Une fiction prémonitoire

26 mars 2020   •  
Écrit par Anaïs Viand
Une fiction prémonitoire

François-Xavier Marciat, photographe belge de 38 ans, livre dans Lockdown sa vision du confinement et de l’après. Un travail graphique, minimaliste (et prémonitoire ?) entamé il y a un an.

« J’ai un besoin constant de prendre du recul, et de me couper du monde pour me retrouver et réfléchir en toute quiétude », annonce François-Xavier Marciat. La dernière série de ce photographe installé en Belgique raisonne particulièrement avec notre triste actualité. Et pourtant, il a amorcé Lockdown (NDLR, le confinement) il y a un an. Son intention ? « Montrer un monde calme, au ralenti, et une nature à l’état brut ». Et l’annonce du confinement a sonné comme une note finale. « L’intention initiale de la série s’est évidemment renforcée avec l’actualité. J’ai terminé la série 15 jours avant le premier jour de confinement en Belgique. Elle n’avait pas encore de nom définitif, et j’attendais d’avoir un moment libre pour finaliser mon éditing. En tant que graphiste, j’ai pour habitude de travailler dans les secteurs culturel, évènementiel et publicitaire. Avec la crise du Covid-19, j’ai subitement eu du temps pour moi… », confie-t-il.

© François-Xavier Marciat© François-Xavier Marciat

Une attitude positive

En parcourant ses images graphiques, et minimalistes, d’aucuns y verront une distanciation sociale et une anxiété affirmées, pourtant, François-Xavier Marciat développe une attitude positive. « Le confinement est un temps propice à l’introspection. Et s’il permettait de se connaître soi-même, et de mieux percevoir le monde extérieur ? ». L’individu est absent de ses photos, il insiste pourtant sur l’aspect collectif du confinement : « en respectant les mesures, nous prenons soin des autres, tout en gardant un contact avec le monde extérieur – la solitude aurait sans doute été bien plus marquée si nous n’avions pas autant d’outils de communication ». Comme beaucoup de confinés, l’artiste belge se languit de la fin de cette crise sanitaire, et rêve d’un retour à la nature. « J’ai toujours considéré important d’être relié à la nature. Et encore plus aujourd’hui et ce, d’autant plus qu’elle a retrouvé de son calme et de sa superbe. La photographie de la biche symbolise d’ailleurs une reprise de ses droits », ajoute-t-il. François-Xavier Marciat livre ici une réflexion intéressante sur un après-demain plus serein.

© François-Xavier Marciat

© François-Xavier Marciat © François-Xavier Marciat © François-Xavier Marciat

© François-Xavier Marciat © François-Xavier Marciat

© François-Xavier Marciat

Explorez
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Un événement photographique que tu n’oublieras jamais ? © Caroline Heinecke
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
16 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
© Edwige Lamy
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
Comment capter le mystère au sein du vivant ? Comment retranscrire la mutabilité infinie de nos identités ? Cette année, du 16 mars au 14...
26 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet