S’abriter pour mieux rebondir, immersion dans la tanière de Tommaso Gallinaro

S'abriter pour mieux rebondir, immersion dans la tanière de Tommaso Gallinaro

Par delà le fonctionnement de nos sociétés, la nature ou encore la mémoire et l’oubli, le photographe italien Tommaso Gallinaro s’intéresse aussi aux sentiments. Ses photographies apparaissent comme des « réponses » à ses émotions, qui l’inspirent et le chamboulent. Dans son projet La Tanière, il partage sa vision d’un monde confiné, en transformation.

C’est à l’occasion d’un concours organisé en partenariat avec la masterclass MILK que nous avons découvert pour la première fois les images de Tommaso Gallinaro. C’était en 2021, bien avant la pandémie. Deux ans plus tard, il nous partage un projet finalisé tendre et complexe. « Je vis parfois des moments de forte tension qui s’accompagnent de longues périodes non productives. Chaque début de projet est un temps sensible. Parfois, la réalisation de photographies est postérieure à un temps de recherche, où je m’éloigne délibérément de la forme. Le raccord entre la représentation (l’image photographique) et le questionnement théorique n’est pas toujours évident. Les faits observables ne sont pas des références exclusives. À ce stade, notre capacité à imaginer devient centrale », lance le photographe italien installé à Paris.

Sa série La Tanière interroge la temporalité, notre temporalité en temps de crise. Entre 2020 et 2021, par un concours de circonstances, l’artiste trouve refuge au cœur du centre de la France, dans un hameau isolé. « Ceci est un fragment de mon vécu. J’ai observé de loin l’émergence accélérée de « nouveaux phénomènes » », précise-t-il. Repli sur soi, délaissement de l’urbain, et plus largement désir de liberté… Ses images dépeignent surtout une saison inattendue, et nous ouvrent les portes de son « refuge isolé », de son « abri pour un hiver qui tardait à finir ». 

© Tommaso Gallinaro

Ancrer ses émotions

La Tannière n’est pas seulement le résultat d’une quête de verdure. Tommaso Gallinaro est né et a grandi dans une petite ville entourée de montagnes, et ses réflexions sur les espaces (naturels et domestiqués), les territoires (intérieurs et extérieurs) et leurs relations avec les êtres humains ont toujours mené à l’expérimentation. « Depuis quelque temps, je rencontre des difficultés à définir le terme « nature ». J’observe des formes de porosité entre ces différentes strates », confie le photographe. Il partage ici quelques bribes de son histoire, à la lueur de la grande Histoire. Certains rédigent leurs mémoires pour ne pas sombrer dans l’oubli, Tommaso Gallinaro ancre ses émotions pour tenter de comprendre la complexité de la réalité. Certes, il y a des questions laissées sans réponses, mais elles s’accompagnent souvent d’apparitions, de visions, et d’interprétations. On ne peut s’empêcher de voir le lien évident avec le processus photographique.

« Lorsque j’étais à l’école élémentaire, dans un établissement public ordinaire, j’ai eu la chance d’être accompagné par une institutrice exceptionnelle. Elle nous a transmis sa passion pour l’Art. De façon très libre et loin de toute forme de prétention, elle nous a introduits au théâtre, à l’écriture, à la poésie et à la photographie. C’était très stimulant. J’ai des souvenirs plutôt flous de cette première expérience avec la photographie, mais je me souviens qu’on allait dans la chambre noire pour développer et tirer des images. Un endroit magique et captivant : les chimies, l’apparition graduelle de l’image sur le papier sensible… On allait ensuite accrocher nos images sur les branches des arbres dans un parc situé aux alentours de l’école », se souvient l’auteur. La Tannière symbolise un entre-deux, une fracture à peine perceptible dans le monde des vivants – qu’ils soient sous terre ou sur terre. Là, les corps s’y font timides et de nouvelles géographies s’animent alors. Finalement, La Tannière traduit cet idéal qui guide les individus vers de nouveaux équilibres… 

© Tommaso Gallinaro© Tommaso Gallinaro
© Tommaso Gallinaro© Tommaso Gallinaro
© Tommaso Gallinaro© Tommaso Gallinaro
© Tommaso Gallinaro

© Tommaso Gallinaro

© Tommaso Gallinaro© Tommaso Gallinaro
© Tommaso Gallinaro© Tommaso Gallinaro

© Tommaso Gallinaro

© Tommaso Gallinaro

© Tommaso Gallinaro

© Tommaso Gallinaro© Tommaso Gallinaro

© Tommaso Gallinaro

 

Explorez
L’écocide en ligne de mire
© Oleksandra Zborovska, When The River Left The Shores, 2023
L’écocide en ligne de mire
Ce terme est brutalement réapparu dans l’actualité avec la guerre en Ukraine et la destruction du barrage de Kakhovka, dans le sud du...
29 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
© Edwige Lamy
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
Comment capter le mystère au sein du vivant ? Comment retranscrire la mutabilité infinie de nos identités ? Cette année, du 16 mars au 14...
26 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
© Alban Dejong
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
Jusqu’au 17 mars 2024, le collectif LesAssociés présente l’exposition 600° au cœur de l’Espace Saint-Rémi, à Bordeaux. Un récit choral...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Philémon Barbier jette la lumière sur la vie des livreur·ses à vélo
© Philémon Barbier
Philémon Barbier jette la lumière sur la vie des livreur·ses à vélo
Le Forum Vies Mobiles et le photographe Philémon Barbier se penchent sur la condition des livreur·ses travaillant pour les applications...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Olivier Metzger : radiographie de la nuit française
© Olivier Metzger
Olivier Metzger : radiographie de la nuit française
Jusqu’au 23 mars, la galerie Arrêt sur l’image rend hommage à Olivier Metzger, le photographe qui arpentait la nuit en en capturant...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l’œil de Katya Kalyska : l'importance des relations humaines
© Katya Kalyska
Dans l’œil de Katya Kalyska : l’importance des relations humaines
Cette semaine, plongée dans l’œil de Katya Kalyska, photographe biélorusse dont nous vous avions déjà présenté le travail. Pour Fisheye...
04 mars 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 26.02.24 au 03.03.24 : montrer le méconnu
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Les images de la semaine du 26.02.24 au 03.03.24 : montrer le méconnu
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes s’attachent à rendre visibles des sujets méconnus ou peu représentés.
03 mars 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet