« The Heat Equation » : mélodies métalliques

11 février 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
« The Heat Equation » : mélodies métalliques

The Heat Equation, opus hybride, réunit les créations de la photographe Joséphine Michel et de l’artiste sonore Mika Vainio. Une œuvre abstraite et hypnotique, réalisée en hommage au musicien, décédé.

« Écho visuel. C’est ainsi qu’on pourrait définir mon approche photographique ; je m’intéresse depuis une dizaine d’années à la relation entre l’image et le son »

, déclare Joséphine Michel. C’est en 2013 que l’artiste commence à travailler avec le compositeur et artiste sonore Mika Vainio. Ensemble, ils publient en 2015 un premier ouvrage-album intitulé Halfway to White. Une réflexion musicale inspirée par les images de la photographe. « En mars 2017, j’ai rejoint Mika à Oslo afin de réaliser son portrait pour la revue française Optical Sound. J’ai remis texte et image au journal le 11 avril, et Mika est décédé le lendemain », explique l’artiste.

Débute alors la conception de The Heat Equation, un second opus hybride, hommage conceptuel au musicien. Fascinée par les créations de son ami, Joséphine Michel s’est immergée dans une routine : « Écouter tous les matins un de ses albums, puis aller photographier des lieux en correspondance avec sa musique. Dans la nature, ou dans les musées de sciences », explique-t-elle. Comme un écho à leur première collaboration, l’ouvrage se construit autour du son, chaque cliché devenant un reflet de la musique, un élan créatif inspiré par les nuances, les notes et les bruits composés par l’artiste. « Il avait un imaginaire de la matière très vaste et profond », précise la photographe.

© Joséphine Michel

À la manière d’un champ énergétique

The Heat Equation

est profondément métallique. Les compositions sonores et visuelles se caressent et se hérissent, formant d’étranges figures. En construisant un univers exclusivement monochrome – « J’avais réalisé le portrait de Mika pour Optical Sound en noir et blanc, il est l’amorce de ce livre. Il m’a semblé absolument nécessaire de poursuivre sans couleur » – Joséphine Michel érige un monde envoûtant. Inspirée par la photographie japonaise des années 1950 à 1970, et par les images expérimentales et abstraites des années 1920, de Germaine Krull à Moholy-Nagy, elle tisse des liens entre microcosmes et macrocosmes, terre et astres. Transcendés par une bande sonore hypnotique et lancinante, les clichés semblent devenir des algorithmes, reprenant vie au boom lourd des basses.

« J’ai choisi de ne pas shooter les gens qu’il aimait, les lieux qu’il habitait, les instruments qu’il utilisait. Il y avait, dans sa musique, un grand imaginaire de la matière, qui est ici reflété comme une pellicule entre la mort et le vivant », confie la photographe. Préférant la suggestion, elle devient la créatrice d’un univers atypique, faisant fusionner hyperréalisme et abstraction. « J’ai pensé l’ensemble à la manière d’un champ énergétique : des additions, soustractions et combinaisons activent le livre à la manière d’un processus chimique », explique-t-elle. Face à ces phénomènes, bercé par la langueur sonore, le lecteur n’a d’autre choix que d’être emporté dans un espace chimérique, où musique et image ne font qu’un.

 

The Heat Equation, Label Touch, 33,33 £, 100 p. 

© Joséphine Michel

© Joséphine Michel© Joséphine Michel

© Joséphine Michel

© Joséphine Michel© Joséphine Michel

© Joséphine Michel

© Joséphine Michel© Joséphine Michel

© Joséphine Michel

© Joséphine Michel

Explorez
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •