Steve Salgado affronte sa timidité dans les rues des métropoles

30 janvier 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Steve Salgado affronte sa timidité dans les rues des métropoles

Installé à Chicago, Steve Salgado surmonte sa timidité grâce à la street photography. Dans les méandres assourdissants de la métropole, il donne à voir toutes ces bribes d’humanité s’effaçant dans le vaste tumulte qui envahit l’esprit et les rues.

Dans la solitude moderne des métropoles se perd le directeur créatif d’une agence publicitaire. Comme Vivian Maier, Saul Leiter ou Alex Webb avant lui, il prend le temps de contempler le monde alentour, imperméable à celles et ceux qui ne jouissent pas du privilège du flâneur. Bien conscient de sa chance, Steve Salgado de son nom fige le mouvement permanent de ces rues qui fourmillent à l’aide d’un boîtier. Une réplique tirée de La Folle Journée de Ferris Bueller, un film de John Hughes, sorti en 1986, ne l’a jamais quitté : « La vie passe tellement vite. Si tu ne t’arrêtes pas pour regarder autour de toi de temps en temps, tu pourrais la manquer ». Pendant de nombreuses années, le dessin lui a permis d’exprimer cette pensée, mais au sortir du premier confinement, la photographie a fini par s’imposer comme le médium le plus adapté à sa démarche.

« Tous ces moments fugaces que j’aurais normalement consignés dans un carnet à croquis sont devenus une nouvelle sorte d’obsession qui m’a poussé à documenter tout ce que je pouvais, nous confie Steve Salgado. Aujourd’hui, je sors rarement de chez moi sans un appareil photo et je suis reconnaissant de ce que cela m’a apporté en matière de vision du monde. Cela a créé un lien plus significatif avec la façon dont j’appréhende les communautés dont je fais partie. » Chaque jour, l’artiste américain rejoint le tourbillon effréné de la vie urbaine dans lequel les émotions se tapissent dans l’ombre des autres. Dans une quête insatiable, il recherche ces « brefs et subtils instants qui laissent une trace considérable ». Sur ses clichés, la joie, la fatigue et l’incertitude se lisent tour à tour sur les visages qui défilent au hasard des rues.

© Steve Salgado© Steve Salgado

La chaleur d’une rencontre fortuite

Au cœur de toute image, un concours de circonstances, un échange entre deux êtres nous plongent, l’espace de quelques secondes, dans la réalité de l’autre. « J’ai récemment pris une photo dans le métro new-yorkais, étaye Steve Salgado. C’était l’un de ces moments fugitifs où l’on croise le regard d’un étranger qui passe par là. Un couple qui semblait avoir passé une longue journée en ville venait de s’installer sur les sièges. La femme a posé sa tête avec soulagement sur l’épaule de son partenaire. Il y a quelque chose dans son expression qui, tout du moins de mon point de vue, raconte cette histoire. Revoir ce cliché suffit à me remémorer les moindres détails de cette scène. »

Si cet acte créatif se présente comme une manière d’assouvir un goût pour ces petites choses, anodines en apparence, qui composent le quotidien de chacun et chacune de nous, la portée de son geste est tout autre. De nature introvertie et sensible, Steve Salgado utilise son médium pour aller au-devant des citadin·es qu’il n’oserait pas aborder autrement, « par manque d’excentricité ». « Si la plupart de mes images sont tout au plus des instantanés, quelques-unes ont mené à de merveilleuses conversations qui valent souvent bien plus que n’importe quel cliché. Au-delà de cela, la communauté qui gravite autour de la street photography est extrêmement solidaire et pleine de personnes passionnées qui aiment créer », tient-il à souligner. La bienveillance qui émane d’une telle entreprise ne peut que nous inciter à prendre le temps de substituer la chaleur de chaque individu à celle des foules compactes.

© Steve Salgado

© Steve Salgado© Steve Salgado

© Steve Salgado

© Steve Salgado© Steve Salgado

© Steve Salgado

© Steve Salgado© Steve Salgado

© Steve Salgado

© Steve Salgado© Steve Salgado

© Steve Salgado

© Steve Salgado© Steve Salgado

© Steve Salgado

Explorez
Dans l’œil de Kin Coedel : l'effet de la mondialisation sur les regards
© Kin Coedel
Dans l’œil de Kin Coedel : l’effet de la mondialisation sur les regards
Aujourd’hui, plongée dans l’œil de Kin Coedel, à l’origine de la série Dyal Thak. Dans ce projet poétique, dont nous vous parlions déjà...
22 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
© J.A. Young
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
Cette semaine, plongée dans l’œil de J.A. Young. Aussi fasciné·e que terrifié·e par les horreurs que le gouvernement américain dissimule...
15 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
14 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
© Lorenzo Castore
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
Jusqu’au 11 mai, la galerie parisienne S. accueille le photographe Lorenzo Castore, l’un des pionniers de la nouvelle photographie...
22 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l’œil de Kin Coedel : l'effet de la mondialisation sur les regards
© Kin Coedel
Dans l’œil de Kin Coedel : l’effet de la mondialisation sur les regards
Aujourd’hui, plongée dans l’œil de Kin Coedel, à l’origine de la série Dyal Thak. Dans ce projet poétique, dont nous vous parlions déjà...
22 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
© Julie Legrand
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
Nos coups de cœur de la semaine, Julie Legrand et Kathleen Missud, ont toutes deux, au cours de leur parcours dans le 8e art, fait le...
22 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
21 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill