« Vogue 1920-2020 » au Palais Galliera : un siècle d’audace photographique

08 décembre 2021   •  
Écrit par Apolline Coëffet
"Vogue 1920-2020" au Palais Galliera : un siècle d'audace photographique

Jusqu’au 30 janvier 2022, pour célébrer les cent ans de l’édition française du magazine de mode, le Palais Galliera accueille Vogue 1920-2020. L’occasion de redécouvrir ces grands noms de la photographie qui n’ont eu de cesse de métamorphoser leur médium de prédilection.

En 2020, Vogue Paris a fêté ses cent ans. Et pour marquer le coup, le Palais Galliera lui a organisé une exposition d’envergure, qui salue les artistes qui ont habillé ses pages. Une première dans l’histoire du magazine qui, très vite, a su s’émanciper de son homologue outre-Atlantique. Car, à ses balbutiements, l’édition française n’était qu’une simple traduction, sinon une adaptation, du titre américain. C’est en abordant des thématiques relatives à la culture que celui que l’on surnommait Frog – un assemblage de French et Vogue – est finalement parvenu à se distinguer. Il faut dire que pour le reste du monde, Paris était alors l’unique capitale de la mode, la ville dans laquelle artistes et intellectuels rayonnaient sans pareil.

De nouvelles représentations de la féminité

Reflet d’une époque en perpétuel changement, Vogue Paris s’est également fait miroir de l’évolution du 8e art. Car c’est ensemble que mode et photographie ont créé et se sont adaptés pour mieux anticiper les nouvelles façons d’appréhender le monde. Dès ses prémices, le studio Vogue était déjà considéré comme « une sorte de pépinière photographique ». Il fonctionnait, ainsi, comme un laboratoire d’expérimentation et de production pour les auteurs qui le fréquentaient. Une énergie soutenue par l’éditeur Condé Nast, fondateur du média. Force était de constater que les clichés argentiques devenaient plus attrayants que les illustrations qui, jusque-là, abondaient dans la presse. Le panorama des 1007 couvertures de Vogue Paris, présenté au rez-de-chaussée du Palais, matérialise, d’ailleurs, à lui seul l’évolution esthétique qu’a connue la revue.

En outre, si la rétrospective met en lumière le talent de ses illustrateurs, elle concède donc, de la même manière, une place de choix à ses photographes. Parmi eux, George Hoyningen-Huene, Horst, Guy Bourdin, Helmut Newton, Albert Watson, Peter Lindbergh, Mario Testino, Inez & Vinoodh… Autant de grands noms que d’artistes qui ont composé des images, souvent subversives, qui donnent à voir de nouvelles représentations de la féminité. Enfin, plus que l’histoire du vêtement, l’exposition – riche de 400 œuvres issues des archives – rend hommage à un héritage. Celui laissé par toute une famille de rédactrices et de rédacteurs en chef qui, tour à tour, ont façonné l’édition parisienne avec succès. La preuve en est : un siècle a beau être passé, l’influence du plus ancien des magazines de mode français encore en activité demeure pérenne.

© David Bailey© Mario Sorrenti / Paris Musées, Palais Galliera

© à g. David Bailey, à d. Mario Sorrenti / Paris Musées, Palais Galliera

© The Guy Bourdin Estate 2021, Courtesy of Louise Alexander Gallery© David Sims / Paris Musées, Palais Galliera

© à g. The Guy Bourdin Estate 2021, Courtesy of Louise Alexander Gallery, à d. David Sims / Paris Musées, Palais Galliera

© Peter Lindbergh© Jean-Baptiste Mondino

© à g. Peter Lindbergh, à d. Jean-Baptiste Mondino

© Mario Testino / Vogue Paris, février/February 2007© George Hoyningen-Huene

© à d. Mario Testino / Vogue Paris, février 2007, à g. George Hoyningen-Huene

© The Guy Bourdin Estate 2021, Courtesy of Louise Alexander Gallery

© The Guy Bourdin Estate 2021, Courtesy of Louise Alexander Gallery

© Estate of Jeanloup Sieff© William Klein

© à g. Estate of Jeanloup Sieff, à d. William Klein

Image d’ouverture © The Guy Bourdin Estate 2021, Courtesy of Louise Alexander Gallery

Explorez
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
Il y a 8 heures   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet