Pool : un nouveau tremplin pour les jeunes photographes

04 mai 2016   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Pool : un nouveau tremplin pour les jeunes photographes
Créée en mars 2016 par Léa Bernard et Mathilde Vendrin, “Pool” expose pour la première fois, depuis le 3 mai dernier, l’un de ses photographes. Une initiative qui vise à accompagner les jeunes photographes vers une reconnaissance professionnelle. Rencontre.

C’est une première pour Mathilde et Léa, 24 ans, qui exposaient hier la série La plage de Damgan de Matthias Pasquet, dans le cadre de l’exposition collective et pluridisciplinaire « Relativités ». Née de la rencontre entre les deux jeunes femmes, Pool est une initiative hybride. Pour ses deux fondatrices, Pool « fonctionne comme un label de musique ».

Leur objectif : repérer et accompagner les jeunes photographes jusqu’à ce qu’ils aient toutes les clés en main pour vivre de leur métier. « L‘idée c’est de dénicher des photographes à la sortie de l’école car il y en a des très talentueux mais ils ne savent pas se vendre », explique Mathilde, aussi photographe. Elle poursuit : « Quand on sort de l’école, on commence souvent en tant qu’assistant photographe et c’est difficile de percer ». En fait, « Pool, c’est un tremplin » ajoute Léa.

Léa Bernard et Mathilde Vendrin avec Matthias Pasquet au vernissage de l'exposition "Relativités" © Mélany Marfella
Léa Bernard et Mathilde Vendrin avec Matthias Pasquet au vernissage de l’exposition “Relativités” © Mélany Marfella

Pour l’instant, Pool se compose seulement de quatre photographes. Le label se finance grâce à des commandes corporate confiées aux photographes qui en tirent une commission. Le reste des revenus sert à mettre en place des évènements culturels ou des projets artistiques, comme l’exposition en cours à la Maison populaire de Montreuil. Prochaine étape : ouvrir ses portes à un cinquième photographe spécialisé dans le reportage, et « si possible venant d’une autre école car nous sommes ouverts à tout horizon », spécifie Mathilde.

En (sa)voir plus

→ sur l’agence Pool : http://pool-paris.com/

→ L’exposition « Comment bâtir un univers qui ne s’effondre pas en deux jours : 2/3 Relativités » dure jusqu’au 2 juillet à la Maison populaire de Montreuil – 9Bis Rue Dombasle.

Explorez
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet