Portrait sensible d’Alexandre, drag queen

21 novembre 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Portrait sensible d’Alexandre, drag queen

Spécialiste du reportage, le photographe français Cebos Nalcakan suit, depuis deux ans, Alexandre, alias Miss Manly B. Une plongée monochrome dans un milieu drag flamboyant.

Depuis plus de dix ans, Cebos Nalcakan affine son regard, croise les styles et les sujets pour parfaire son approche photographique. D’abord passionné par le milieu du rap et de l’urbain, l’auteur se plonge ensuite dans la photographie de guerre et de reportage. Après de nombreux voyages, il apprend à développer son propre monde, et à « raconter [s]es images ». « Je prends mon temps pour faire les meilleurs choix, explique-t-il. Quand on s’intéresse à l’humain, ou à des sujets sensibles, il faut avoir la bonne approche. »

C’est lors d’une soirée étrange à La Madame Klaude, une boîte de nuit située dans le 10e arrondissement parisien, que le photographe débute un projet au long cours. « Je voulais sortir de ma zone de confort en shootant un milieu que je n’avais pas l’habitude de côtoyer. L’organisateur de l’événement m’a présenté comme un photographe qui souhaitait faire des photos de drag. Si je n’étais pas venu pour cela, j’ai ainsi pu rencontrer Alexandre », raconte-t-il. Alexandre, ou Miss Manly B. Une drag-queen qui accepte aussitôt de passer devant l’objectif de Cebos Nalcakan, et de se révéler – dans ses spectacles comme au quotidien.

© Cebos Nalcakan

Imaginer les couleurs

« J’ai voulu raconter la vie d’une personne plutôt que réaliser une série sur le milieu drag »,

déclare l’auteur. Dans ses images – réalisées au cours de deux ans d’échanges entre les deux hommes – Alexandre et son alter ego féminin se révèlent, sans pudeur et avec une confiance touchante. Les heures de répétitions et de maquillages, les corps mis à mal par les corsets, l’épuisement après les shows, et les difficultés à vivre de son art dans un monde touché par une crise sanitaire… Au fil du projet, les différentes strates d’histoires dialoguent, et composent un portrait complexe, fait d’expériences, d’émotions, et de moments ordinaires. « Lui est brésilien, et moi français d’origine turque. Nous sommes différents par nos choix religieux, sexuels et culturels, mais ce sont ces différences qui sont à la fois fortes et belles », confie Cebos Nalcakan.

Dans un noir et blanc contrasté apparaissent à tour de rôle Alexandre et Miss Manly B, chacun de part et d’autre du rideau rouge. Une mosaïque de regards, d’expressions frappantes qui restent ancrées dans les esprits. Si les couleurs vives du milieu drag n’apparaissent pas dans les images du photographe, il nous faut les imaginer. Se perdre dans cette atmosphère de fête, de rire et de légèreté, qui nous fait oublier les douleurs, les blessures et l’intolérance. Partout, le protagoniste nous accompagne, et nous ouvre les portes d’un univers jouissif et – malgré tout – encore jugé tabou. « Alexandre est le sujet idéal : il m’offre des moments, et c’est à moi de les capturer », ajoute l’auteur. Venus de deux horizons différents, les deux artistes signent ici le récit visuel d’une belle amitié. Une rencontre inattendue, permettant à chacun d’imaginer un autre monde, aussi proche qu’inaccessible. « Unir nos arts nous rend plus forts, surtout lorsque c’est fait avec respect et légitimité », conclut le photographe.

© Cebos Nalcakan

© Cebos Nalcakan© Cebos Nalcakan

© Cebos Nalcakan© Cebos Nalcakan

© Cebos Nalcakan© Cebos Nalcakan

© Cebos Nalcakan© Cebos Nalcakan

© Cebos Nalcakan© Cebos Nalcakan

© Cebos Nalcakan

© Cebos Nalcakan

Explorez
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Minuit brûle : Cendre, de lune et de sang
© Cendre
Minuit brûle : Cendre, de lune et de sang
Les cycles d’une lune rousse couronnant un paysage apocalyptique, un loup à l’allure surnaturelle, des brebis à la merci d’une meute…...
16 mai 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti
La poitrine creuse : Quentin Yvelin et le souffle (qui) court
© Quentin Yvelin
La poitrine creuse : Quentin Yvelin et le souffle (qui) court
Des corps, qui respirent et expirent, la cage nouée, les membres dénudés. Autour d’eux, des roches, des végétaux, des ombres que les...
15 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 06.05.24 au 12.05.24 : danser loin des sentiers tracés
© Ame Blary
Les images de la semaine du 06.05.24 au 12.05.24 : danser loin des sentiers tracés
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine nous invitent à nous évader des conventions sociales et de la pensée dominante....
12 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
18 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
© Jana Sojka
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
Jana Sojka imagine des diptyques afin de donner cours à un dialogue ininterrompu. Dans un nuancier crépusculaire lui inspirant sérénité...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet