Poésie urbaine : les rues atemporelles de Sarah van Rij et David van der Leeuw

24 mars 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Poésie urbaine : les rues atemporelles de Sarah van Rij et David van der Leeuw
Originaires des Pays-Bas, Sarah van Rij et David van der Leeuw ont fait des rues des métropoles un terrain de jeu privilégié. À l’aide de leurs boîtiers respectifs, qu’ils s’échangent quelquefois, tous deux donnent à voir un monde atemporel à la beauté pérenne.

Dans les rues étonnamment calmes des métropoles se meuvent des silhouettes affairées, animées par un geste aussi charmant que fugace. Le temps presse, annihile les êtres au profit de leurs ombres, et pourtant, celui-ci semble étranger aux tableaux qui se jouent devant nous. Cet univers singulier et si difficile à dater est celui de Sarah van Rij et de David van der Leeuw. Partenaires de vie et de création, les deux photographes néerlandais se sont formés seuls au 8e art. « J’ai rencontré Sarah il y a dix ans et, ensemble, nous avons imaginé cette sorte de monde parfait. À l’époque, nous prenions tous les deux beaucoup de photos, juste pour nous, et cela a pris de l’ampleur », commence celui qui officiait jusqu’à peu dans l’industrie musicale. « Dès le début, nous portions un regard à la fois similaire et complémentaire sur ce qui nous entourait. Nous remarquions les mêmes détails. Qui aurait pu deviner à quel point nos échanges allaient faire jaillir autant de beauté ? », abonde celle-ci avec enthousiasme.

Si les deux artistes ont toujours désiré travailler main dans la main, il aura fallu attendre que la pandémie survienne pour qu’une première collaboration puisse voir le jour. « Derrière l’appareil, nous partageons systématiquement nos pensées, notre philosophie, nos interrogations… Même si chacun de nous saisit ses propres images dans la rue et que nous continuons bien évidemment à développer nos projets personnels en parallèle, nous passons beaucoup de temps ensemble. C’est très spécial, mais ça se passe super bien », assure Sarah van Rij. Alors que les métropoles sont propices à la solitude, leurs pratiques respectives se conjuguent et s’accordent dans une harmonie parfaite, qui suggère toute l’étendue de la complicité qui les unit au quotidien.

© David van der Leeuw© Sarah van Rij

© à g. David van der Leeuw, à d. Sarah van Rij

Donner libre cours à notre imagination

Dans les compositions que signe le couple, les visages se font rares quand leurs contours anonymes font la part belle aux mouvements des étoffes et aux diverses lignes qui se dessinent en contrepoint. « Nous cherchons à éviter les vêtements recouverts de marques, de logos à outrance, comme on le voit beaucoup de nos jours. À l’image, ils sont très visibles. Ils sont d’ailleurs pensés pour capter l’attention et empêcher celui ou celle qui regarde de voir tout autre chose », indique David van der Leeuw. Témoignage d’une mode passagère, tous deux préfèrent immortaliser ces individus qui adoptent une tenue pareille à un uniforme. S’il décline leur identité, ce dernier échappe à l’inverse à tout repère temporel. Poésie subtile de la vie moderne, ces détails attrayants ne se révèlent qu’à l’œil placide du flâneur, seul être en mesure d’apprécier les innombrables séquences qui défilent chaque jour devant lui.

 Tels des peintres baudelairiens, Sarah van Rij et David van der Leeuw se plaisent à dépeindre des fragments d’existences sibyllines. Saisis à la volée, ils portent en eux d’innombrables récits que nous ne saurions deviner et qui donnent libre cours à notre imagination. « Nous ne sommes pas nécessairement nostalgiques, nous ne voulons pas retourner dans les années 1960. Nous nous contentons de capturer les éléments qui nous semblent les plus beaux, les plus inspirants. En cela, photographier les rues est un exercice difficile, car ce que nous recherchons est très spécifique. Nous sommes en quête de formes conceptuelles, d’ambiances qui sont le reflet de notre réalité et non une représentation directe de ce qu’elle est véritablement. Notre approche est plus psychologique, philosophique. Plusieurs couches se superposent, et chacun peut comprendre nos images selon sa propre perception. Cela rend les choses encore plus poétiques », conclut en chœur le duo.

© Sarah van Rij© David van der Leeuw

© à g. Sarah van Rij, à d. David van der Leeuw

© Sarah van Rij

© Sarah van Rij© Sarah van Rij

© Sarah van Rij

© David van der Leeuw© David van der Leeuw

© David van der Leeuw

© David van der Leeuw et Sarah van Rij

© David van der Leeuw et Sarah van Rij

© David van der Leeuw© Sarah van Rij
© David van der Leeuw© Sarah van Rij

© à g. David van der Leeuw, à d. Sarah van Rij

Image d’ouverture © Sarah van Rij

Explorez
Archevêché by Fisheye : une programmation à ne manquer sous aucun prétexte !
© Gioia Cheung
Archevêché by Fisheye : une programmation à ne manquer sous aucun prétexte !
Du 1er au 6 juillet, Fisheye investit la cour de l’Archevêché, ce lieu emblématique des Rencontres, en plein centre d’Arles. Au programme...
18 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
© Katalin Száraz
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
Katalin Száraz compose, avec La fille du marin, un hommage visuel à la profession de son père. Une série oscillant entre les fantasmes de...
14 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
L’éternel été de Beatrice Salomone
© Beatrice Salomone
L’éternel été de Beatrice Salomone
À l’argentique, Beatrice Salomone capture une saison estivale infinie, dont la chaleur pousse les corps à se détendre et les...
14 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
© Eudora Welty
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
Du 26 juin au 29 septembre le Pavillon Populaire de Montpellier exposera Eudora Welty et Gabriele Münter, deux femmes artistes majeures...
13 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Fernanda Tafner : fascismes en perspective
© Fernanda Tafner
Fernanda Tafner : fascismes en perspective
Pour son projet – toujours en cours – intitulé L’Objet, Fernanda Tafner replonge dans l’époque de la montée du fascisme, durant les...
19 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Sinjar, naissance des fantômes : panser les cicatrices d’un génocide
still de Sinjar, naissance des fantômes
Sinjar, naissance des fantômes : panser les cicatrices d’un génocide
En salle à partir du 19 juin 2024, le film Sinjar, naissance des fantômes, réalisé par Alexe Liebert, avec les photographies de Michel...
19 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Archevêché by Fisheye : une programmation à ne manquer sous aucun prétexte !
© Gioia Cheung
Archevêché by Fisheye : une programmation à ne manquer sous aucun prétexte !
Du 1er au 6 juillet, Fisheye investit la cour de l’Archevêché, ce lieu emblématique des Rencontres, en plein centre d’Arles. Au programme...
18 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
© Margaux Roy
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
Avec Calques, Margaux Roy explore le quotidien intimiste des maîtres de la retouche. En dispersant ou en superposant les couches, elle...
18 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger