Sejkko et ses maisons solitaires

17 octobre 2018   •  
Écrit par Anaïs Viand
Sejkko et ses maisons solitaires

Derrière le pseudonyme “Sejkko” se cache un photographe autodidacte portugais Manuel Pita qui étudie la complexité du monde en réalisant des portraits de maisons solitaires.

Scientifique de formation, Manuel Pita ou Sejkko s’est autoformé à la photographie. Son sujet de prédilection ? La solitude. « Je cherche, à travers mes compositions à documenter et comprendre la solitude », explique le photographe originaire d’Amérique du Sud. « J’ai grandi dans une famille relativement nombreuse et chaque réunion était immortalisée par des photos. Si mes oncles et mes tantes réalisaient des images, seul mon père parvenait à voir le monde avec un œil différent. Il savait immortaliser les moments, faire apparaître des sourires chez les gens timides », se souvient-il. Persuadé qu’il allait étudier les arts visuels, Manuel a pourtant exploré une autre de ses passions et est devenu docteur en Intelligence artificielle et en Sciences cognitives. « Ce n’est qu’après mon deuxième poste que j’ai réalisé qu’il me fallait nourrir le scientifique et le photographe en moi ». Aujourd’hui, la photographie est un outil indispensable lui permettant de naviguer dans son moi intérieur et de se découvrir jour après jour. « Le 8e art est devenu une sorte de thérapie, de maître spirituel qui me guide confie-t-il.

Une œuvre autonome

Ses lonely houses combinent deux éléments essentiels. « Mes premiers dessins d’enfant et la maison d’un médecin dans la ville où mes parents sont nés, sur l’île de Madère, au Portugal », précise-t-il. « J’ai démarré ce travail en 2014 et il a évolué sur Instagram jusqu’à la fin 2016, lorsque j’ai proposé une série de tirages en édition limitée à la vente. À cette époque, ces images étaient une façon de documenter mes observations personnelles dans ma relation avec ma propre enfance, mon développement en tant que scientifique, et ma reconnexion tardive avec le monde artistique. En terminant la série, je me suis rendue compte que je ne connaissais pas vraiment le médium et j’ai développé une obsession pour l’apprentissage. »

Pour repérer ces modèles colorés, Manuel s’est beaucoup promené. « J’ai vécu chacune de mes balades comme une méditation. Un temps précieux pour me lier tranquillement à la nature, aux bâtiments et aux gens qui m’entourent. J’ai besoin de me rendre plusieurs fois devant une maison avant d’être sûr d’en faire une œuvre autonome ». Car chacun de ses clichés compose des écosystèmes épurés où le regardeur pourra choisir entre le monde réel et un monde parallèle plus léger et rassurant.

© Sejkko© Sejkko
© Sejkko© Sejkko
© Sejkko© Sejkko

© Sejkko

Explorez
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
L’écocide en ligne de mire
© Oleksandra Zborovska, When The River Left The Shores, 2023
L’écocide en ligne de mire
Ce terme est brutalement réapparu dans l’actualité avec la guerre en Ukraine et la destruction du barrage de Kakhovka, dans le sud du...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas