« Sasanami » : l’appel à la méditation de Yamamoto Masao

18 avril 2023   •  
Écrit par Anaïs Viand
« Sasanami » : l'appel à la méditation de Yamamoto Masao

C’est à l’âge de seize ans que Yamamoto Masao a commencé la photographie. Une pratique qu’il associe à la méditation. Dans son ouvrage Sasanami, réalisé avec le musicien Akira Uchida, et publié par les éditions IIKKI Books, il se pose en fin observateur de la nature, et nous offre une pause contemplative.

« J’aime l’idée que mes images donnent la sensation de photos anonymes, qu’elles gardent un certain mystère…Je ne donne jamais ni date, ni titre. Que chacun se les approprie et invente à partir d’elles sa propre histoire ». Nous pouvons lire ces quelques mots sur le site de la Galerie Camera Obscura, qui, en France, représente le photographe japonais Yamamoto Masao. Aussi discret que ses images, l’artiste ne donne que très peu d’interview. Nous n’aurons pas eu la chance d’échanger avec celui qui a fabriqué les images du douzième numéro d’IIKKI Books, maison d’édition tissant des liens forts entre la photo et la musique. Pour Sasanami (« Mon nom », en japonais, NDLR), son directeur Mathias Van Eecloo, a réuni un grand nom de la photographie et un prodigieux musicien lui aussi originaire du Pays du soleil levant, Akira Uchida, saxophoniste et pianiste. Que les choses soient claires : parcourir le livre tout en se laissant bercer par la mélodie provoque un bien-être fou. Quelques pages suffisent pour laisser courir les pensées, et débrancher les mémoires vives… Yamamoto Masao et Akira Uchida ont un don. Ils savent tous deux comment nous entraîner dans un flow de sérénité. Un fragment de corps, un oiseau, une branche, une vague, une forêt, et puis une ligne d’horizon. Autrement dit, des éclairs de grâce qui forcent à la contemplation – des respirations naturelles. 

© Yamamoto Masao

Une méditation malgré nous

Pénétrer dans l’univers de Yamamoto Masao, c’est comme se laisser prendre dans une douce chorégraphie où la nature et ses merveilles nous donne le la. Et pourtant, Yamamoto Masao est l’un de ceux qui réussit à photographier le silence, et plus difficile encore, une forme de spiritualité. Les notes de piano deviennent un doux murmure. Elles nous suggèrent une évidence : les deux auteurs ont besoin d’être connectés à l’environnement pour créer. Et ils ouvrent avec Sasanami une fenêtre sur leur paysage intérieur. Un espace de calme absolu où la nature et ses mouvements reprennent leur droit. Entre la terre et la mer, entre le monde des songes, et la réalité se cachent le sublime, parfois indéchiffrable, mais toujours inspirant et reposant. Un délice pour l’âme qui navigue ici, et là. Un arrêt au sommet d’une montagne mystérieuse, et plus tard une longue observation : face à nous, une chouette silencieuse nous tourne le dos. Dans ses « Élévations », (Les Fleurs du mal), Baudelaire avait vu juste : « Heureux celui qui plane sur la vie, et comprend sans effort le langage des fleurs et des choses muettes ». Sasanami, c’est une méditation malgré nous, une invitation à réfléchir, aux côtés des deux auteurs, au « caractère passager de notre présence dans ce monde ». Peinture japonaise ou haïkus… Ses images en appellent d’autres à celles et ceux qui veulent bien voir. Raisonnent enfin d’autres vers… Ceux du poète John Keats : « Toute beauté est cause de joie pour toujours » (Endymion, The Poetical Works of John Keats). Mathias Van Eecloo, Yamamoto Masao et Akira Uchida n’ont pas seulement réussi cet ouvrage, ils installent là un au-delà de l’image. 

 

Sasanami, IIKKI Books , 45 €, 80p.

© SASANAMI© SASANAMI

© Yamamoto Masao

 

© Yamamoto Masao© Yamamoto Masao

© Yamamoto Masao

© Yamamoto Masao© Yamamoto Masao

© Yamamoto Masao

© Yamamoto Masao

© Yamamoto Masao

© Yamamoto Masao

© Yamamoto Masao © Yamamoto Masao

© Yamamoto Masao

Explorez
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
© Alban Dejong
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
Jusqu’au 17 mars 2024, le collectif LesAssociés présente l’exposition 600° au cœur de l’Espace Saint-Rémi, à Bordeaux. Un récit choral...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
© Richard Pak
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
Enjeux sociétaux, troubles politiques, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur nos pages ne...
09 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Niort : la Jeune Photographie imagine le monde d’après
© Thomas Pendeliau
Niort : la Jeune Photographie imagine le monde d’après
Pour leur trentième anniversaire, les Rencontres de la Jeune Photographie Internationale de Niort nous invitent à réfléchir au monde...
06 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine