« Voyages de mémoire » : Patrick Zachmann raconte l’histoire oubliée des Juifs

16 février 2022   •  
Écrit par Apolline Coëffet
« Voyages de mémoire » : Patrick Zachmann raconte l'histoire oubliée des Juifs

Jusqu’au 6 mars, le Musée d’art et d’histoire du Judaïsme nous emmène dans les Voyages de mémoire de Patrick Zachmann. Une errance de 45 ans dans les chemins sinueux de la quête d’identité, illustrée en près de 300 clichés, qui fait également l’objet d’un ouvrage coédité par l’Atelier EXB et le mahJ.

Dès son ouverture, le Musée d’art et d’histoire du Judaïsme a eu à cœur d’intégrer le 8e art à ses collections temporaires ou permanentes. Pourtant, jusqu’à Voyages de mémoire, il n’avait encore jamais consacré la moindre exposition personnelle à un photographe vivant. C’est donc tout naturellement que l’institution a décidé d’y remédier en accueillant Patrick Zachmann. Une rétrospective qui va de soi – et qui s’accompagne d’un bel ouvrage coédité par l’Atelier EXB et le mahJ –, car l’artiste français est d’origine juive. Et cette seule condition a considérablement influencé son œuvre, de même que le regard qu’il porte sur le monde extérieur.

Les Voyages de mémoire de Patrick Zachmann ont commencé à l’aube des années 1980. Le jeune homme entamait alors une carrière de photoreporter, sans songer à devenir photographe à part entière. Mais c’était sans compter ce bienheureux concours de circonstances qui survient dans de nombreux projets, et qui a modifié sa trajectoire. Car sa démarche professionnelle – une enquête sur les Juifs de France – se superposait déjà parfaitement à une approche beaucoup plus personnelle. « Mes premières photos professionnelles, mon premier reportage, explique-t-il, c’était en 1979, et je croyais que ce travail ne durerait que le temps de publier un sujet dans un magazine. »

Pourtant, quelque chose l’attirait inéluctablement vers cette thématique, comme s’il s’agissait de sa destinée. « Lorsque j’apprends en 1981 que le premier rassemblement mondial des survivants de la Shoah doit avoir lieu à Jérusalem, je n’hésite pas », affirme-t-il. Tout au long de ses recherches, c’est un seul et même fil d’Ariane qu’il déploie dans les limbes des réminiscences. Il explore l’héritage familial, avant de s’aventurer aux confins des résurgences collectives. Une manière intime de témoigner de la malléabilité d’une mémoire pourtant essentielle à la construction de chacun d’entre nous. Aussi bien en tant qu’individu qu’en tant que communauté nationale ou religieuse.

© Patrick Zachmann / Magnum Photos

« Salle Gaveau », Paris, 16 mars 1981

Un journal intime dans lequel beaucoup se retrouvent aujourd’hui

Pour les besoins de son enquête, Patrick Zachmann s’est aventuré dans les moindres couches du judaïsme français. Les Juifs oscillent entre deux extrêmes qui ne se rencontrent pas : orthodoxes – dans lesquels il ne se reconnaît guère – ou laïques. Comme pour faire table rase du passé douloureux, certains arborent fièrement leur origine tandis que d’autres préfèrent la diluer pour s’en défaire totalement. Une entreprise différente qui tend vers un même but et interroge l’artiste. Qu’est-ce qu’être Juif dans nos sociétés contemporaines ? L’est-on vraiment si l’on est déjudaïsé ? Au fil de ses pérégrinations se dessine alors une quête de soi au travers des autres, seule entrée possible vers un renouement avec ses propres racines.

Car le mutisme des traumatismes passés a éteint la foi et amenuisé l’héritage. Son père polonais ashkénaze tait la déportation qui a tué ses parents. Sa mère séfarade passe sous silence la misère de la colonisation de l’Algérie. « Je suis devenu photographe parce que je n’ai pas de mémoire. La photographie m’a permis de reconstituer les albums de famille que je n’ai jamais eus, les images manquantes devenant le moteur de ma recherche. Les planches contact sont mon journal intime », déclare-t-il. Un journal intime dans lequel se retrouve beaucoup de Juifs aujourd’hui, mais pas seulement.

Afrique du Sud, Chili, Rwanda, Hongrie, Algérie, Maroc ou bien Pologne… Patrick Zachmann a multiplié les voyages en terres inconnues. L’expérience juive l’a certainement sensibilisé aux problématiques de l’identité, de la disparition et de l’exil. Ou autrement dit, des thématiques inhérentes à ce peuple qui erre depuis l’Exode d’Israël hors d’Égypte. À mesure qu’il appréhendait son histoire personnelle, le photographe s’est ouvert à celle des autres. Car la reconquête des souvenirs perdus est perceptible dans chacune des nations. Elle n’a ni origine ni frontières, elle est universelle.

 

Voyages de mémoire, Atelier EXB, 39 €, 224 p.

© Patrick Zachmann / Magnum Photos

« Soirée privée », Paris, 1981

© Patrick Zachmann / Magnum Photos

« Mémorial de Yad Vashem », Jérusalem, 1981

© Patrick Zachmann / Magnum Photos

« Autoportrait avec ma mère », Paris, 1983

© Patrick Zachmann / Magnum Photos
« Monsieur et Madame Friedmann », Paris, 1981
© Patrick Zachmann / Magnum Photos
« Cimetière de Bagneux », 1981

À g. « Monsieur et Madame Friedmann », Paris, 1981, à d. « Cimetière de Bagneux », 1981

© Patrick Zachmann / Magnum Photos

« Parc des Buttes-Chaumont », 1983

© Patrick Zachmann / Magnum Photos

« Une photographie de ma mère datant des années 1940 »

© Patrick Zachmann / Magnum Photos

« Prière, rue des Rosiers », Paris, 1979

© Patrick Zachmann / Magnum Photos

Explorez
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Minuit brûle : Cendre, de lune et de sang
© Cendre
Minuit brûle : Cendre, de lune et de sang
Les cycles d’une lune rousse couronnant un paysage apocalyptique, un loup à l’allure surnaturelle, des brebis à la merci d’une meute…...
16 mai 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti
La poitrine creuse : Quentin Yvelin et le souffle (qui) court
© Quentin Yvelin
La poitrine creuse : Quentin Yvelin et le souffle (qui) court
Des corps, qui respirent et expirent, la cage nouée, les membres dénudés. Autour d’eux, des roches, des végétaux, des ombres que les...
15 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 06.05.24 au 12.05.24 : danser loin des sentiers tracés
© Ame Blary
Les images de la semaine du 06.05.24 au 12.05.24 : danser loin des sentiers tracés
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine nous invitent à nous évader des conventions sociales et de la pensée dominante....
12 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
18 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
© Jana Sojka
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
Jana Sojka imagine des diptyques afin de donner cours à un dialogue ininterrompu. Dans un nuancier crépusculaire lui inspirant sérénité...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet