Après l’éclipse : une exposition manifeste

09 août 2023   •  
Écrit par Costanza Spina
Après l’éclipse : une exposition manifeste
© Silina Syan
© Andrieu Zine
© Valentin Noujaïm

Du 30 juin au 22 octobre, les Magasins Généraux présentent Après l’éclipse, une exposition qui se veut un manifeste de la scène contemporaine émergente réunissant dix artistes parmi les plus prometteuses et prometteurs de leur génération.

Après l’éclipse c’est le manifeste d’une scène artistique émergente, mais aussi et surtout un portrait de famille d’un groupe d’artistes qui a développé, au fil des années, un rapport d’entraide et de respect mutuel. C’est dans l’adelphité qu’iels travaillent, entre Paris et Marseille, en grandissant ensemble. Depuis quelques années, iels surprennent l’art contemporain en dépoussiérant ses codes et ses institutions et injectent un nouveau sens de la lutte dans un monde de plus en plus violent et intolérant. L’exposition, dont la curation est l’œuvre d’Anna Labouze et Keimis Henni, donne une large place à des récits puissants et visibilise le quotidien et les préoccupations de toute une jeunesse originaire des périphéries. La vie dans les quartiers y est exprimée au prisme de ses joies et de ses cicatrices. Les questions d’identités et de métissage sont au cœur de la réflexion, ainsi que les cultures et vécus des diasporas d’anciennes colonies, la relecture et réappropriation des symboles et récits historiques, les relations aux mythes et à la spiritualité, les transmissions intergénérationnelles… Autant de sujets que ces conteuses et conteurs de l’intime évoquent en puisant dans leurs histoires de famille, d’amour et d’amitié.

L’utopie : une certitude d’avenir

Entre utopies et contes fantastiques, les artistes d’Après l’éclipse s’émancipent de l’esthétique de la dystopie pour imaginer des futurs révolutionnaires. Le cinéaste Valentin Noujaïm nous transporte ainsi dans des univers étrangers, merveilleux, où le queer devient espoir et levier du monde à venir. Animé par des questions sociales, post-coloniales et par les rapports de domination qui opèrent dans notre société, l’artiste élargit nos regards et active nos synapses pour proposer des nouveaux paradigmes. L’œuvre de Zine Andrieu dépeint des chocs culturels au travers d’installations, d’objets, de performances, de vidéos ou de pièces sonores. Ses récits se développent dans des mondes fictionnels, mélangeant du rap, des mangas, de la science-fiction et de la spiritualité religieuse. En produisant un discours méta sur son propre travail, l’artiste se demande comment introduire la réalité des quartiers populaires au sein de la culture « légitime ». Une quête de place et d’identité, au sein d’un entre deux parfois déchirant. Silina Syan, elle aussi, questionne la notion d’hybridité et d’entre deux, en plongeant dans les différentes communautés qu’elle côtoie. Son œuvre est liée à ses différentes origines – bengalie, arménienne et française – et à ses souvenirs d’enfance. Elle est peuplée d’éléments kitsch et populaires, en quête de nouvelles mythologies fantastiques qui incarnent les récits des diasporas. Aux côtés de ces trois artistes, nous retrouvons Neïla Czermak Ichti, Ndayé Kouagou, Rayane Mcirdi, Ibrahim Meïté Sikély, Christelle Oyiri, Lassana Sarre, et Seumboy Vrainom : €. Chacun et chacune de ces artistes s’emparent avec détermination de l’utopie pour la sortir de son statut d’impossibilité et la transformer en une certitude.

© Silina Syan
© Seumboy Vrainom
© Ibrahim Meïte Sikely
© Lassana Sarre
© Neïla Czermak Ichti
Explorez
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill