Anna Niskanen sublime la nature et ses éléments

10 janvier 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Anna Niskanen sublime la nature et ses éléments
© Anna Niskanen
© Anna Niskanen
© Anna Niskanen
© Anna Niskanen
À lire aussi
How soon is now? : La Côte d’Azur nostalgique d’Oriane Robaldo
© Oriane Robaldo
How soon is now? : La Côte d’Azur nostalgique d’Oriane Robaldo
« J’ai grandi dans le sud de la France, au sein d’un territoire où je ne me sentais pas vraiment à l’aise. À 18 ans, j’ai quitté…
22 décembre 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
An Old Tale : Siouzie Albiach saisit une nature personnifiée
© Siouzie Albiach
An Old Tale : Siouzie Albiach saisit une nature personnifiée
À travers An Old Tale, Siouzie Albiach nous emporte dans un voyage mystique au cœur de territoires intimes. Un périple nourri par…
07 décembre 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Marseille sous les projecteurs
Marseille sous les projecteurs
L’institut Français du Danemark accueille du 4 mai au 30 juin 2023 l’exposition Marseille In&Out. Pensée par Aurélien Ciller, elle…
06 juin 2023   •  

Dans sa série Point sublime, la photographe finlandaise Anna Niskanen dévoile la nature de la Côte d’Azur sous un jour nouveau : désertée par les humain·es, sublimée dans ses éléments les plus basiques. Le Centre de la photographie de Mougins accueille son exposition jusqu’au 4 février.

Anna Niskanen (née en 1990 à Helsinki, Finlande) dissèque les paysages et les éléments. Sa photographie donne vie à des « écofacts », des artefacts prenant la nature comme point de départ. Par ses collages, elle propose de regarder les objets naturels sous tous leurs angles et propose des installations qui épousent les lieux de monstration et vont avec le paysage environnant. L’exposition au Centre de la photographie de Mougins, ouverte jusqu’au 4 février, présente des tirages photographiques uniques réalisés à la main et propose un voyage multi-dimensionnel au cœur des paysages de la Côte d’Azur. La Riviera a été façonnée par la main humaine dans chacun de ses recoins. Néanmoins, par son regard attentif aux détails sensoriels et géographiques qui définissent un lieu, la photographe nous présente cette région désertée par les humain·es et laisse alors parler uniquement les éléments naturels qui la composent. Cette série, Point sublime, fait écho à ses travaux précédents. Dans Oyster, par exemple, elle délivre ses observations faites lors de sa résidence artistique à SÍM (Reykjavik, Islande) : elle se nourrit de la nature omniprésente et puissante et se laisse fasciner particulièrement par l’eau, qu’elle interprète sous toutes ses déclinaisons. La photographie d’Anna Niskanen est comme une grande archive d’environnements naturels, de perspectives, de compositions de matières. Grâce à sa pratique d’assemblage, elle produit des images inédites et ouvre les portes des possibles.

La Côte d’Azur sous un autre jour 

Par le choix d’une photographie artisanale, Anna Niskanen met en œuvre une résistance face à l’inexorable uniformisation des images. Grâce au cyanotype, ce bleu de Prusse qui caractérise ses photographes, et la gomme bichromatée, un pigment terreux, ses œuvres deviennent une célébration de la nature et de ses aspérités. Point sublime est le résultat d’une résidence à Mougins, une « contrée belle et sauvage, mais aussi une côte abîmée, une montagne blessée », comme la décrit le photographe François Cheval. Ce travail dévoile la Côte d’Azur sous un autre jour : celui de sa nature parfois rude, brute, loin de l’imaginaire pailleté de Saint-Tropez et de la Croisette de Cannes. Ce sont des paysages complexes qui, débarrassés de la présence humaine, laissent apercevoir leur magnificence et leur fragilité. Dans la série, comme l’énonce François Cheval, on « retrouve dans la fabrication des images ces passions primitives et la spontanéité émotionnelle qui s’opposent, modestement, à la fausse rationalité du monde. Une présence invisible que seul le soleil est en capacité de révéler. »

© Anna Niskanen
© Anna Niskanen
Explorez
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Glauco Canalis : une allumette pour tout embraser
© Glauco Canalis
Glauco Canalis : une allumette pour tout embraser
Photographe italien résidant à Londres, Glauco Canalis présente The Darker the Night, the Brighter the Stars [Plus la nuit est sombre...
10 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill