Romain Bagnard : « Medusa »

18 février 2021   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Romain Bagnard : « Medusa »

En Grèce, le photographe français Romain Bagnard s’inspire des mythes – notamment celui relatant la naissance d’Athéna – pour réaliser une série crue prenant place dans la rue. Cet article, rédigé par Louise Charbonnier, est à retrouver dans notre dernier numéro.

C’est à Athènes que cette série est née avec le récit brutal de la naissance d’Athéna qui a accompagné Romain Bagnard tout le temps de son séjour sur place. Entre les quartiers d’Exarchia et celui de la place d’Omonia, « cet épisode mythologique se met alors à résonner en moi. La puissance d’Athéna jaillissant du crâne de son père en brandissant épée et bouclier me captive. Elle trouve écho dans chacune des rues traversées, dans mon approche photographique, mais aussi dans mon parcours personnel. C’est une urgence presque belliqueuse de vie, de survie, de contestation, d’affirmation. C’est dans cet esprit qu’est né ce travail », explique le photographe.

C’est une série monde, avec comme principal dénominateur commun, la rue : « Ma pratique photographique est étroitement liée à la ville, à la rue, et à la marche. C’est ici que je trouve toute la matière dont j’ai besoin pour m’exprimer. J’aime l’idée de travailler à partir de ce qui est accessible et visible par tout un chacun », précise l’auteur. Dans ce corpus polysémique, complexe et mouvant s’entrechoquent couleurs et matières, lignes et visages, signifiés et signifiants, au sein d’une cartographie mentale dynamique et personnelle. « Le mythe de la Méduse, étroitement lié à celui d’Athéna, est très riche. Il parle notamment du pouvoir du regard, du simulacre, de la vanité, du narcissisme, ou du désir de voir. J’aime cette image de la Méduse qui agite ses serpents sur son crâne comme autant de pistes de sens possibles: métaphorique, horrifique, ironique, iconique, elliptique, plastique ou métaphysique. C’est ainsi que j’envisage aujourd’hui mon travail: comme un va-et-vient incessant entre ces différents niveaux d’interprétation », analyse Romain Bagnard.

Des cierges à peine consumés et déjà jetés, des dessins énigmatiques, une cicatrice traversant le dos d’un crâne, un bras gisant dans des excréments d’oiseaux, des regards sonnés, hypnotiques ou défiants, des corps malmenés… « Ces photos sont des images existantes de manière latente dans mon cerveau, et qui ont trouvé à se projeter, à un moment donné et à un endroit donné, pour être incarnées physiquement. Je crois en la capacité des images à représenter de manière très simple une pensée beaucoup plus complexe », développe Romain Bagnard. L’artiste saisit ces fragments de réalité et les recompose dans un nouvel ensemble qui, comme dans le mythe de la Méduse, forme son miroir de vérité. Un miroir que chacun est libre de saisir à son tour, et de s’y réfléchir à l’envi.

 

Cet article est à retrouver dans Fisheye #45, en kiosque et disponible ici

© Romain Bagnard© Romain Bagnard

 

© Romain Bagnard© Romain Bagnard

 

© Romain Bagnard© Romain Bagnard

 

© Romain Bagnard

 

© Romain Bagnard© Romain Bagnard

 

© Romain Bagnard© Romain Bagnard

 

© Romain Bagnard© Romain Bagnard

© Romain Bagnard

Explorez
Les coups de cœur #501 : Cal Douglas et Sveta Kaverina
© Sveta Kaverina
Les coups de cœur #501 : Cal Douglas et Sveta Kaverina
Cal Douglas et Sveta Kaverina, nos coups de cœur de la semaine, ont commencé leurs projets grâce à des livres anciens. En les parcourant...
15 juillet 2024   •  
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
© Damien Krisl
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
Photographe de commande spécialisé dans la mode, la beauté et les éditoriaux, Damien Krisl se distingue par son approche. Inspiré de...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La sélection Instagram #462 : la fabrique des imaginaires
© Carlos Del Rio-Bermudez / Instagram
La sélection Instagram #462 : la fabrique des imaginaires
Notre sélection Instagram de la semaine explore l'irrésistible attrait des photographes pour l'expérimentation. Aux limites de...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
New Farmer : les cultures artificielles de Bruce Eesly
© Bruce Eesly. Les variétés de pommes de terre sélectionnées sont classées en seize catégories selon les normes de LURCH, 1952, série Le fermier du futur, 2023. Avec l’aimable autorisation de l’artiste.
New Farmer : les cultures artificielles de Bruce Eesly
Jusqu’au 29 septembre 2024, à l’occasion des Rencontres d’Arles, la Croisière accueille les étonnantes archives de Bruce Eesly. Dans New...
05 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus : la voie des femmes
© Paola Paredes
Focus : la voie des femmes
Depuis plus de deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Lumière sur les lauréat·es de la Bourse du Talent 2024
© Guillaume Holzer
Lumière sur les lauréat·es de la Bourse du Talent 2024
Le 4 juillet 2024, durant la semaine d’inauguration des Rencontres d’Arles, la Bourse du Talent a distingué ses trois lauréat·es 2024....
17 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Stéphane Duroy : face à l’adversité
© Stéphane Duroy / Vu
Stéphane Duroy : face à l’adversité
De l’Europe aux États-Unis, le photographe français Stéphane Duroy, membre de l’agence Vu, a témoigné pendant plus de 40 ans des...
17 juillet 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Au Mémorial de Verdun, Anastasia Taylor-Lind témoigne du quotidien en Ukraine
Départ pour un point de contrôle, Donbass, 2019. © Anastasia Taylor-Lind
Au Mémorial de Verdun, Anastasia Taylor-Lind témoigne du quotidien en Ukraine
Jusqu’au 30 novembre 2024, le Mémorial de Verdun présente Ukraine: Photographs from the Frontline. L’exposition, d’abord conçue par...
16 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet