Akihito Yoshida : à fleur de vie

07 janvier 2020   •  
Écrit par Eric Karsenty
Akihito Yoshida : à fleur de vie

Dans sa série The Absence of Two, le photographe japonais Akihito Yoshida dépeint avec grâce et sensibilité les liens qui unissent les êtres. Un voyage bouleversant au cœur de l’intime, à découvrir à la Fisheye Gallery.

C’est une histoire de famille contée avec toute la délicatesse de la culture japonaise à travers une série de photographies particulièrement émouvantes. Dans la petite ville de Kunitomi, située sur l’île de Kyushu, vit Yukimi, née en 1928. La vieille dame a deux petits-fils : Daiki, né en 1990, qu’elle élève seule, car les parents du petit travaillent et ne peuvent s’occuper de lui, et Akihito Yoshida, de dix ans l’aîné de Daiki. Akihito, qui est devenu photographe, décide un jour de documenter la relation unique entre sa grand-mère et son petit cousin.

Une histoire d’amour ordinaire et touchante

« Elle vivait avec lui dans la même maison, et dormait près de lui dans la même pièce »,

explique le photographe, qui recueille avec pudeur les gestes d’amour tissés au quotidien. De la grand-mère donnant le bain à son petit-fils, la situation s’inverse au fil des années et c’est désormais le jeune homme qui prend soin d’elle. « J’ai grandi enveloppé de l’affection de ma grand-mère, il est naturel que je m’occupe d’elle jusqu’à sa mort », confie Daiki à son cousin photographe. Jusqu’au jour où le jeune homme part en scooter, et ne réapparaît pas. Ce sont les derniers clichés de lui pris par Akihito Yoshida.

© Akihito Yoshida / Fisheye Gallery

On le retrouvera un an plus tard, recouvert de feuilles mortes, au cœur d’une forêt. Il avait 23 ans, on suppose le suicide. Yukimi, après avoir longtemps attendu son retour, décède quelque temps après la découverte de son corps. C’est cette histoire d’amour ordinaire et profondément touchante que dessinent les images du photographe. « Toutes ces photos, voilà ce qui reste de leur vie à tous les deux, ce temps passé ensemble à s’entraider, à prendre soin l’un de l’autre. J’ai retenu des images qui capturent des moments de cette vie quotidienne dans cette ville rurale. C’est un moyen pour moi de leur tendre la main et de dialoguer à nouveau avec eux », conclut le photographe.

The Absence of Two a été exposé dans le cadre du festival Kyotographie, au Japon, et à Lianzhou, en Chine, en 2017, puis lors du festival photo de Singapour en 2018. Ce travail a aussi fait l’objet d’un livre aux éditions Xavier Barral, Une double absence, au printemps 2019.
Accompagnant l’exposition The Absence of Two à la Fisheye Gallery – la première fois que ce travail est présenté en Europe – un livre d’artiste fabriqué par l’auteur, avec une nouvelle sélection d’images et un tirage au platine palladium unique, signé et numéroté, sera disponible en cinq exemplaires.

 

The Absence of Two

Du 10 janvier au 14 mars 2020

Fisheye Gallery

2, rue de l’Hôpital-Saint-Louis, Paris 10e

© Akihito Yoshida / Fisheye Gallery© Akihito Yoshida / Fisheye Gallery

© Akihito Yoshida / Fisheye Gallery© Akihito Yoshida / Fisheye Gallery

© Akihito Yoshida / Fisheye Gallery© Akihito Yoshida / Fisheye Gallery

© Akihito Yoshida / Fisheye Gallery

Explorez
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
L’écocide en ligne de mire
© Oleksandra Zborovska, When The River Left The Shores, 2023
L’écocide en ligne de mire
Ce terme est brutalement réapparu dans l’actualité avec la guerre en Ukraine et la destruction du barrage de Kakhovka, dans le sud du...
À l'instant   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina