2022 : retour en images sur une année haute en couleur

27 décembre 2022   •  
Écrit par Pablo Patarin
2022 : retour en images sur une année haute en couleur

De la guerre en Ukraine à la répression des femmes iraniennes en passant par l’inflation galopante, 2022 fut, à bien des égards, une année douloureuse. Pour autant, cette année fut aussi celle d’une expression sans précédent de solidarité, ainsi que d’un quasi retour à la normale pour le milieu culturel : l’occasion de retisser le lien social, et d’apprécier des oeuvres poignantes lors de palpitants évènements !

Guerre en Ukraine : la solidarité face à l’horreur

Dès le mois de février, la Russie lançait son invasion de l’Ukraine. En résultaient des milliers de morts, des villes entières sous le coup des bombardements, au sein d’un conflit encore vif… Au milieu de la tragédie, des initiatives solidaires ont vu le jour dans le monde de la photographie. En avril, la vente caritative Photographes pour l’Ukraine rassemblait vingt-sept artistes engagé·e·s. Le même mois, au Balzac, la Scam et FIPADOC organisaient une soirée de projection en soutien au pays envahi. Des initiatives individuelles ont également vu le jour : le photographe estonien Alexander Gronsky a ainsi vendu quelques-uns de ses tirages moscovites  sur le site de l’ISSP. Une multitude de séries documentaires ont aussi exposé la violence du conflit, des nombreux reportages présents à Visa pour l’Image à Guillaume Herbaut et Stéphane Duroy, présentés à la Galerie VU’ jusqu’au 23 décembre. En mars dernier, Fisheye proposait une sélection Instagram de 25 artistes ukrainien·e·s talentueux·euses pour soutenir la création en temps de guerre. Une série de témoignages ont ensuite été publiés sur notre site afin d’offrir un espace d’expression aux photographes du pays, à l’image d’Oksana Nevmerzhytska.

© Alexander Gronsky

© Alexander Gronsky

Le combat pour la représentation féminine se poursuit

Si les femmes ont été mises à l’honneur  et récompensées tout au long de l’année, comme Fabiola Ferrero, devenue lauréate du Prix Carmignac pour son travail sur le déclin de son Venezuela natal, la lutte pour la représentation des femmes dans le milieu de la photographie reste d’actualité. En novembre, Elles X Paris Photo a ainsi poursuivi son engagement auprès des autrices, en présentant son nouveau parcours constitué des oeuvres inspirantes de 77 femmes photographes. En parallèle, Livia Saavedra, Émilie Arfeuil et Laetitia El Hakim ont été élu lauréates de l’édition 2022 du festival Les femmes s’exposent. Remporté à l’unanimité du jury par Laura El-Tantawy, le Prix Virginia se donnait également pour mission de révéler les oeuvres d’artistes féminines. Enfin, le Mentorat des Filles de la Photo, véritable accélérateur de talents, a dévoilé les cinq lauréates de sa seconde édition au mois de septembre : Sarah Braeck, Orianne Ciantar, Celeste Leeuwenburg, Anaïs Oudart et Pauline Rousseau.

© Fabiola Ferrero pour la Fondation Carmignac

© Fabiola Ferrero pour la Fondation Carmignac

Focus : laisser la parole aux photographes

Cette année a également vu la création du format Focus sur notre site ! À la croisée de la vidéo, et du podcast, Focus propose de véritables immersions dans l’esprit des artistes contemporains, par des récits mêlant leurs images et paroles. Depuis le premier épisode, qui nous plongeait dans l’univers de Pixy Liao, 29 autres ont vu le jour, répartis sur trois saisons. Le quotidien de son frère autiste par Lucie Hodiesne, les découvertes insulaires de Rhiannon Adam, ou encore la reconstitution de son kidnapping par Luis Corzo font partie des épisodes à découvrir hebdomadairement sur notre site et notre chaîne Youtube.

© Romy Alizée© Lucie Hodiesne Darras

© à g. Romy Alizée, invitée du Focus #27, à d. Lucie Hodiesne Darras, invitée du Focus #9

Des icônes de la photographie s’éteignent

En mars dernier, Olivier Etcheverry, fidèle scénographe des Rencontres d’Arles, nous quittait. « [Il] a réinventé la mise en scène de la photographie avec des installations atypiques et originales », rappelaient les Rencontres d’Arles suite à son décès, avant que la 53e édition du festival ne lui soit dédiée cet été. En septembre, nous apprenions le décès du célèbre photographe, plasticien, peintre et réalisateur William Klein. De ses errances new-yorkaises présentant une métropole désordonnée à ses photographies de mode pour Vogue, il laisse derrière lui une oeuvre prolifique et avant-gardiste, empreinte d’une certaine radicalité. En novembre, c’est l’incontournable photographe de stars Olivier Metzger qui s’éteignait à seulement 49 ans à la suite d’un accident de voiture. Nous leur rendons hommage.

William Klein © SAIF / Cnap

© William Klein – SAIF / Cnap

De « nouvelles têtes » apparaissent

Nommée par la Fondation Plateforme 10, Nathalie Herschdorfer devenait en février dernier la nouvelle directrice de Photo Élysée, Musée Cantonal pour la Photographie. Prenant la succession de Tatyana Franck dès juin 2022, la commissaire d’exposition, historienne de l’art et autrice suisse se disait prête à accompagner une nouvelle page de l’histoire de l’institution, s’ouvrant aux dialogue avec d’autres arts.

En septembre, Clément Chéroux a ensuite été nommé à la tête de la Fondation Henri Cartier-Bresson, pour une prise de fonction début décembre. Commissaire de nombreuses expositions d’envergure internationale et ancien Chief Curator du Département de photographie du MoMA à New York, il succédait à François Hébel et Agnès Sire à la tête de l’institution.

Fin novembre, c’est la catalane Anna Planas qui a pris les rênes de la direction artistique de Paris Photo, peu après la clôture de sa 25e édition. Elle devrait participer à la poursuite des engagements de la foire en faveur de la photographie émergente et de la représentation féminine dans le huitième art, alors que Paris Photo prépare déjà son redéploiement au Grand Palais en 2024.

© DR© Julien Chavaillaz

© à g. DR, à d. Julien Chavaillaz

Un novembre photographique !

La photographie se déconfine ! Cette année, le monde de la culture a pu à nouveau accueillir du public et bénéficier d’un relatif retour à la normale vis-à-vis de la crise sanitaire. L’occasion de découvrir et partager une multitude de pépites artistiques lors des foires et expositions ! À ce titre, le mois de novembre, comme à son habitude, fut particulièrement faste. Le célèbre salon Paris Photo fêtait ses 25 ans, en proposant de s’émerveiller devant les travaux d’artistes reconnus comme émergent·es, dont certains stands disposaient de scénographies particulièrement remarquables. Au même moment, le Salon Approche, sous le signe de la photographie expérimentale, nous emmenait à la rencontre des oeuvres minimalistes et engagées de Manon Lanjouère, des créations abstraites de Daisuke Yokota, ou encore des paradoxes de la technologie mis en exergue par Lucas Leffler. Enfin, le parcours photographique de Photo Saint Germain nous emmenait à la rencontre d’écritures photographiques singulières et variées, d’Elsa et Johanna à Antoine Henault en passant par Fabiola Ferrero.

© Elsa & Johanna© Antoine Henault

© à g. Elsa et Johanna, à d. Antoine Henault

Fisheye édite !

Dans le prolongement de notre site et ses nombreux formats, Fisheye Éditions entend donner la parole à des photographes passionnés, aux récits incarnés nous contant le monde dans toute sa diversité. Parmi les nouveautés ayant vu le jour en 2022 au sein de la maison, on retrouve First Génération, ouvrage de Carolina Arantes sur l’expression d’une identité post-immigration en Europe. Après son succès immédiat l’an passé, l’ouvrage Roll de Théo Gosselin, témoignant d’une génération en quête d’aventure sur dix années de voyage, a connu une seconde édition incluant des modifications de contenu et de design. C’est dans les coulisses des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 que l’athlète Enzo Lefort nous a ensuite immergé avec Olympic Backstage. Par suite, 300 photos emblématiques tirées de l’histoire de l’Agence France Presse ont été regroupées dans le journal AFP, une épopée photo. Avec Tchachachao, Thibault Lévêque a quant à lui mis sa poésie au service de l’expression de la liberté, de la délivrance et de la joie. Le fanzine Croisette 2000 du photographe Boby nous a embarqué dans l’envers du décor du Festival de Cannes, venant conclure en beauté une année riche en émotions et en découvertes !

L’ensemble de ces ouvrages sont à découvrir et à se procurer sur notre Store !

© Théo Gosselin

© Théo Gosselin

Image d’ouverture © Théo Gosselin

Explorez
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill