Vivian Maier, entre ombres et couleurs

28 janvier 2019   •  
Écrit par Maria Teresa Neira
Vivian Maier, entre ombres et couleurs

Jusqu’au 30 mars 2019, Les Douches la Galerie consacre une exposition aux photographies en couleur de Vivian MaierThe Color Work. L’occasion de (re)découvrir le talent de la photographe solitaire et mystérieuse.

En 2013, la galerie parisienne dévoilait les photographies en noir et blanc de Vivian Maier. Cette année, Les Douches la Galerie a préféré mettre en avant ses clichés en couleur. Capturés entre la fin des années 1950 et le milieu des années 1970, les images colorées dépeignent la photographe. Son humour, son œil pour le détail et son attention à la composition, connus avec son travail monochrome, sont ici davantage mis en valeur. Alors qu’elle travaillait comme nourrice à Chicago, ses photographies ont été prises au moment où le MoMA de New York présentait la première exposition en couleur, en 1950. Quelques années plus tard, en 1962, au MoMA, Ernst Haas présentait 80 clichés en couleur en affirmant que la couleur marquait un tournant et une nouvelle « philosophie du regard », une façon d’exprimer « la joie de voir ». Avec cette série énigmatique, Vivian Maier s’affiche comme une photographe d’avant-garde.

Entre ombres et couleurs

Avec la couleur, Vivian Maier rehausse sa touche humoristique et frôle le surréalisme. Pourtant, « elle avait un côté obscur », explique un des enfants dont elle avait la garde dans le documentaire À la recherche de Vivian Maier (2013, John Maloof et Charlie Siskel). Un regard humain et curieux se mêle à son côté sombre : elle se met en scène en solitaire et espionne à travers son ombre et les miroirs. Les couleurs confèrent une nouvelle dimension aux photographies, se situant à la frontière entre le réel et l’extraordinaire.

Quand elle meurt en 2009, dans la pauvreté et l’anonymat, elle laisse 150 000 clichés non développés dont environ 45 000 sont des diapositives polychromes. C’est John Maloof, un collectionneur de Chicago, qui les découvre lors d’une vente aux enchères en 2007 et leur donne visibilité. Ses autoportraits mystérieux et ses autres images secrètes ne cessent d’interpeller le public, fasciné par cette photographe devenue mythique. L’exposition coïncide avec la publication du premier ouvrage consacré à ses images couleur : Vivian Maier : the Color Work (HarperCollins, novembre 2018). Joel Meyerowitz, qui signe la préface du livre, résume l’esprit de cette nouvelle exposition : « en faisant défiler ces clichés en vrac, j’ai été frappé par la sensibilité et le timing de Vivian Maier : son attitude incroyablement positive, son sens du cadrage, sa témérité à se rapprocher volontairement de son sujet, la sincérité de sa curiosité, et une indéniable chaleur humaine, doublée d’ironie et d’humour – tout cela donnait l’impression d’un regard sur la vie d’une grande cohérence ». 

 © Estate of Vivian Maier, Courtesy Maloof Collection and Howard Greenberg Gallery, New York, Les Douches la Galerie, Paris

 © Estate of Vivian Maier, Courtesy Maloof Collection and Howard Greenberg Gallery, New York, Les Douches la Galerie, Paris  © Estate of Vivian Maier, Courtesy Maloof Collection and Howard Greenberg Gallery, New York, Les Douches la Galerie, Paris  © Estate of Vivian Maier, Courtesy Maloof Collection and Howard Greenberg Gallery, New York, Les Douches la Galerie, Paris  © Estate of Vivian Maier, Courtesy Maloof Collection and Howard Greenberg Gallery, New York, Les Douches la Galerie, Paris  © Estate of Vivian Maier, Courtesy Maloof Collection and Howard Greenberg Gallery, New York, Les Douches la Galerie, Paris  © Estate of Vivian Maier, Courtesy Maloof Collection and Howard Greenberg Gallery, New York, Les Douches la Galerie, Paris

© Estate of Vivian Maier, Courtesy Maloof Collection and Howard Greenberg Gallery, New York, Les Douches la Galerie, Paris

Explorez
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet