Quand la photo fait du genre

Quand la photo fait du genre
© Jean Ranobrac, modèle : Cody, série Men on Canvas
MarionCazaux
doctorante en histoire de l’art
« La photographie queer permet de créer des spectres de visibilisation, de créer un art qui est fait par et pour les personnes queers, avec un vocabulaire spécifique et des éléments qu’elles seules comprendront. »

Zanele Muholi : tendres portraits et féroces batailles
Zanele Muholi : tendres portraits et féroces batailles
Jusqu’au 21 mai 2023, la Maison européenne de la photographie accueille la rétrospective de Zanele Muholi, artiste et activiste. Une…
06 février 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas

La communauté LGBTQIA+ s’est emparée de la photographie dès son invention, au 19e siècle. Le médium s’impose comme un support de renégociation permanente du soi dans sa relation au monde, de même qu’un outil militant.

Si, au 19e siècle, on ne parle pas encore de photographie queer, le mouvement existe déjà et ses caractéristiques se déclinent au fil du temps. À cette époque, « on identifie des traces de photographies avec des jeux sur le genre et la sexualité, et on remarque beaucoup d’images représentant des couples homosexuels », précise Marion Cazaux, doctorante en histoire de l’art contemporain à l’université de Pau spécialisée dans la question du genre. Les clichés, centrés sur le foyer et le quotidien qu’il abrite, présentent peu de personnages et dévoilent des histoires d’amour, de transition et de libération, mais également des parcours de vie meurtris par la maladie. Il s’agit bien souvent de collages ou d’impressions colorées qui, par leur petit format, évoquent l’intime. « La photographie queer permet de créer des spectres de visibilisation, de créer un art qui est fait par et pour les personnes queers, avec un vocabulaire spécifique et des éléments qu’elles seules comprendront, poursuit Marion Cazaux. On distingue des références à nos figures artistiques tutélaires, mais aussi à des événements importants comme les émeutes de Stonewall [une série de manifestations qui eurent lieu à la suite d’une descente de police dans un bar new-yorkais, en 1969, et qui sont considérées aujourd’hui comme les premières luttes LGBTQIA+, ndlr] ou les années sida. »

Un certain nombre d’artistes s’inscrivent dans une démarche de réappropriation de symboles culturels, ce qui leur permet d’esquisser d’autres narrations articulées autour de leur réalité. Des récits d’aliénation et de résistance se rejouent alors, différemment, devant les yeux de celui ou celle qui observe. « Même si l’on se forge des hétérotopies [un concept, théorisé par le philosophe Michel Foucault, qui renvoie à des lieux concrets ayant un rapport avec l’imaginaire, ndlr], on retrouve des liens avec la société en général. On lui répond en jouant avec les codes qu’elle a établis. Je pense aux clichés récents de Jean Ranobrac, connu pour avoir immortalisé la scène drag. Il travaille sur les figures de l’histoire de l’art occidental et de la mythologie. Il reprend le vocabulaire de la photographie straight et arrive à le rendre homoérotique en s’inspirant d’artistes queers comme Kehinde Wiley, peintre afro-américain qui recompose des moments de l’histoire occidentale en remplaçant les personnages blancs par des personnages noirs. Dans ses œuvres, Jean Ranobrac donne de la place aux homosexuels, qui n’en ont pas eu dans l’histoire de l’art occidental. Avec une autre approche, Zanele Muholi offre un espace aux personnes queers racisées, souvent minorisées, en représentant les membres de la communauté LGBTQ+ sud-africaine. C’est important de décentrer le regard et de multiplier les points de vue », étaie Marion Cazaux.

Edouxhard, Pelister, artiste club kid, performance au show We’re Here, We’re Queer organisée par Marion Cazaux et Art&Fac à la Centrifugeuse, Pau

Communautés engagées

La photographie queer semble indissociable de l’engagement politique et social. Dès ses balbutiements, en donnant à voir des identités alors prohibées, elle cristallise un geste militant. À la fin du 19e siècle, Alice Austen signe les premiers clichés LGBTQIA+, destinés à une sphère privée, en s’intéressant aux relations intimes entre les femmes de l’époque victorienne aux États-Unis. En France, dans les années 1930, Claude Cahun est l’une des premières artistes à s’illustrer, aux côtés de sa compagne Suzanne Malherbe, aussi appelée Marcel Moore, dans des portraits travestis. Ce type de pratique prendra une autre ampleur dans les années 1980, comme en témoignent les tirages de David Wojnarowicz et ceux du groupe des cinq de Boston, composé de Nan Goldin, David Armstrong, Mark Morrisroe, Jack Pierson et Philip-Lorca diCorcia. « L’arrivée du sida a marqué un tournant majeur. Généralement, c’est d’ailleurs les images de cette période qui sont présentées dans les expositions, souligne Marion Cazaux. Après cela, dans les années 2000, on assiste à une vague de dépolitisation, au cours de laquelle émerge une nouvelle génération plus ouverte sur les questions trans, notamment. De jeunes artistes commencent leur carrière en documentant leur parcours. »

Des récits alternatifs, autobiographiques, nous parviennent alors. « L’histoire la plus intéressante à raconter a à voir avec la manière dont les technologies et les médiums ont été utilisés par la communauté queer. Qu’il s’agisse d’un simple goût pour ceux-ci – je
pense notamment aux magazines de bodybuilding des années 1950, qui n’étaient à l’origine pas destinés à cette audience et font désormais partie de l’univers queer – ou d’une véritable participation au mouvement. Il faut appréhender ce dernier dans son
ensemble, le suivre dans ses évolutions, en fonction des changements sociétaux et politiques, ou même de sa localisation géographique »
, complète Ben Miller, écrivain et historien spécialisé dans la libération gay au sein du monde anglophone. En outre, la démocratisation du boîtier, et plus particulièrement de l’appareil jetable et du Polaroid, a contribué à favoriser l’émergence de communautés en tant que telles. La collection de clichés de Sébastien Lifshitz nous montre, par exemple, une large sélection d’images
d’anonymes de la seconde moitié du 20 siècle, ouvertement queers, travestis ou en couple. « Aujourd’hui, la photographie queer est étroitement liée au milieu drag, affirme Marion Cazaux. Cela permet de visibiliser d’autres questions en rapport avec le travestissement et son ambivalence. Les drags sont des formes de figures tutélaires pour la communauté LGBTQ+, ce sont des personnalités médiatiques qui se font le relai de nos revendications. Celles et ceux qui les immortalisent prennent donc une place de plus en plus grande sur la scène photographique. Je pense que l’on ne tardera pas à avoir des monographies sur ces tirages dans des galeries plus importantes. »

À lire aussi
Érotisme, intimité, liberté : la photographie queer d’aujourd’hui
Érotisme, intimité, liberté : la photographie queer d’aujourd’hui
Il aura fallu quatre ans à l’éditeur allemand Benjamin Wolbergs pour publier New Queer Photography. Une anthologie visuelle capturant…
04 mars 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Dé/collage d’une communauté
Dé/collage d’une communauté
Corps déconstruits, tableaux pop, archives remises au goût du jour, collages réinventant le nu et l’érotisme… La photographie queer ne…
10 février 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Explorez
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas