« Ascendance » : une histoire de luttes pour les droits humains

01 décembre 2022   •  
Écrit par Costanza Spina
« Ascendance » : une histoire de luttes pour les droits humains
La Fondation Manuel Rivera-Ortiz d’Arles présente Ascendance, un parcours photographique qui se penche sur la question des droits humains et du vivant. Un événement ancré dans l’actualité à découvrir jusqu’au 24 décembre.

Les droits humains sont les droits inaliénables de toute personne indépendamment de sa race, son sexe, son identité de genre, sa nationalité, son origine ethnique, sa langue, sa religion ou toute autre situation. Ils incluent le droit fondamental à la vie et celui à la liberté. Dans le monde contemporain, les droits sociaux et humains n’ont jamais été aussi précaires, ils demeurent questionnés et parfois révoqués y compris au sein des grandes démocraties – en témoigne l’annulation du droit à l’avortement dans beaucoup d’états des États-Unis. Certains de ces droits fondamentaux sont encore entourés de flou et ne sont pas pleinement appliqués : c’est notamment le cas de la liberté et de l’égalité entre les genres. Pour questionner ces enjeux, le programme Ascendance a réuni une quinzaine d’artistes photographes. Une manière pour la Fondation Manuel Rivera-Ortiz d’ouvrir le débat.

Des migrations en quête de libertés 

Le thème du départ et de la migration en quête d’une vie meilleure, est l’une des trames principales de l’exposition. Partout où les droits humains sont bafoués, les populations fuient en espérant reconquérir ainsi leur liberté, leur dignité, et pouvoir survivre aux persécutions raciales, misogynes, homophobes. À travers les migrations, il est possible de retracer une cartographie des droits des hommes et des femmes et de comprendre ce qu’il reste à faire dans les pays démocratiques. Laurence Rasti capte la précarité des existences des réfugié·es homosexuel·les iranien·nes à Denizli, une ville de Turquie par laquelle iels transitent en espérant atteindre l’Europe. Des vies suspendues, faites de tendresse discrète et de silences, au sein desquelles l’amour est omniprésent et pourtant interdit. Une série qui fait suite notamment aux déclarations de l’ancien président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, qui avait affirmé en 2007 à l’université de Colombie aux États-Unis : « En Iran, nous n’avons pas d’homosexuels comme dans votre pays.  »

La violence contre les personnes LGBTQIA + est le fil rouge d’un autre photographe prometteur présent dans l’exposition, Pierre-Kastriot Jashari, qui dresse quant à lui des portraits de jeunes kosovares homosexuel·les tiraillé·es entre le besoin de s’affirmer et la nécessité de se cacher. Le photographe joue autour de l’injonction bonu burrë !, qui signifie « sois un homme ! », et à travers la caméra ils donne à ses sujets la possibilité d’exister. Au Kosovo aussi, un imam avait publiquement affirmé que l’homosexualité n’existe pas dans le pays.  Grâce à des jeux de lumière, le photographe a réussi a garantir l’anonymat des personnes photographiées qui, si découvertes, pourraient subir la violence de leur entourage homophobe.

© Francesca Todde

© Francesca Todde

Cesser l’emprise toxique

Les images de réfugié·es qui fuient leur pays à la recherche d’une vie meilleure semblent constituer notre quotidien mais rarement on pose sur elles un regard attentif et empathique, capable d’imaginer ce que ces personnes endurent pour reconquérir leurs droits. Pour y remédier, Margot Lançon et Chloé Simonin nous plongent dans le parcours tumultueux d’une jeune érythréenne, Yerusalem, qui tente de s’adapter en Suisse, dans un pays complètement étranger au sien.  Yerusalem a demandé l’asile politique et son histoire, est celle d’une lente transformation. Florent Meng Lechevallier pose quant à elle son objectif sur l’une des zones de migration les plus violentes au monde, celle entre les États du Sonora au Mexique et la frontière de l’Arizona aux U.S.A. Ici, les migrant·e·s endurent la violence directe des polices de frontière et on ne compte plus les disparitions recensées. Cette série poignante se situe du côté de celles et ceux qui essaient d’apporter leur aide aux  migrant·es.

Ascendance, plus qu’une curation photographique à propos des humain·es, s’impose comme une subtile réflexion autour du vivant. Un voyage philosophique illustrant qu’il est impossible de respecter les droits des personnes si ceux des animaux et du reste du vivant ne sont pas également protégés. Les migrations, les violences systémiques, les dynamiques d’exploitations, dépendent en grande partie de ce que le système capitaliste fait endurer aux environnements et aux autres habitant·es de la planète. Ce basculement est le point tournant de l’exposition, incarné par les travaux de Francesca Todde, qui depuis des années immortalise la relation qui unit certain·es hommes et femmes aux animaux. Leurs langages se rencontrent avec une simplicité déroutante et riche d’empathie mutuelle.

Lors de ce parcours, l’Ascendance cesse alors d’être une emprise toxique des puissant·es sur les vulnérables pour devenir un désir d’élévation et de légèreté, la rencontre intergénérationnelle entre plusieurs photographes défendant les droits du vivant à travers leur objectif.

 

Retrouvez toutes les informations et la curation de l’exposition, à découvrir jusqu’au 24 décembre.

© Margot Lancon et Chloé Simonin

© Margot Lançon et Chloé Simonin

© Laurence Rasti© Francesca Todde

© à g. Laurence Rasti, à d. Francesca Todde.

© Pierre-Kastriot Jashari© Pierre-Kastriot Jashari

© Pierre-Kastriot Jashari

Image d’ouverture : © Francesca Todde

Explorez
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
16 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
15 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les expositions photo à découvrir cet été !
Paris, 1967 © Joël Meyerowitz
Les expositions photo à découvrir cet été !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
14 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Archevêché by Fisheye : une programmation à ne manquer sous aucun prétexte !
© Gioia Cheung
Archevêché by Fisheye : une programmation à ne manquer sous aucun prétexte !
Du 1er au 6 juillet, Fisheye investit la cour de l’Archevêché, ce lieu emblématique des Rencontres, en plein centre d’Arles. Au programme...
À l'instant   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
© Margaux Roy
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
Avec Calques, Margaux Roy explore le quotidien intimiste des maîtres de la retouche. En dispersant ou en superposant les couches, elle...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
© doongood_666 / Instagram
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
Un petit somme à l’ombre d’un pommier ou un rêve érotique dans un love hotel, les artistes de notre sélection Instagram de la semaine...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
© Laura Lafon Cadilhac
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
Cette semaine, plongée dans l'œil de Laura Lafon Cadilhac. La cofondatrice du collectif Lusted Men nous parle d’une orgie végane et de sa...
17 juin 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas