Amy Friend : mourir et naître deux fois

29 mars 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Amy Friend : mourir et naître deux fois

En retravaillant sur des archives de personnes inconnues, Amy Friend met en lumière leurs histoires. Une manière de (re)vivre leurs expériences et de les faire exister à nouveau sous de bonnes étoiles...

Des symboles défilent, des portraits d’inconnu·es se mélangent à ceux d’ancêtres, le passé ressurgit en un million d’étoiles et les lumières artificielles se mélangent aux cieux. C’est dans des images d’archives chinées dans des boîtes en carton abîmées, rangées à l’abri dans le grenier de sa nonna, ou dans les étals des brocantes qu’Amy Friend a trouvé la matière pour réaliser ses séries poétiques faites de souvenirs. Dans l’esprit de la photographe originaire de l’Ontario au Canada, le médium photographique est un lieu d’inattendu et d’explorations sans limites, tant du point de vue de l’imaginaire que du jeu.

Définissant son univers comme étant une « zone malléable, une sorte de dialogue impossible à réaliser avec des mots, mêlant l’animer et l’inanimé, telle une enquête avec des réactions », Amy Friend s’intéresse avant tout au support des images et à leur signification selon un contexte personnel et historique. En effet, travailler à partir de photographies préexistantes lui permet d’engager une relation symbolique avec le·a photographe d’origine – anonyme ou non – et de se positionner dans différentes temporalités : celle d’abord du passé de la prise de vue, du présent de la retouche et celle de l’avenir, lors de la réception du public. Bercée par les conversations avec sa grand-mère autour d’albums familiaux, l’artiste a alors commencé à se pencher sur la nature même du 8e art. « Bien que nonna ait l’esprit vif, elle a oublié certains noms de personnes figurant·es sur les photos. Un proverbe dit que l’on meurt deux fois, lorsque l’on prend son dernier souffle et lorsque l’on prononce son nom pour la dernière fois. J’ai pensé à cela et à la photographie : nous pouvons voir l’existence d’une personne, d’un moment, d’un lieu et pourtant l’histoire de cette photo est perdue en même temps que l’identité de la personne quand elle meurt », déclare-t-elle.

© Amy Friend

© Amy Friend

Par-delà les possibles

« Ruth, octobre 1936 ». Voici ce qu’il reste au dos de cette image représentant une jeune femme dans une forêt tenant un fusil à la main. Une image qui a beaucoup interrogé Amy Friend sur la manière dont son simple prénom, la date indiquée, la posture et les objets disaient de cette femme. Que sait-on des gens que l’on aperçoit, que l’on regarde peu ou pas, qu’elle est leur histoire, et à quel moment devient-elle la nôtre ? Des questions qui hantent le travail de l’artiste, puisqu’en s’intéressant aux images d’antan, aux personnes étrangères ou disparues, elle s’intéresse forcément à leur vie, et rentre dans leur intimité. Sa série Dare alla Luce, un terme italien qui fait référence à l’accouchement, suggère l’idée de rencontre avec l’autre, de reconnexion et reconnaissance des protagonistes de ses créations. En apposant des taches ou faisceaux de lumières, elle éclaire à la fois les zones d’ombre de son passé et celui d’inconnu·es. Nitescences d’existences oubliées, ses œuvres nous plongent avec plus d’attention dans le vécu des individus présenté·es. Une façon de leur donner une nouvelle préciosité, une seconde chance, une seconde naissance. « Je pense que les gens sont là pour présenter de nombreuses facettes de nous-même. J’admets avoir choisi certaines images parce qu’elles me rappelaient des personnes ou des histoires de ma propre vie. Mais elles sont complexes dans ce qu’elles ont en commun.»

Lorsque nous avons échangé avec Amy Friend, elle a par hasard utilisé la police Avenir pour répondre à nos questions. Un beau clin d’œil aux temporalités plurielles de ses œuvres et aux traces qu’on laisse en guise de souvenirs aux générations à venir. Des morceaux de notre passage sur terre qui ramèneront sans cesse vers le passé celui ou celle qui les regardera. « Il y a cette image d’un voilier sur laquelle j’ai récemment travaillé. En la regardant, je n’arrêtais pas de penser au voyage et je me demandais pourquoi cette image avait été prise. Qui était ce photographe ? Les possibilités étaient nombreuses. Je me suis permis de répondre au mystère de tout cela avec le ciel nocturne inondé d’astres. Une réponse à la magie mystérieuse de la photographie et de la vie. »

© Amy Friend

© Amy Friend

© Amy Friend© Amy Friend

© Amy Friend

© Amy Friend© Amy Friend

© Amy Friend

 © Amy Friend

Explorez
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
© Lara Lussheimer
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
Lara Lussheimer et Sara Tontorova, nos coups de cœur de la semaine, sont toutes deux en quête de métaphores. La première les fait émerger...
19 février 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine