Rachel Fleminger Hudson découd l’imaginaire des années 1970

Rachel Fleminger Hudson découd l’imaginaire des années 1970
© Rachel Fleminger Hudson
© Rachel Fleminger Hudson

Jusqu’au 1er octobre 2023, le Studio de la MEP accueille la première exposition personnelle de Rachel Fleminger Hudson. Au fil de son œuvre, l’artiste britannique explore l’imaginaire des années 1970 par le prisme des cultural studies, portant un intérêt tout particulier pour le costume et les décors. 

Lauréate l’an dernier du Prix Dior de la Photographie et des Arts Visuels pour Jeunes Talents, Rachel Fleminger Hudson a désormais droit à sa première exposition personnelle. Celle-ci est à découvrir jusqu’à la fin de l’été au Studio de la MEP et donne à voir les images de plusieurs séries. Toutes convergent vers un même attrait : les années 1970. Animée par de nombreuses sous-cultures, cette décennie fascine l’artiste depuis de longues années déjà, si bien qu’elle a fini par entreprendre tout un travail de recherche sociologique autour de la mode comme lieu de performance identitaire à la Central Saint Martins, dont elle est sortie diplômée en 2022. Si ses mises en scène étudiées reprennent le langage de photographies d’alors, prises sur le vif, et assument une quête d’historicité, elles effleurent tout autant la représentation théâtrale avec une mise en abyme des modèles.

© Rachel Fleminger Hudson
© Rachel Fleminger Hudson

Sonder notre rapport au passé

Au fil de ses compositions, Rachel Fleminger Hudson s’amuse de l’imaginaire que la nostalgie s’est fait de cette période. Cette dernière, à la lisière des courants modernistes et postmodernistes, témoigne d’un changement de paradigme, d’un mouvement qui passe d’un culte de l’authenticité à celui du simulacre. La photographe et vidéaste britannique s’est ainsi livrée à une étude théorique et visuelle approfondie qui interroge les ressorts de la construction des identités. Le vêtement, mieux que tout autre chose, se présente à la fois comme le symbole de l’expression d’une individualité propre et celle d’une appartenance à un groupe ou une classe sociale, toujours régis par un certain nombre de codes.

À ce titre, chacun et chacune des jeunes fans de football arbore ici fièrement des écussons et pin’s d’époque, tirés d’archives, qui participent à donner une impression de réel. Il en va de même des vêtements portés. Seulement, en contrepoint, le regard de la figure centrale soutient le nôtre de manière frontale, brisant le quatrième mur censé s’imposer. En rejouant de cette façon un temps révolu, la fiction parvient finalement à sonder notre rapport au passé, qu’il renvoie à des souvenirs qui nous sont chers ou à la projection d’un idéal que l’on aimerait avoir connu et qui continuera à nous faire rêver.

© Rachel Fleminger Hudson
À lire aussi
Paris, le monde, la mode : les désirs et obsessions de Frank Horvat
Le Sphinx, en coulisse, place Pigalle, Paris, 1956. Tirage argentique moderne © Studio Frank Horvat, Boulogne-Billancourt
Paris, le monde, la mode : les désirs et obsessions de Frank Horvat
Jusqu’au 17 septembre 2023, le Jeu de Paume présente la première exposition d’envergure consacrée à Frank Horvat depuis sa disparition….
26 juin 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Focus #37 : Kamila K Stanley et la mode comme le symbole de la liberté
Focus #37 : Kamila K Stanley et la mode comme le symbole de la liberté
C’est l’heure du rendez-vous Focus de la semaine ! Aujourd’hui, lumière sur Kamila K Stanley. Dans la série Declaring Independence, la…
08 février 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Explorez
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
Il y a 10 heures   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet