Silhouette challenge : quand le corps des femmes n’est plus leur propriété

05 février 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Silhouette challenge : quand le corps des femmes n’est plus leur propriété

Le silhouette challenge, une tendance TikTok invitant les femmes à prendre confiance en elles, est devenu viral. L’occasion pour des individus malhonnêtes de s’approprier les vidéos et de les diffuser de manière pornographique.

Lancée en septembre 2016, par l’entreprise chinoise ByteDance l’application mobile TikTok s’est imposée comme un réseau social de référence, ayant déjà été téléchargée plus de 2 milliards de fois sur l’App Store et Google Play. Une prouesse d’autant plus impressionnante qu’elle est la seule application à ne pas appartenir au géant Facebook. Ses contenus les plus populaires ? Des trends, notamment des vidéos de danse, reprises en masse par les utilisateurs. Parmi celles-ci, le silhouette challenge, consistant à poser dans un couloir, éclairé.e par une lumière rouge tamisée, est devenu virale. Une manière de mettre en valeur les formes de son corps sans pour autant le révéler. Pour les participantes, l’intérêt semble évident : choisir de se montrer ainsi est synonyme d’empowerment. Une manière de se réapproprier un corps qui a été mis à mal par la société patriarcale et les dictats de la mode.

Comment combattre l’irrespect ?

Seulement, depuis quelque temps, des commentaires fleurissent, sous chaque publication – des utilisateurs qui avertissent les challengeuses que certaines personnes s’amusent à télécharger leur vidéo pour les éditer, de manière à ce que leur corps – souvent dénudés – puissent être aperçus. Pire, les coupables les publient même sur des sites à contenu pornographique. Si en France, la loi est claire – selon l’article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle « toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit est illicite » – les réseaux sociaux altèrent, depuis plusieurs années, la définition même de la légalité. Comment, alors, combattre l’irrespect ? La violation de sa propriété ? Doit-on considérer qu’une personne publiant sur une application doit accepter le possible vol de son image ?

Alors que les posts des hackers se multiplient sur les forums en ligne, proposant des tutoriels pour mieux s’approprier les contenus, et que des compilations YouTube naissent, révélant les corps de ses femmes sans jamais chercher leur consentement, on est en droit de s’interroger. Pourquoi la censure puritaine des réseaux interdit-elle la moindre nudité consentie, artistique, lorsqu’elle permet à ses abonnés de partager des images qui ne leur appartiennent pas ? Comment ces délits flagrants parviennent-ils à déjouer les interdictions, tandis que des tétons floutés sonnent immédiatement l’alarme ? Ou bien est-ce un rappel aux femmes que le combat est loin d’être terminé : qu’une tendance initialement perçue comme une libération peut toujours tomber entre les mains de personnes obsédées par l’idée de leur arracher ce pouvoir…

© Shutterstock

© Shutterstock

Explorez
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
L’écocide en ligne de mire
© Oleksandra Zborovska, When The River Left The Shores, 2023
L’écocide en ligne de mire
Ce terme est brutalement réapparu dans l’actualité avec la guerre en Ukraine et la destruction du barrage de Kakhovka, dans le sud du...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas