#Thighreading

30 juillet 2015   •  
Écrit par Marie Moglia
#Thighreading
Un nouveau hashtag a fait son apparition sur Twitter: #Thighreading. Une nouvelle forme de mobilisation virale, qui vise à défendre et à affirmer en images une féminité décomplexée, assumée, affranchie des standards de beauté.

La moindre imperfection du corps photographiée, puis partagée en ligne: le hashtag #Thighreading (thigh signifie “cuisse”) surfe sur une tendance. Celle de la campagne virale qui a pour but de défendre une cause. Ici, c’est la féminité “au naturel”, réaliste, qui est revendiquée. Encore une fois – car le concept n’est pas nouveau – il s’agit pour les internautes de s’opposer aux standards de beauté promus notamment par les publicités ou les magazines féminins.

 

#Thightreading a vu le jour le 20 juillet dernier, grâce à @princess_labia (voir ci-dessus). Au site Mashable, elle raconte comment ce hashtag lui est venu à l’esprit: « J’ai remarqué que les lignes de mes vergetures pouvaient raconter une histoire, tout autant que celles de mes paumes de main. » Dans la foulée, la jeune femme photographie les marques sur ses cuisses et partage l’image sur Twitter, sans se douter qu’elle serait suivie par plusieurs autres internautes.

“Avec ou sans écart entre les cuisses, avec ou sans cicatrices, avec ou sans vergetures, tout le monde est magnifique.”

 

“Fière de mes vergetures et de mes cicatrices. Mon corps est tout aussi beau que n’importe quel autre.”@princess_labia

a expliqué s’être sentie “émancipée” en publiant cette photographie finalement très intime. D’où l’engouement suscité par ce type de mouvements en ligne: se prendre en photo implique non seulement de maîtriser son image, mais aussi de s’y confronter. C’est une affirmation de soi, qui fonctionne d’autant plus lorsqu’elle est approuvée.

“Il n’est pas trop tard pour rejoindre [ce mouvement]?”

Grâce aux mots-clés, les réseaux sociaux sur lesquels l’image a une place importante (comme Twitter ou Instagram), génèrent facilement des prises de position. Ainsi le compte @loveyourlines (en français, “aimez vos lignes”) lancé il y a près d’un an compte aujourd’hui plus de 130 abonnés. La photographie sur ses réseaux est aux femmes ce que l’image de pub est aux mannequins. L’une s’ancre dans la réalité, l’autre dans le fantasme.

En (sa)voir plus

→ Retrouvez plus de tweets #Tightreading ICI

→ Retrouvez ICI la liste des actualités autour de la mobilisation des femmes sur les réseaux sociaux.

Explorez
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
Il y a 10 heures   •  
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill