Portrait sensible d’Alexandre, drag queen

21 novembre 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Portrait sensible d’Alexandre, drag queen

Spécialiste du reportage, le photographe français Cebos Nalcakan suit, depuis deux ans, Alexandre, alias Miss Manly B. Une plongée monochrome dans un milieu drag flamboyant.

Depuis plus de dix ans, Cebos Nalcakan affine son regard, croise les styles et les sujets pour parfaire son approche photographique. D’abord passionné par le milieu du rap et de l’urbain, l’auteur se plonge ensuite dans la photographie de guerre et de reportage. Après de nombreux voyages, il apprend à développer son propre monde, et à « raconter [s]es images ». « Je prends mon temps pour faire les meilleurs choix, explique-t-il. Quand on s’intéresse à l’humain, ou à des sujets sensibles, il faut avoir la bonne approche. »

C’est lors d’une soirée étrange à La Madame Klaude, une boîte de nuit située dans le 10e arrondissement parisien, que le photographe débute un projet au long cours. « Je voulais sortir de ma zone de confort en shootant un milieu que je n’avais pas l’habitude de côtoyer. L’organisateur de l’événement m’a présenté comme un photographe qui souhaitait faire des photos de drag. Si je n’étais pas venu pour cela, j’ai ainsi pu rencontrer Alexandre », raconte-t-il. Alexandre, ou Miss Manly B. Une drag-queen qui accepte aussitôt de passer devant l’objectif de Cebos Nalcakan, et de se révéler – dans ses spectacles comme au quotidien.

© Cebos Nalcakan

Imaginer les couleurs

« J’ai voulu raconter la vie d’une personne plutôt que réaliser une série sur le milieu drag »,

déclare l’auteur. Dans ses images – réalisées au cours de deux ans d’échanges entre les deux hommes – Alexandre et son alter ego féminin se révèlent, sans pudeur et avec une confiance touchante. Les heures de répétitions et de maquillages, les corps mis à mal par les corsets, l’épuisement après les shows, et les difficultés à vivre de son art dans un monde touché par une crise sanitaire… Au fil du projet, les différentes strates d’histoires dialoguent, et composent un portrait complexe, fait d’expériences, d’émotions, et de moments ordinaires. « Lui est brésilien, et moi français d’origine turque. Nous sommes différents par nos choix religieux, sexuels et culturels, mais ce sont ces différences qui sont à la fois fortes et belles », confie Cebos Nalcakan.

Dans un noir et blanc contrasté apparaissent à tour de rôle Alexandre et Miss Manly B, chacun de part et d’autre du rideau rouge. Une mosaïque de regards, d’expressions frappantes qui restent ancrées dans les esprits. Si les couleurs vives du milieu drag n’apparaissent pas dans les images du photographe, il nous faut les imaginer. Se perdre dans cette atmosphère de fête, de rire et de légèreté, qui nous fait oublier les douleurs, les blessures et l’intolérance. Partout, le protagoniste nous accompagne, et nous ouvre les portes d’un univers jouissif et – malgré tout – encore jugé tabou. « Alexandre est le sujet idéal : il m’offre des moments, et c’est à moi de les capturer », ajoute l’auteur. Venus de deux horizons différents, les deux artistes signent ici le récit visuel d’une belle amitié. Une rencontre inattendue, permettant à chacun d’imaginer un autre monde, aussi proche qu’inaccessible. « Unir nos arts nous rend plus forts, surtout lorsque c’est fait avec respect et légitimité », conclut le photographe.

© Cebos Nalcakan

© Cebos Nalcakan© Cebos Nalcakan

© Cebos Nalcakan© Cebos Nalcakan

© Cebos Nalcakan© Cebos Nalcakan

© Cebos Nalcakan© Cebos Nalcakan

© Cebos Nalcakan© Cebos Nalcakan

© Cebos Nalcakan

© Cebos Nalcakan

Explorez
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
© J.A. Young
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
Cette semaine, plongée dans l’œil de J.A. Young. Aussi fasciné·e que terrifié·e par les horreurs que le gouvernement américain dissimule...
15 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
14 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
© Maewenn Bourcelot
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
C’est un monde sublime et violent, enchanté et tragique, énigmatique et d’une évidence terrible. Avec Les Éternels Éphémères, la...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot