« Une soif incroyable d’autodestruction » 

« Une soif incroyable d’autodestruction » 

Alcool, drogue… bref la fête et l’ivresse. C’est ainsi qu’Arnold Veber décrit la jeunesse russe. Ses sombres images, découvertes au festival Circulation(s), composent un travail poignant, Last Night I’m Done, sur la jeunesse russe contrainte d’oublier…

C’est en camp de vacances qu’Arnold découvre véritablement la photo. « Ma mère m’a donné un appareil photo numérique, un compact, juste avant de partir », se souvient-il. Un objet apparemment social : « je sentais que c’était l seule chose que je pouvais offrir aux autres ». Aujourd’hui, il lui est impensable de raconter des histoires sans son boitier. L’une d’elles, Last Night I’m Done, a été amorcée en 2014, alors qu’il entrait à l’école d’art Rodchenko, en Russie. Là-bas, il documente son environnement, à savoir de jeunes gens livrés à eux-mêmes, le week-end. « Des jeunes qui chaque week-end, buvaient jusqu’à la mort. En face de moi, j’avais des gars intelligents et bien habillés avec une soif incroyable d’autodestruction ». Surpris par ces séances d’autodestruction collectives, il ne cesse de s’interroger. « Pourquoi boivent-ils tant ? Pourquoi se rendent-ils à ces fêtes comme s’ils allaient travailler ? »

Le vide social

Pour réaliser ce travail, Arnold s’est coupé de toutes potentielles sources d’inspiration. « Je ne suis allé à aucune exposition, je n’ai regardé aucun film ou série liés à la jeunesse, je me suis concentrée sur les sujets de mes images et j’ai observé la réalité », la triste réalité marquée par le taux de pauvreté ou de chômage. L’injustice humaine et le vide social, voici ce qui l’a profondément inspiré. Et en Russie, les politiques aiment la mascarade, « ils influencent les jeunes esprits, ils feront tout pour vous distraire et vous éloignez de votre véritable personnalité », confie-t-il. « On dirait que la crise va bientôt prendre fin. Les adhésions pour le club de sport sont de moins en moins chères, les patrons financent les déjeuners de leur employés, et les docteurs exercent dans des hôpitaux privés. J’adore mon monde ». Chaque photo à sa légende gorgée d’ironie. En plus d’être noir, le portrait qu’il dresse de la jeunesse est ici engagé. Ses images crues interpellent et appellent à la vigilance : la réalité est telle est, et l’alcool et autres artifice ne doivent pas être un prétexte pour oublier de penser.

© Arnold Veber© Arnold Veber© Arnold Veber

© Arnold Veber

© Arnold Veber© Arnold Veber© Arnold Veber© Arnold Veber© Arnold Veber

© Arnold Veber

Explorez
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •  
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill