. Un retour aux sources, une forme d’introspection sur laquelle il a accepté de se livrer.

Fisheye : Comment est née D’Entre eux ?

Cédric Gerbehaye : Ce retour en Belgique est né avec la volonté de m’arrêter de voyager et de me concentrer sur une portion de mon pays natal, pour essayer de découvrir à côté de quoi je suis passé. À force de voyager, tu te déracines d’une certaine manière. Quand on me demande de parler de la Belgique, je suis incapable de le faire, je sors toujours les mêmes banalités. J’ai le sentiment que l’on appartient plus au monde que l’on fait qu’à celui d’où l’on vient. J’ai le sentiment d’appartenir davantage à l’addition des différents lieux où je me suis rendu, aux différentes vies qui m’ont été donné de partager, qu’à mon pays d’origine.

Quel est le sens de ce reportage sur la Belgique ?

Je n’ai pas la volonté de faire un travail sur la Belgique, mais en Belgique. J’avais la volonté de m’arrêter et de rester chez moi. De retrouver des habitudes, de découvrir, de prendre mon véhicule et de partir pour quelques jours, de prendre une chambre d’hôtel, d’aller loger chez les gens…

Extrait de "D'Entre Eux" © Cédric Gerbehaye / Agence VU
Extrait de “D’Entre eux” © Cédric Gerbehaye / Agence VU

Tu expliques que tu pars sans avoir d’angle, mais tu as une envie ? Tu dis aussi que quand tu pars en reportage, tu pars avec une question. Là tu pars avec quelle question ?

Je pars avec le bagage acquis durant mes voyages. Je me demande : « Comment vit-on? Qu’est-ce qui nos unit?» Bizarrement, on croit que c’est difficile de partir à l’étranger, d’aller dans des zones complexes, difficiles, mais c’est souvent beaucoup plus photographique. Photographier mon pays, c’était me mettre en position de difficulté et sortir d’une zone de confort. La question est de savoir ce que j’allais pouvoir dire, pouvoir raconter… Visuellement, je me suis demandé ce que j’étais en train de faire. Est-ce que je fais bien ? Je n’ai toujours pas répondu à cette question.

Est-ce que ton regard a évolué avec le temps ? D’entre eux t’a-t-il transformé ?

Il m’a permis de mettre des choses au clair, de faire naître de nouvelles questions puisque c’est toujours les questions qui me motivent à partir, à me confirmer dans le désir de poursuivre dans cette voie. Décider d’être photographe aujourd’hui, s’inscrire dans une photographie documentaire comme celle que je pratique, c’est plus qu’un choix de profession, c’est un choix de vie. J’ai terminé D’entre eux  en juin 2015. Le mois suivant, je partais pour la première fois en Amérique du Sud, rêve que j’avais depuis longtemps. Avec le désir de commencer un nouveau projet personnel.

Extrait de "D'Entre Eux" © Cédric Gerbehaye / Agence VU
Extrait de “D’Entre eux” © Cédric Gerbehaye / Agence VU

D’Entre eux, c’est donc la fin d’un cycle ?

Ce boulot est fait. Mais j’ai le désir de continuer à travailler en Belgique. Est-ce que ce sera possible ? Je ne sais pas, car c’est très personnel et que c’est une infime partie de ce qu’il m’est possible de faire.

Qu’est-ce qui t’as poussé à en faire un livre ?

Être publié dans la presse, c’est toujours mieux. Mais je pense que pour un travail comme celui-ci, la presse n’est pas le support approprié. C’est souvent trop résumé avec peu de texte… Dans le livre, il y a des textes d’auteurs et ils permettent vraiment d’entrer dans la complexité du sujet.

Propos recueillis par Éric Karsenty |Mise en page par Marie Moglia

D’Entre eux,

Cédric Gerbehaye
Textes de Benno Barnard, Caroline Lamarche et Olivier Mouton
Éditions Le bec en l’air, 38 €, 144 pages.

Explorez
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
© Marine Combes
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
Les Rencontres de la jeune photographie internationale célèbrent leurs 30 ans à Niort. Pour l’occasion, le festival propose aux neuf...
09 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d'un Tibet onirique
© Kin Coedel
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d’un Tibet onirique
Pour réaliser Dyal Thak, Kin Coedel s’est rendu à de multiples reprises sur le plateau tibétain. Là-bas, le photographe chinois a...
09 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La sélection Instagram #449 : émerger de la torpeur
© Federica Belli / Instagram
La sélection Instagram #449 : émerger de la torpeur
Les images de notre sélection Instagram de la semaine évoquent, par la lumière, le style pictural ou la présence des sujets, un grand...
09 avril 2024   •  
Le Japon dans l'œil des photographes de Fisheye
© Momo Okabe
Le Japon dans l’œil des photographes de Fisheye
Qu'iels y habitent, le visitent, où l'imaginent dans des envolées visuelles oniriques, les photographes présent·es sur nos pages sont...
06 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Bodyland : déluge de chairs
© Kristina Rozhkova
Bodyland : déluge de chairs
C’est l’Amérique contemporaine que Kristina Rozhkova photographie dans sa série Bodyland. Une Amérique de la peau orange comme le...
12 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
© Robin Lopvet
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
Du 17 février au 5 mai 2024, Robin Lopvet présente sept séries qui ont toutes en commun l’utilisation de la retouche numérique et/ou de...
11 avril 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas