Un takeover animé par Maud Chalard & Théo Gosselin !

20 avril 2020   •  
Écrit par Anaïs Viand
Un takeover animé par Maud Chalard & Théo Gosselin !

Jusqu’au 23 avril, Fisheye confie son compte Instagram à Maud Chalard & Théo Gosselin. Le couple de photographes animera le takeover durant quatre jours. Une belle occasion de revenir sur leurs productions et de découvrir leurs auteurs préférés.

Théo

, Maud et Fisheye, c’est une longue histoire. La rédaction a embarqué dans l’univers de ces deux photographes dès le premier numéro du magazine : le couple de photographes avait signé la couverture. Et depuis, les deux amoureux ne cessent de voyager, de nous parler d’amour et de titiller notre imagination. Cette semaine, ils assurent le takeover du compte Instagram Fisheye. Comme Boby, Charlotte Abramow, et Delphine Diallo, ils présenteront leurs images coups de cœur et reviendront sur leur clichés iconiques.

 

© Maud Chalard & Théo Gosselin

« Tout d’abord un grand merci à Fisheye qui depuis des années nous suit, nous aide dans nos projets et nous donnent la parole. C’est une longue histoire d’amour qui s’est créée entre le magazine et nous et ce n’est pas prêt de s’arrêter. En parlant d’histoire d’amour, nous partageons nos vies aussi, depuis 7 ans maintenant. Amoureux et photographes, nous traversons la vie avec la chance de vivre de notre passion, de s’aider, et de grandir ensemble – avec les mêmes rêves et les mêmes envies. Photographe est un métier assez solitaire et avoir trouvé notre meilleur allié qui comprend et ressent les mêmes émotions constitue la plus belle chose au monde. Nos images sont imprégnées de notre histoire, de nos voyages et de l’amour que l’on partage.» – Maud

© Maud Chalard & Théo Gosselin

« L’une des choses les plus importante que possède chaque être humain ? L’imagination. J’aime faire des images qui permettent à chaque personne de s’imaginer l’histoire qu’il y a derrière. Et pour cela, je donne aux spectateur une multitude d’éléments et d’indices (musicales, temporelles, ou encore idéologiques) pour les guider et les influencer dans la création de leur propre vision des images.Il m’est très important de faire parler mes photos sans avoir besoin d’écrire de légende, ni de glisser toutes les choses qui me sont chères, toutes les choses qui font ce que je suis.La chose primordiale dans mon approche ? L’esthétisme, j’aime quand une photo est belle et se suffit à elle même, sans blabla superflu et long discours. J’aime qu’elle mélange mes passions à une palette d’émotions humaines, et qu’elle intègre du cinéma, beaucoup de cinéma, de la musique, énormément de musique, des couleurs, des textures, de l’action, des ciels, de la ville, de la nature, du rêve, de l’espoir, de l’amour, du bonheur, de la depression, de la peur, de la nostalgie, de l’amitié, des vices, de la tendresse… Tout ses petits éléments que chaque être humain sait ressentir, sans avoir besoin d’avoir fait 16 ans d’histoire de l’art. Et puis c’est l’occasion pour moi de créer des souvenirs extraordinaires avec les gens que j’aime. » – Théo

© Maud Chalard & Théo Gosselin

Explorez
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •