Postcards d’un futur en perdition

17 juin 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Postcards d’un futur en perdition

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité de la semaine. Le photographe italien Nicola Bertasi a réalisé des cartes postales futuristes. Une série de collages faisant dialoguer les épidémies du présent et du passé.

 « Nous avons reçu de mystérieuses cartes postales venues du futur. Elles sont adressées aux citoyens, en ces temps difficiles »,

écrit Nicola Bertasi. D’où viennent ces étranges objets ? Le monde est-il prisonnier d’un cycle sans fin ? Le photographe a mené l’enquête. Confiné à Gênes, avec son fils, il se plonge dans le passé, et découvre, grâce à des images d’archives, des similarités troublantes. « J’ai utilisé d’anciens fichiers américains consacrés à la Grippe espagnole, datant de 1918-1919 pour mes collages », précise l’artiste qui, pour la première fois, met son boîtier de côté pour réaliser le projet.

Plus qu’historique, sa série s’inscrit « dans une démarche spatio-temporelle altérée ». En mêlant les épidémies du passé et du présent, Nicolas Bertasi crée des cartes surréalistes et amusantes, nous confrontant à l’anxiété d’autrefois. « Il faut séparer le vrai du faux et puis les confondre… Je souhaitais instaurer une situation de stress pour le regardeur, une problématique qui ne peut être résolue qu’après une profonde observation des cartes – car celles-ci arrivent du futur, il ne faut pas l’oublier ! », ajoute-t-il.

© Nicola Bertasi

Apprendre des maux du passé

C’est au beau milieu de la quarantaine que l’idée d’une telle série est née. Le photographe recevait alors de nombreuses publicités ciblées sur Instagram, proposant des « masques à la mode », « alors que des centaines de personnes étaient en train de mourir, partout dans le monde. J’ai trouvé cette pratique nauséabonde », explique-t-il. Un capitalisme à outrance qui lui fait songer aux cartes postales – symboles de consommation et de tourisme. Une collection de dix objets pensés en édition unique, prêts à être exposés.

En privilégiant le collage numérique, l’artiste construit des récits complexes, évoquant l’importance de la mémoire, et incitant le public à apprendre des maux du passé. Textes et images dialoguent, dans ses œuvres, et tissent des liens entre le 20e siècle et le monde d’aujourd’hui. Des « updates », rédigés par Nicola Bertasi dénoncent les travers de notre société – la crise des hôpitaux, le contrôle par la violence, la précipitation des crimes racistes… Avec une apparente légèreté, le photographe utilise le jeu comme un prétexte à la réflexion. En décryptant chaque détail des postcards, peut-être trouverons-nous, enfin, la solution à cette oppression ?

© Nicola Bertasi

© Nicola Bertasi

© Nicola Bertasi

© Nicola Bertasi

Explorez
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les images de la semaine du 01.07.24 au 07.07.24 : cap sur Arles !
© Joachim Haslinger, Tribute to Egon Schiele, 2022 courtesy www.atelierjungwirth.com
Les images de la semaine du 01.07.24 au 07.07.24 : cap sur Arles !
C’est l’heure du récap‘ ! Cette semaine, Fisheye se plonge dans la 55e édition des Rencontres d'Arles et revient sur quelques-unes de ses...
07 juillet 2024   •  
Écrit par Milena Ill
La vitalité des ama se diffuse dans le langage visuel d'Uraguchi Kusukazu
© Uraguchi Kusukazu. Au large, 1974. Avec l’aimable autorisation d’Uraguchi Nozomu.
La vitalité des ama se diffuse dans le langage visuel d’Uraguchi Kusukazu
Des photographies inédites de la monumentale archive d’Uraguchi Kusukazu prennent vie aux Rencontres d’Arles. Le photographe japonais a...
04 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Wagon-bar : les grandes lignes de la restauration ferroviaire
Petite restauration servie au bar Corail, 1985. © Fonds de dotation Orient Express
Wagon-bar : les grandes lignes de la restauration ferroviaire
Historien des chemins de fer et spécialiste du patrimoine ferroviaire et industriel, Arthur Mettetal présente Wagon-bar aux Rencontres...
03 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin