Quand Peter Knapp libère la mode

20 avril 2018   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Quand Peter Knapp libère la mode

Dancing in the street est un ouvrage dédié à Peter Knapp et à la photographie de mode. Sorti en parallèle de l’exposition éponyme, à la Cité de la Mode et du Design, à Paris, il retrace la créativité de ce grand homme, de 1960 à 1990.

Véritable encyclopédie de la mode, l’ouvrage Dancing in the Street est un projet relativement récent. « Nous avons commencé à le développer lorsque nous avons eu la confirmation de l’ouverture de l’exposition », confie Audrey Hoareau, l’une des commissaires. Création inédite et historique, le livre retrace l’incroyable productivité de Peter Knapp. Divisé en cinq thématiques, il s’attache à revisiter le talent, mais également l’audace de ce grand monsieur, directeur artistique de Elle des années 1960 à 1970. Un bel hommage au monde de la mode. « Une exposition est très éphémère, alors qu’un livre laisse une trace durable », ajoute Audrey. « Peter y a ajouté sa patte, c’est un véritable travail de mémoire ».

Dancing in the Street est porté par une liberté nouvelle, dans le monde de la mode. Une esthétique portée par le mouvement du corps et le besoin de confort. « J’ai vécu ce passage de la photo Haute couture à l’image populaire », confie Peter Knapp. « Dès les années 1950, la mode n’était plus une information, mais plutôt une recommandation ». Dans ses shootings, le photographe privilégie ses amies aux mannequins, et les place dans la rue, au milieu d’un monde mouvant. Le vêtement n’est plus au centre du cliché. « Le comportement pouvait apporter quelque chose à l’image. Nous avions une liberté picturale très grande, et nous présentions le vêtement sans qu’il ne soit la seule information valable ». C’est l’avènement des mises en scène, et Peter, ravi de ce changement, joue avec le médium. Il déconstruit les corps, et en coupe des parties, il ajoute des collages à ses clichés et déforme notre perception. Des effets sublimes et résolument inventifs, qui libèrent l’artiste tout autant que ses modèles.

© Peter Knapp

Un artiste irrévérencieux

Cette créativité, Peter Knapp la doit à son talent, mais également à son audace. Terre à terre, celui-ci se distance de la Haute couture dès ses premiers essais. « La photographie de mode, c’est de l’art appliqué », déclare-t-il. « C’est une commande que l’on essaie de réaliser du mieux qu’on peut, pour satisfaire la demande. Ce n’est pas de l’art ». Avec humour et aisance, il s’approprie les propositions des créateurs. Le tailleur Chanel est assorti à des accessoires d’autres marques, afin de « casser ce côté bourgeois », les modèles s’allongent sur des tables blanches pour présenter des maillots de bain… photographiés en hiver. L’avènement du style hippie laisse le photographe perplexe, et le pousse à noyer les créations dans des paysages très colorés, camouflant ainsi la parure elle-même. Des commandes quelque peu insolentes, réalisées avec une grande maîtrise. « La construction est importante pour moi. J’essaie de faire tenir les choses dans la plus grande simplicité. Tout était montage, à l’époque, des montages réfléchis, car réalisés sans Mac », note Peter, avec humour.

En couleurs ou en noir et blanc, géométriques ou bohèmes, les images de Peter Knapp sont de véritables exercices de style. Emblématiques, elles célèbrent la carrière d’un grand nom de la mode. Un homme qui a su brillamment s’adapter. Une magnifique collection.

© Peter Knapp© Peter Knapp
© Peter Knapp© Peter Knapp
© Peter Knapp© Peter Knapp

© Peter Knapp

© Peter Knapp© Peter Knapp

© Peter Knapp© Peter KnappDancing in the street, Éditions du Chêne, 45 €, 304 p.

© Peter Knapp

Explorez
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
© J.A. Young
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
Cette semaine, plongée dans l’œil de J.A. Young. Aussi fasciné·e que terrifié·e par les horreurs que le gouvernement américain dissimule...
15 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
14 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine