Akihito Yoshida : à fleur de vie

07 janvier 2020   •  
Écrit par Eric Karsenty
Akihito Yoshida : à fleur de vie

Dans sa série The Absence of Two, le photographe japonais Akihito Yoshida dépeint avec grâce et sensibilité les liens qui unissent les êtres. Un voyage bouleversant au cœur de l’intime, à découvrir à la Fisheye Gallery.

C’est une histoire de famille contée avec toute la délicatesse de la culture japonaise à travers une série de photographies particulièrement émouvantes. Dans la petite ville de Kunitomi, située sur l’île de Kyushu, vit Yukimi, née en 1928. La vieille dame a deux petits-fils : Daiki, né en 1990, qu’elle élève seule, car les parents du petit travaillent et ne peuvent s’occuper de lui, et Akihito Yoshida, de dix ans l’aîné de Daiki. Akihito, qui est devenu photographe, décide un jour de documenter la relation unique entre sa grand-mère et son petit cousin.

Une histoire d’amour ordinaire et touchante

« Elle vivait avec lui dans la même maison, et dormait près de lui dans la même pièce »,

explique le photographe, qui recueille avec pudeur les gestes d’amour tissés au quotidien. De la grand-mère donnant le bain à son petit-fils, la situation s’inverse au fil des années et c’est désormais le jeune homme qui prend soin d’elle. « J’ai grandi enveloppé de l’affection de ma grand-mère, il est naturel que je m’occupe d’elle jusqu’à sa mort », confie Daiki à son cousin photographe. Jusqu’au jour où le jeune homme part en scooter, et ne réapparaît pas. Ce sont les derniers clichés de lui pris par Akihito Yoshida.

© Akihito Yoshida / Fisheye Gallery

On le retrouvera un an plus tard, recouvert de feuilles mortes, au cœur d’une forêt. Il avait 23 ans, on suppose le suicide. Yukimi, après avoir longtemps attendu son retour, décède quelque temps après la découverte de son corps. C’est cette histoire d’amour ordinaire et profondément touchante que dessinent les images du photographe. « Toutes ces photos, voilà ce qui reste de leur vie à tous les deux, ce temps passé ensemble à s’entraider, à prendre soin l’un de l’autre. J’ai retenu des images qui capturent des moments de cette vie quotidienne dans cette ville rurale. C’est un moyen pour moi de leur tendre la main et de dialoguer à nouveau avec eux », conclut le photographe.

The Absence of Two a été exposé dans le cadre du festival Kyotographie, au Japon, et à Lianzhou, en Chine, en 2017, puis lors du festival photo de Singapour en 2018. Ce travail a aussi fait l’objet d’un livre aux éditions Xavier Barral, Une double absence, au printemps 2019.
Accompagnant l’exposition The Absence of Two à la Fisheye Gallery – la première fois que ce travail est présenté en Europe – un livre d’artiste fabriqué par l’auteur, avec une nouvelle sélection d’images et un tirage au platine palladium unique, signé et numéroté, sera disponible en cinq exemplaires.

 

The Absence of Two

Du 10 janvier au 14 mars 2020

Fisheye Gallery

2, rue de l’Hôpital-Saint-Louis, Paris 10e

© Akihito Yoshida / Fisheye Gallery© Akihito Yoshida / Fisheye Gallery

© Akihito Yoshida / Fisheye Gallery© Akihito Yoshida / Fisheye Gallery

© Akihito Yoshida / Fisheye Gallery© Akihito Yoshida / Fisheye Gallery

© Akihito Yoshida / Fisheye Gallery

Explorez
Rastchoutchas, la pop en béquille
© Rastchoutchas
Rastchoutchas, la pop en béquille
Entre les potes, les ombres et les mâchoires animales qu’une main de matrone serre, Rastchoutchas pope toujours la même et unique soirée...
16 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
100% L'EXPO : immersion magnétique dans l'art émergent
© Daria Svertilova, Maisons éphémères, 2023, ENSAD / Courtesy of 100% L'EXPO
100% L’EXPO : immersion magnétique dans l’art émergent
En accès libre et gratuit, le festival 100% L’EXPO revient pour une 6e édition au sein de la Grande Halle ainsi qu’en plein air dans le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tarek Mawad et les mouvements des corps
© Tarek Mawad
Tarek Mawad et les mouvements des corps
À l’instar de ses muses, Tarek Mawad, photographe de mode germano-égyptien, est porté par un mouvement permanent.
05 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine