Welcome to Leica City

08 novembre 2021   •  
Écrit par Eric Karsenty
Welcome to Leica City

Le 41e prix Oskar Barnack vient d’être présenté au cœur du Leitz-Park, à Wetzlar, en Allemagne. L’occasion de découvrir les travaux de jeunes auteurs qui s’inscrivent dans la tradition documentaire humaniste, de retrouver l’œuvre de Ralph Gibson récompensé pour l’ensemble de son œuvre, et de visiter un lieu entièrement dédié à la passion de la marque au point rouge.

Connaissez-vous la planète rouge ? Non, je ne vous parle pas de la planète Mars, mais du petit monde des passionné·e·s de la marque au point rouge née au début du 20e siècle à Wetzlar, petite cité en périphérie de Francfort. Leica est une marque iconique riche d’une longue histoire qui a commencé avec la microscopie, avant de se développer dans la photographie avec l’invention d’un boitier compact qui va révolutionner le 8e art, et de se poursuivre notamment avec la fabrication de jumelles. Il n’est pas ici question de retracer les différentes péripéties traversées par la société et par ses inventeurs de lentilles de légende, on rappellera juste qu’au début des années 2000 la marque a traversé de fortes turbulences avant que son nouveau directeur, M. Kaufmann, ne décide de revenir sur les lieux historiques où a été inventé le format 24×36, pour y bâtir le Leitz-Park, un complexe qui associe une manufacture, un musée, un hôtel, une galerie, un centre d’archives, un store, une académie, un café (avec de délicieux desserts), sans oublier une application dédiée… C’est aujourd’hui une véritable Leica City construite à quelques kilomètres du centre de Wetzlar, où Oskar Barnack y prit le premier cliché avec son prototype mis au point en 1913. À quelques rues de là, et plus d’un siècle auparavant, c’est le jeune Goethe qui y fit ses études de droit et connut ses premières déceptions sentimentales qui nous valurent Les Souffrances du jeune Werther, mais c’est une autre histoire…

© Ralph Gibson© Ralph Gibson

© Ralph Gibson

Si Oskar Barnack a inscrit Wetzlar sur la carte de la photographie, on peut aujourd’hui revenir sur ce lieu historique pour non seulement étudier les archives, découvrir l’histoire des multiples inventions de la marque et sa myriade de boitiers, mais aussi y voir des photographies. Des images réalisées par les plus grand·e·s autrices et auteurs depuis l’apparition de la marque, mais surtout y voir comment les générations contemporaines écrivent l’histoire de la photographie d’aujourd’hui. La 41e édition du prix Leica Oskar Barnack vient juste d’être accrochée sur les nouvelles cimaises du musée, et l’on ne peut que se réjouir de formidable vitalité de la création des 13 photographes exposés. Et en particulier les deux lauréats : Ana Maria Arévalo Gosen, qui avec sa série Dias Eternos signe un reportage bouleversant sur le quotidien des femmes détenues dans les prisons du Venezuela et du Salvador – un travail distingué aussi par les prix Lucas Dolega et Camille Lepage – ; ainsi que Emile Ducke, dans la catégorie Newcomer, qui nous entraine à Kolyma – Along the road of Bones, sur les traces des victimes du Goulag de l’ère stalinienne en Sibérie. Une odyssée au cours de laquelle il retrouve des témoins et des survivants de ce passé tragique. On notera par ailleurs que l’écriture documentaire fortement empreinte d’humanisme traverse l’ensemble des photographes de cette shortlist, démontrant au passage, s’il en était besoin, que la tradition profondément attachée à l’humain et à son environnement chère à Oskar Barnack reste toujours très vivante.

Membre émérite du jury et véritable star de cette édition, Ralph Gibson reçoit le Leica Hall of Fame Award pour l’ensemble de son œuvre et investit les murs de la grande galerie avec ses superbes images réalisées avec ses boitiers au point rouge. Il se voit aussi offrir un nouvel appareil gravé à son nom, consécration ultime. Son style particulier, qui transcende le réel pour produire un univers onirique paradoxalement ancré dans notre monde, s’écarte de la tradition humaniste et journalistique traditionnelle. Véritable inventeur d’une syntaxe visuelle qui inspire plusieurs générations de photographes depuis six décennies, ce formidable créateur de formes, et par ailleurs guitariste de talent, a su trouver le ton juste pour donner à cet ensemble de photographies un sentiment d’harmonie.

© Ana María Arévalo

© Ana María Arévalo

© Ana Maria Arévalo Gosen, lauréate prix Leica Oskar Barnack

© Emile Ducke© Emile Ducke

© Emile Ducke, lauréat newcomer

© Ralph Gibson

© Ralph Gibson

Image d’ouverture : © Ralph Gibson

Explorez
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Costanza Spina
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •