William Guidarini, géographe de l’intime

03 mars 2023   •  
Écrit par Milena Ill
William Guidarini, géographe de l'intime

Depuis ses débuts il y a une vingtaine d’années, la pratique de William Guidarini, flottante, trouble et imprécise, se nourrit d’obsessions et d’une quête de l’être. Le noir et blanc intimiste et poétique à l’argentique correspond à merveille à son exploration du champ de l’identité, de la mémoire et de la recherche de soi. « Avec cette technique, il y a un rapport à l’objet et à la lenteur », précise-t-il d’ailleurs. Sa Trilogie de l’intime réunit trois séries autobiographiques : Ceux qui restent (2015), Venise et ses îles (2019) et San Remigio (depuis 2020). Que ces images soient situées géographiquement ou qu’il ait choisi de ne pas les circonscrire, il trace avec ce travail une topographie de son intimité, des échographies de sa fille dans San Remigio aux images capturées lors de séjours dans son pays d’origine dans Venise et ses îles. Établi à Marseille, William Guidarini pratique un art d’un autre temps, et dit s’inscrire dans « un courant qui tremble » – aux côtés des auteurices Gabrielle Duplantier, Andreas Petersen, Michaël Ackerman ou encore Lorenzo Castore. Ses clichés, aussi candides que possédés, révèlent une esthétique du fragment qui correspond en tous points à ses états d’âme. Être face à une image accidentée, parfois floue ou sous-exposée, c’est pour lui être en situation d’intranquillité profonde.

© William Guidarini, "San Remigio"
© William Guidarini, "Venise et ses îles"
© William Guidarini, "San Remigio"© William Guidarini, "San Remigio"

© William Guidarini, "San Remigio"

© William Guidarini, "San Remigio"
© William Guidarini, "San Remigio"
© William Guidarini, "San Remigio"© William Guidarini, "San Remigio"
© William Guidarini, "Ceux qui restent"

© William Guidarini, "Venise et ses îles"

© William Guidarini, "Venise et ses îles"© William Guidarini, "Venise et ses îles"

 

© William Guidarini

Explorez
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
© Julian Slagman
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
Projet au long cours, Looking at My Brother déroule un récit intime faisant éclater la chronologie. Une lettre d’amour visuelle de Julian...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Rafael Medina : corps libres et désirés 
© Rafael Medina
Rafael Medina : corps libres et désirés 
En double exposition, sous les néons des soirées underground, Rafael Medina développe un corpus d'images grisantes, inspirées par les...
27 juin 2024   •  
Écrit par Anaïs Viand
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
© Nanténé Traoré, Late Night Tales, 2024 / Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ?
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
26 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
© Tommy Keith
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno, nos coups de cœur de la semaine, dépeignent le paysage alentour chacun à leur manière. Le...
24 juin 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin