Une fiction prémonitoire

26 mars 2020   •  
Écrit par Anaïs Viand
Une fiction prémonitoire

François-Xavier Marciat, photographe belge de 38 ans, livre dans Lockdown sa vision du confinement et de l’après. Un travail graphique, minimaliste (et prémonitoire ?) entamé il y a un an.

« J’ai un besoin constant de prendre du recul, et de me couper du monde pour me retrouver et réfléchir en toute quiétude », annonce François-Xavier Marciat. La dernière série de ce photographe installé en Belgique raisonne particulièrement avec notre triste actualité. Et pourtant, il a amorcé Lockdown (NDLR, le confinement) il y a un an. Son intention ? « Montrer un monde calme, au ralenti, et une nature à l’état brut ». Et l’annonce du confinement a sonné comme une note finale. « L’intention initiale de la série s’est évidemment renforcée avec l’actualité. J’ai terminé la série 15 jours avant le premier jour de confinement en Belgique. Elle n’avait pas encore de nom définitif, et j’attendais d’avoir un moment libre pour finaliser mon éditing. En tant que graphiste, j’ai pour habitude de travailler dans les secteurs culturel, évènementiel et publicitaire. Avec la crise du Covid-19, j’ai subitement eu du temps pour moi… », confie-t-il.

© François-Xavier Marciat© François-Xavier Marciat

Une attitude positive

En parcourant ses images graphiques, et minimalistes, d’aucuns y verront une distanciation sociale et une anxiété affirmées, pourtant, François-Xavier Marciat développe une attitude positive. « Le confinement est un temps propice à l’introspection. Et s’il permettait de se connaître soi-même, et de mieux percevoir le monde extérieur ? ». L’individu est absent de ses photos, il insiste pourtant sur l’aspect collectif du confinement : « en respectant les mesures, nous prenons soin des autres, tout en gardant un contact avec le monde extérieur – la solitude aurait sans doute été bien plus marquée si nous n’avions pas autant d’outils de communication ». Comme beaucoup de confinés, l’artiste belge se languit de la fin de cette crise sanitaire, et rêve d’un retour à la nature. « J’ai toujours considéré important d’être relié à la nature. Et encore plus aujourd’hui et ce, d’autant plus qu’elle a retrouvé de son calme et de sa superbe. La photographie de la biche symbolise d’ailleurs une reprise de ses droits », ajoute-t-il. François-Xavier Marciat livre ici une réflexion intéressante sur un après-demain plus serein.

© François-Xavier Marciat

© François-Xavier Marciat © François-Xavier Marciat © François-Xavier Marciat

© François-Xavier Marciat © François-Xavier Marciat

© François-Xavier Marciat

Explorez
The Unmovable Mover : l'usine imaginaire d'Alessandra Leta
© Alessandra Leta
The Unmovable Mover : l’usine imaginaire d’Alessandra Leta
L’artiste italienne Alessandra Leta construit une fiction en fragments, qui prend pour contexte une usine imaginaire de pièces détachées...
12 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tatiana Lopez : s'approprier son histoire à coups d'aiguille
© Tatiana Lopez
Tatiana Lopez : s’approprier son histoire à coups d’aiguille
La délicate broderie qui s’esquisse sur les polaroids de Tatiana Lopez narre l’histoire de minorités. Les récits de femmes et de...
05 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Participez à nos lectures de portfolio sur le thème des fiertés !
© Michael Oliver Love
Participez à nos lectures de portfolio sur le thème des fiertés !
Dans le prolongement de notre dernier numéro – dédié aux fiertés – Fisheye organise des lectures de portfolio le 13 juin 2024....
04 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Here, In Absence : les contemplations en musique de Mikael Siirilä
© Mikael Siirilä
Here, In Absence : les contemplations en musique de Mikael Siirilä
Dans Here, In Absence, Mikael Siirilä donne une nouvelle vie à des photographies que nous vous avions déjà présentées il y a quelques...
31 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
15 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
© Katalin Száraz
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
Katalin Száraz compose, avec La fille du marin, un hommage visuel à la profession de son père. Une série oscillant entre les fantasmes de...
14 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les expositions photo à découvrir cet été !
Paris, 1967 © Joël Meyerowitz
Les expositions photo à découvrir cet été !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
14 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine