Prix Leica Oskar Barnack 2018 décerné à Max Pinckers

11 octobre 2018   •  
Écrit par Anaïs Viand
Prix Leica Oskar Barnack 2018 décerné à Max Pinckers

Max Pinckers reçoit le prix Leica Oskar Barnack 2018 et Mary Gelman le prix Leica Oskar Barnack Newcomer 2018. Retour sur la cérémonie et les travaux des finalistes.

Mercredi 10 octobre, à Berlin. Pénombre dans l’église Elisabeth. Un trompettiste et un guitariste lancent la cérémonie du prix Leica Oskar Barnack 2018. Outre le couple Kaufmann, on aperçoit sur la scène Wendy Watriss (lauréate 1982). Une belle occasion de redécouvrir son reportage sur l’Agent Orange, une substance chimique déversée par l’armée américaine au Vietnam, Laos et Cambodge.

Défilent ensuite les travaux des dix finalistes et des deux lauréats. Ernesto Benavides nous raconte la disparition de plusieurs hectares de forêt au Pérou dans sa série intitulée Dredges. La slovène Vanja Bucan explore le rapport ambivalent que l’homme entretient avec la nature à travers Sequences of Truth and Deception, une série de portraits et de natures mortes. Turi Calafato photographie quant à lui les plages italiennes. En documentant les vacances à la mer, il étudie les traditions et autres activités quotidiennes. Daniel Chatard nous présente ensuite Niemandsland, un projet conflictuel opposant industriels dans le bassin minier Rhénan et activistes écologiques. S’en suivent trois finalistes français. Stephen Dock et ses images d’Irlande du Nord, Architecture of Violence, racontent comme combler le vide, entre la peur de la paix et l’écho de la guerre. En photographiant les réfugiés traversant la mer Méditerranée, Samuel Gratacap questionne l’individualité. Quant à Stéphane Lavoué, il dévoile quelques uns de ses clichés poétiques. Elsa Stubbé explore la relation à la nature avec ses images surréalistes. Christian Werner documente la dure réalité de vie en Syrie et Kechun Zhang alerte le spectateur sur la fragilité de la nature. Tous remportent 2500 euros. Les deux lauréats ferment la marche : Mary Gelman et Max Pinckers.

© Stephane Lavoué

 

© Stéphane Lavoué

Créer des mensonges pour comprendre la vérité

Le prix Newcomer (jeune talent de moins de moins de 25 ans) a été décerné à Mary Gelman, une sociologue et photographe russe passionnée par les relations humaines. En 2016, la jeune femme a découvert Camphill, une institution du mouvement anthropomorphique. Cette communauté autonome à Svetlana, non loin de Saint-Péterbourg permet aux personnes handicapées de vivre et travailler en toute autonomie. Svetlana déconstruit les images préconçues et montre les effets positifs de l’art et de la culture de la terre. Elle reçoit pour ce travail 10 000 euros ainsi qu’un appareil télémétrique Leica avec objectif.
Parmi les 2500 candidats et les 12 finalistes, c’est Max Pinckers et sa série Red Ink qui ont séduit le jury présidé par Karin Rehn-Kaufmann (directrice artistique de Leica). Le photographe belge Max Pinckers étudie la relation image/vérité. En août 2017, il se rend en Corée du Nord pour réaliser une commande pour le New Yorker. Il profite de ce court séjour pour jouer avec la perception du spectateur. Comment montrer l’envers du décor sous surveillance ? Max a choisi de combattre l’absurdité du régime politique en créant une esthétique particulière. En utilisant le flash, il montre  à quel point la situation artificielle. En réalisant ce reportage ironique, il crée des mensonges qui nous font comprendre la vérité et casse les codes de la propagande. Il reçoit avec ce travail 25 000 euros ainsi qu’un boîtier et un objectif d’une valeur de 10 000 euros.

La majorité des travaux invite à repenser nos interactions avec le monde. Qu’il s’agisse d’une prise de conscience environnementale ou d’une critique de nos modes de représentation, beaucoup pointent un monde à la dérive… Petit bémol cependant. Les femmes photographes demeurent sous représentées.

Le travail des deux lauréats sera exposé à Paris Photo du 8 au 11 novembre 2018. Les images de Stephen Dock et Stéphane Lavoué, deux des photographes finalistes, seront exposés au Leica Store du 6 novembre au 1er décembre 2018. 

© Mary Gelman

© Mary Gelman

© Mary Gelman© Mary Gelman

© Mary Gelman / Leica Oskar Barnack Award Newcomer 2018

© Max Pinckers / Leica Oskar Barnack Award 2018© Max Pinckers / Leica Oskar Barnack Award 2018

© Max Pinckers / Leica Oskar Barnack Award 2018© Max Pinckers / Leica Oskar Barnack Award 2018

© Max Pinckers / Leica Oskar Barnack Award 2018

© Max Pinckers / Leica Oskar Barnack Award 2018© Max Pinckers / Leica Oskar Barnack Award 2018

© Max Pinckers / Leica Oskar Barnack Award 2018

Le travail des deux lauréats sera exposé à Paris Photo du 8 au 11 novembre 2018. Les images de Stephen Dock et Stéphane Lavoué, deux des photographes finalistes, seront exposés au Leica Store du 6 novembre au 1er décembre 2018. 

Explorez
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
© Zachary James / Instagram
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
Laissez-vous mettre à terre par notre sélection Instagram #458 ! Cette semaine, nous mettons à l'honneur les sols, terrestres ou...
11 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger et Milena Ill
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
© Wayan Barre
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
Cette semaine, plongée dans l’œil de Wayan Barre. Installé depuis plusieurs années en Louisiane, le photographe français s’est intéressé...
03 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
© Eudora Welty
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
Du 26 juin au 29 septembre le Pavillon Populaire de Montpellier exposera Eudora Welty et Gabriele Münter, deux femmes artistes majeures...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
© Campbell Addy
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
Jeune photographe à l'ascension fulgurante, Campbell Addy s'engage corps et âme pour offrir une visibilité aux personnes noires et queer...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
© Michael Young
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·es dans nos pages....
12 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas